La méduse du climat – CounterPunch.org

0
38

Méduse du Caravage, 1597. Uffigi, Florence. Wikipedia, l’encyclopédie libre.

Le 27e sommet sur le climat

Les conditions dans le reste du monde ne sont pas tellement meilleures que les effets féroces du réchauffement climatique incessant aux États-Unis. Le 7 novembre 2022, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU qui se fait le champion du climat sain, a pratiquement répété ses propos de colère aux 110 premiers ministres et présidents qui se sont présentés pour l’ouverture de la 27e Sommet de l’ONU sur le climat dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh. Il leur a dit que leur indifférence face à la montée du chaos climatique confinait au criminel et au suicidaire. Il a dit:

“Nous sommes dans le [climate] combat de nos vies. Et nous perdons. Les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter. Les températures mondiales ne cessent d’augmenter. Et notre planète approche à grands pas de points de basculement qui rendront le chaos climatique irréversible. Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer climatique avec le pied toujours sur l’accélérateur.

« La guerre en Ukraine, ainsi que d’autres conflits, ont causé tant d’effusions de sang et de violence et ont eu des répercussions dramatiques partout dans le monde. Mais nous ne pouvons pas accepter que notre attention ne soit pas focalisée sur le changement climatique. Nous devons bien sûr travailler ensemble pour soutenir les efforts de paix et mettre fin aux terribles souffrances.

“Mais le changement climatique se situe sur une chronologie différente et à une échelle différente. C’est la question déterminante de notre époque. C’est le défi central de notre siècle. Il est inacceptable, scandaleux et autodestructeur de le mettre en veilleuse. En effet, bon nombre des conflits actuels sont liés à un chaos climatique croissant. La guerre en Ukraine a révélé les risques profonds de notre dépendance aux combustibles fossiles. Les crises d’aujourd’hui ne peuvent pas être une excuse pour reculer ou faire du greenwashing. Au contraire, ils sont une raison pour une plus grande urgence, une action plus forte et une responsabilisation efficace…

« L’activité humaine est la cause du problème climatique. L’action humaine doit donc être la solution. Action pour rétablir l’ambition. Et des actions pour reconstruire la confiance – notamment entre le Nord et le Sud.

« La science est claire : tout espoir de limiter la hausse de la température à 1,5 degré signifie atteindre zéro émission mondiale nette d’ici 2050. Mais cet objectif de 1,5 degré est sous assistance respiratoire – et les machines s’entrechoquent. Nous nous rapprochons dangereusement du point de non-retour. Et pour éviter ce sort désastreux, tous les pays du G20 doivent accélérer leur transition maintenant – au cours de cette décennie. Les pays développés doivent montrer l’exemple. Mais les économies émergentes sont également essentielles pour faire fléchir la courbe des émissions mondiales…

« J’appelle à un pacte historique entre les économies développées et émergentes – un pacte de solidarité climatique. Un pacte dans lequel tous les pays font un effort supplémentaire pour réduire les émissions cette décennie conformément à l’objectif de 1,5 degré. Un pacte dans lequel les pays les plus riches et les institutions financières internationales fournissent une assistance financière et technique pour aider les économies émergentes à accélérer leur propre transition vers les énergies renouvelables. Un pacte pour mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles et la construction de nouvelles centrales au charbon – éliminer progressivement le charbon en [the 38 members of the Organization for Economic Cooperation and Development] Les pays de l’OCDE d’ici 2030 et partout ailleurs d’ici 2040. Un Pacte qui fournira une énergie universelle, abordable et durable pour tous. Un Pacte dans lequel les économies développées et émergentes s’unissent autour d’une stratégie commune et combinent capacités et ressources au profit de l’humanité.

« Les deux plus grandes économies – les États-Unis et la Chine – ont la responsabilité particulière d’unir leurs efforts pour faire de ce pacte une réalité. C’est notre seul espoir d’atteindre nos objectifs climatiques.

« L’humanité a le choix : coopérer ou périr. Il s’agit soit d’un pacte de solidarité climatique, soit d’un pacte de suicide collectif. » (c’est moi qui souligne)

Il n’est pas difficile de prédire Guterres. Comme d’habitude, il parlait au vent. Un journaliste du New York Times, Somini Sengupta, a été surpris par l’apathie du public, composé principalement de dirigeants mondiaux. Elle a décrit comment la frustration, la méfiance et l’impatience dominaient les pourparlers sur le climat. L’air du complexe égyptien n’était pas rafraîchissant. Trop d’anxiété et trop de mauvaises nouvelles ont diminué l’espoir. Elle a ajouté:

“Les grands pays pollueurs [like China and the United States] ne réduisent pas leurs émissions de gaz qui réchauffent la planète aussi rapidement qu’ils le devraient. L’argent que les pays riches ont promis pour aider les pays pauvres à passer à l’énergie propre ne s’est pas concrétisé… bon nombre des objectifs étourdissants que les pays et les entreprises se sont fixés lors de la conférence de l’année dernière [in Scotland] n’ont pas été atteints, comme freiner la déforestation ou éliminer progressivement le charbon.

