La montée de l’extrême droite portugaise est un signal d’alarme

0
161

L’élection de ce dimanche au Portugal a été une dure défaite pour les partis à gauche du Parti socialiste (Partido Socialista, PS) – et a également vu l’extrême droite consolider sa force. Avec près de 42 % des voix, le PS du Premier ministre António Costa a remporté de manière inattendue la majorité absolue au parlement, tandis que l’extrême droite Chega (Assez) est passée de un à douze sièges dans la chambre de 230 membres, devenant ainsi la troisième plus grande du pays. force politique.

Ce faisant, Chega a dépassé les partis de gauche, qui ont tous deux lourdement perdu. Le Bloc de gauche (Bloco de Esquerda, BE) est passé de dix-neuf à cinq sièges et le Parti communiste portugais (Partido Comunista Português, PCP) de douze à six. Les Verts (Verdes), qui depuis 1983 ont toujours fait alliance avec le PCP, ont complètement quitté le parlement. Cependant, Livre, qui vise à être une sorte de parti vert pro-européen, a élu un membre du parlement de 230 sièges, tout comme le PAN axé sur les droits des animaux, contre quatre auparavant.

La fragmentation de la droite portugaise était déjà visible lors du concours précédent en 2019. À l’époque, deux nouveaux partis – Chega et l’Initiative libérale fondamentaliste du marché (Iniciativa Liberal) – sont entrés au parlement pour la première fois, aux dépens du PSD, la principale force de centre-droit. Cette dynamique s’est confirmée dimanche : parallèlement aux gains de Chega, l’Iniciativa Liberal est passé d’un à huit sièges, tandis que le PSD est passé de soixante-dix-sept à soixante et onze. Son principal allié, le CDS-PP conservateur, fondé après la révolution de 1974, a complètement disparu du parlement.

Alors que la contestation du PSD a mal tourné, trompant ainsi certaines prédictions pré-électorales, ce fut incontestablement une grande soirée pour les socialistes de Costa. Le parti remportant quelque 19 sièges – ce qui porte à ce jour un total de 117 sur 230 – la carte électorale du Portugal continental a été entièrement peinte en rose PS. Le PSD n’a gagné que dans la région autonome de Madère, une île au large de la côte ouest du Maroc surtout connue pour son vin et son tourisme. Il s’agit en fait du deuxième meilleur résultat du PS dans l’histoire de la démocratie portugaise. Avant ce dimanche, il n’avait obtenu la majorité absolue qu’en 2005, sous la direction de José Sócrates.

À l’époque, le PS imposait sa volonté à la législature selon une logique du « je veux, je peux et je veux ». Le résultat de 2022 est surtout remarquable par le mandat qu’il confie à Costa, déjà au pouvoir depuis six ans à la tête d’un gouvernement minoritaire. De 2015 à 2019, il avait gouverné par le biais de la soi-disant Geringonça (“engin lourd”), un arrangement basé sur un accord écrit avec le plus petit BE, le PCP et les Verts. Pourtant, de 2019 jusqu’à la fin de l’année dernière, Costa a gouverné sans un tel pacte formalisé, poursuivant plutôt les négociations une loi à la fois, de budget en budget. Au cours de ces années, plus de 70 % des lois approuvées par le parti de Costa pouvaient compter sur le soutien du PSD de centre-droit.

Fin 2021, cette situation était dans une impasse. Costa a refusé d’accepter la plupart des propositions budgétaires faites par ses partenaires de gauche, visant à renforcer le service de santé et à défaire les réformes du travail imposées sous l’influence de la troïka européenne. Il a été soutenu dans cette position inflexible par le président, qui a menacé de dissoudre le parlement si le plan budgétaire n’était pas approuvé. Avec l’opposition à gauche et à droite opposée au budget de Costa, c’est ce qui s’est finalement produit.

Lorsque le sondage instantané a été déclenché, les partis de gauche du PS ont accusé Costa d’avoir forcé une élection au milieu d’une pandémie en cours juste pour rechercher la majorité absolue – un rêve de longue date du PS, difficile à réaliser dans le système électoral majoritairement proportionnel du Portugal. Pourtant, le PS a accusé ses anciens partenaires d’irresponsabilité, voire d’aider l’extrême droite à se renforcer avant les élections législatives initialement prévues en 2023.

Au cours de la première phase de préparation au vote, Costa a lancé un appel pour un mandat sans équivoque : un « PS plus fort », un « PS solide ». Dès la deuxième semaine de la campagne, les sondages ont commencé à indiquer que le PSD de centre-droit réduisait l’écart ou pourrait même l’emporter. Cela fait écho au choc des récentes élections locales, au cours desquelles le PSD a remporté le Conseil municipal de Lisbonne sur le PS par une faible marge de 2 500 voix.

Cela a contribué à créer la perception — alimentée par les sondages diffusés dans les médias de masse — d’une forte polarisation entre les deux principaux partis. L’électorat d’extrême gauche, estimant que le PSD pouvait revenir au pouvoir, se mobilise pour un vote tactique en faveur du PS. Bon nombre des votes supplémentaires de Costa semblent provenir du Bloc de gauche et de la coalition Communiste-Vert. Les enjeux de ce concours se sont également traduits par une participation croissante : alors qu’en 2019, quelque 51,4 % des électeurs se sont abstenus, cette fois-ci, le nombre est tombé à 42 %, même dans des conditions de pandémie.

Après les années d’austérité du début des années 2010, la base déclinante du PS l’a contraint à embrasser les partis à sa gauche, mais aujourd’hui il revient avec la majorité absolue. Comme partout en Europe, le système de partis portugais a connu ses transformations ces dernières années. Pourtant, les deux principaux partis (PS et PSD) rassemblent toujours plus de 70 % des voix. Le PS a fait preuve de résilience, alors même que nombre de ses partis frères européens se dirigent vers un effondrement pur et simple.

Le succès de l’extrême droite s’était fait attendre. Depuis sa première percée au parlement en 2019, on soupçonnait Chega d’avancer davantage lors du prochain concours de ce type – en effet, le buzz médiatique autour du parti n’a permis aucun autre résultat. L’élection de dimanche a confirmé ce pronostic : Chega est passé d’un à douze députés (dont onze hommes), et de 1,3 % (66 000 voix) à 7,15 % (385 000 voix) – quoique toujours moins que les 496 000 que le leader du parti André Ventura a remportés la dernière fois. L’élection présidentielle de janvier.

La montée du parti a été particulièrement significative, étant donné la primauté habituelle des pourparlers de coalition dans la politique portugaise. Les scénarios pré-électoraux incluaient un gouvernement minoritaire PS renouvelé, peut-être dépendant des partis de gauche ; un bloc centriste plus ou moins informel soutenu à la fois par le PS et le PSD, comme cela s’est produit avec le gouvernement d’António Guterres en 1995-2002 ; ou encore une variante de droite de la Geringonça, dans laquelle le PSD de Rui Rio formerait une administration s’appuyant sur l’Initiative libérale, les démocrates-chrétiens, voire Chega.

Cette perspective était essentielle pour pousser l’électorat de gauche vers le PS, et elle a été évoquée par le parti d’extrême droite lui-même, qui a même annoncé les ministères qu’il voulait. Un tel scénario n’est pas sans précédent, étant donné qu’un tel pacte existe déjà aux Açores. En octobre 2019, le PS est arrivé premier aux élections régionales de ces îles, mais le PSD a scellé un accord parlementaire avec Chega, qui avait élu deux représentants, lui permettant ainsi de gouverner avec le soutien de l’extrême droite. Les Açores sont une petite région, mais ce fut un grand pas dans la normalisation de Chega et un essai pour une solution similaire à l’échelle nationale.

Le chef du PSD a clairement indiqué lors de la campagne de janvier 2022 qu’il ne voulait pas d’une coalition gouvernementale avec Chega. Pourtant, il était ambigu à propos d’autres types d’accords parlementaires moins formels. En réalité, étant donné la fragmentation de la droite portugaise, il n’y avait aucune chance que Rio ait pu gouverner sans une sorte de soutien Chega. Dans le même temps, des commentateurs de droite ont fait valoir que, puisque le PS avait conclu des accords avec la soi-disant extrême gauche, le PSD devrait également être autorisé à trouver des alliés sur son propre flanc droit, d’autant plus qu’il a besoin de Chega s’il est jamais être au gouvernement. La normalisation du parti d’extrême droite a ainsi atteint un nouveau palier.

Cette fragmentation est aussi le signe de la radicalisation de la droite portugaise. L’Initiative libérale a radicalisé son agenda économique, adoptant une ligne ouvertement néolibérale qui prône des privatisations massives des services publics, y compris même du système d’aide aux victimes de violences conjugales.

Chega, quant à lui, combine cette ligne économique avec un discours emphatiquement raciste et xénophobe. Sa campagne était principalement centrée sur la dépendance supposée de la communauté rom vis-à-vis des avantages publics – bien que lorsqu’on a demandé à son chef des chiffres pour le prouver, il ne les avait pas. Alors que le Portugal a aboli l’utilisation inhumaine de la perpétuité en 1884, Chega a ramené cette question dans le débat public.

De plus, les deux partis ont contribué à affaiblir la mémoire des valeurs de la révolution d’avril 1974. Ils prônent par exemple l’abandon du salaire minimum national et la privatisation du service national de santé, c’est-à-dire pour défaire deux acquis majeurs de la révolution. Chega propose un nouveau régime au lieu de la démocratie d’aujourd’hui, récupérant des slogans de l’ère Estado Novo comme “Dieu, patrie et famille”.

Pendant quelques années, les commentateurs et les politologues ont considéré le Portugal comme une exception, alors même que l’extrême droite gagnait de l’espace électoral et gouvernemental ailleurs en Europe. On a fait valoir que le souvenir de près d’un demi-siècle de dictature fasciste et les valeurs de la révolution des œillets le protégeraient d’une extrême droite parlementaire. De plus, les factions qui existaient étaient marginales et fragmentées, politiquement incompétentes et associées à la violence et au crime organisé. C’était jusqu’à l’arrivée de Chega, reproduisant la stratégie de populisme et de médias sociaux de son homologue espagnol Vox.

L’échec de la stratégie centriste du PSD, désormais reflété dans la démission du leader Rio, suggère que cette force de centre-droit pourrait