Toujours subventionner les énergies fossiles

Le 27 octobre 2022, le Programme des Nations Unies pour l’environnement a averti :

« Alors que les impacts croissants du changement climatique se font sentir dans le monde entier, le message selon lequel les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer est sans ambiguïté. Pourtant, l’écart d’émissions Signaler 2022 : La fenêtre de clôture – La crise climatique appelle à une transformation rapide des sociétés constate que la communauté internationale est loin d’atteindre le [2015] Objectifs de Paris, sans voie crédible vers 1,5°C en place. Seule une transformation urgente à l’échelle du système peut éviter une catastrophe climatique.

Lors de la réunion des Nations Unies sur le climat de novembre 2021, à Glasgow, en Écosse, les nations ont promis de « réduire progressivement » le charbon. Pourtant, fin 2022, le charbon montait en flèche. Ils ont promis de « supprimer progressivement » les subventions aux combustibles fossiles. Ils ne l’ont pas fait. L’Organisation de coopération et de développement économiques a rapporté en 2022 que les subventions que les pays de l’OCDE, dont l’Amérique, prodiguaient aux combustibles fossiles avaient presque doublé en 2021 pour atteindre un total de 697,2 milliards de dollars. Sur cette largesse, 302,7 milliards de dollars sont allés au pétrole, 166 milliards de dollars au gaz naturel, 19,2 milliards de dollars au charbon et 69,04 milliards de dollars au soutien des prix du pétrole. Le même renversement abyssal est arrivé aux promesses faites par 197 pays de mettre fin aux émissions du puissant gaz méthane qui réchauffe la Terre et à la destruction des forêts.

Guterres, le prophète de notre âge sombre

Hélas, Guterres devient le prophète de notre âge sombre. À moins que nous n’inversions l’emprise féodale de la classe politique des combustibles fossiles, nous sommes condamnés. Leur écoblanchiment doit être dénoncé pour la fraude qu’il est. Guterres, une fois de plus, a dénoncé leurs fausses promesses d’émissions nettes nulles. Il a dit:

« Il est répréhensible d’utiliser de fausses promesses de « net zéro » pour dissimuler l’expansion massive des combustibles fossiles. C’est une supercherie. Cette dissimulation toxique pourrait pousser notre monde au-dessus de la falaise climatique. L’imposture doit cesser. Deuxièmement, sur le plan de la crédibilité, la décarbonation complète et rapide de cette décennie est le test ultime. »

Comme d’habitude, lors du sommet mondial annuel sur le climat, les jeunes protestent contre les mensonges des dirigeants mondiaux, prétendant qu’ils étaient en faveur d’une action contre le changement climatique tout en finançant les combustibles fossiles. Les bannières des écologistes à Charm el-Cheikh, en Égypte, disaient : « Arrêtez de financer les combustibles fossiles ! Arrêtez de financer la mort ! Le lien entre les combustibles fossiles et la mort explique la passion et la lutte pour mettre fin à ces élixirs. Dipti Bhatnagar, une jeune femme mozambicaine représentant les Amis de la Terre International, a crié lors d’une manifestation à Charm el-Cheikh :

« Les pays riches veulent s’emparer des énormes réserves de gaz et les gens sont dépossédés de leurs terres. Un million de personnes sur les 23 millions [of Mozambique’s] population vit dans des camps de réfugiés à cause du gaz. Nous disons non à plus de financement du gaz. Nous ne laisserons pas l’Afrique brûler.”

Îles du Pacifique noyées

Kausea Natano, Premier ministre de Tuvalu, une petite nation insulaire du Pacifique, a proposé un traité pour arrêter l’expansion des combustibles fossiles, les traitant comme des armes de destruction massive. Il a envoyé cette lettre aux dirigeants mondiaux :

“Chers dirigeants mondiaux à la COP[27, Sharm el-Sheikh, Egypt],

« Le changement climatique noie les îles du Pacifique.

« La dépendance du monde au pétrole, au gaz et au charbon menace d’engloutir nos terres sous le réchauffement des mers – centimètre par centimètre. Mais nous ne resterons pas les bras croisés alors que notre maison est rayée de la carte ! Nous nous unissons donc à une centaine de lauréats du prix Nobel et à des milliers de scientifiques du monde entier pour exhortons les dirigeants mondiaux à adhérer au Traité sur la non-prolifération des combustibles fossiles pour gérer une transition juste loin des combustibles fossiles.

« Le temps est venu de faire la paix avec la planète. Fournir aux nations vulnérables les fonds nécessaires depuis longtemps pour faire face aux pertes et aux dommages causés par les catastrophes climatiques et pour faire payer les pollueurs. Ils disent qu’un jour, les océans engloutiront l’endroit que nous appelons chez nous. Mais je vous promets ceci : jusqu’à ce que ce jour vienne, nous continuerons à nous battre. Parce que si nous pouvons sauver nos îles, nous pouvons sauver le monde.

Soleil et Terre

Le courage et la vision de ce leader écologique sont nécessaires pour arrêter les pilleurs d’énergie fossile de la planète. À sa manière tranquille, l’ancien vice-président Al Gore a également crié. Sa coalition Climate TRACE est capable de révéler les émissions jusqu’alors secrètes de dioxyde de carbone, de méthane et d’autres gaz à effet de serre qui réchauffent la planète. Le 9 novembre 2022, Guterres a rendu hommage à Gore à Charm el-Cheikh, en Égypte. Il a dit:

« Climate TRACE et ses données montrent qu’en raison de la sous-déclaration des fuites de méthane, du torchage et d’autres activités associées à la production de pétrole et de gaz, les émissions sont plusieurs fois plus élevées que celles signalées précédemment. Cela devrait être un signal d’alarme pour les gouvernements et le secteur financier, en particulier ceux qui continuent d’investir et de garantir la pollution par les combustibles fossiles. Le problème est encore plus grand que ce que nous avons été amenés à croire et cela signifie que nous devons travailler encore plus dur pour accélérer l’élimination de tous les combustibles fossiles.

Les révélations potentielles de l’initiative climatique de Gore confirmeront probablement la crainte de Guterres que le danger de la méduse climatique déchaînée soit beaucoup plus grand que ce que nous avons spéculé à partir de données incomplètes, voire trompeuses. L’échec politique tragique des politiciens internationaux, des entreprises de combustibles fossiles et des responsables gouvernementaux, dans le monde entier, n’est pas du tout tragique pour les auteurs du crime climatique qui continuent de financer les combustibles fossiles et la mort. Pour eux, extraire davantage de combustibles fossiles est une activité courante. Donc, si nous ne voulons pas l’extinction, nous parlons d’une métamorphose politique globale du système étatique – et de l’unité.

Cette réalité imminente (de danger, de colère et d’écocide massif) est une autre raison pour laquelle les anciens Grecs sont nos mentors. Dans des circonstances offensives, leur mythique Méduse a transformé les humains en pierre. Maintenir le commerce des combustibles fossiles comme d’habitude garantit que les humains mourront à cause des températures élevées. Les Grecs ont également adoré le dieu solaire Hélios pendant des millénaires. Savaient-ils quelque chose sur le Cosmos que, dans notre orgueil, nous ignorons ? Que le Soleil est éternel ? Que le Soleil est source de vie et de lumière ? Les Grecs appelaient le Soleil Hélios car Hélios signifie le rassemblement de personnes observant le lever et le coucher de cette magnifique étoile.

Nous devons tourner notre culture vers le Soleil et la Terre. Tout ce que nous faisons doit être géocentrique. S’il nuit à la Terre (rivières, lacs, océans, biodiversité, forêts, agriculture traditionnelle non chimique), abandonnez-le. Nous pouvons facilement tirer toute notre énergie du Soleil. Les panneaux solaires transforment les rayons du soleil en électricité. Et contrairement aux éoliennes géantes, les panneaux solaires ne tuent pas les oiseaux. Il est temps d’agir. J’ai des panneaux solaires depuis 13 ans.

Mais de l’apathie nationale et de l’illusion politique des votants négationnistes du réchauffement climatique, c’est-à-dire des républicains, dans les bureaux d’État et fédéraux, le problème de la transition des politiques d’énergie fossile vers l’énergie solaire aux États-Unis peut devenir comme le silence sur les armes nucléaires , ou se terminer par une guerre civile. Encore une fois, il s’agit d’un problème de théorie politique consistant à normaliser les tyrans de l’argent sous le nom de milliardaires. Nous devrions savoir que les milliardaires prospèrent dans les tyrannies.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/22/the-climate-medusa-2/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire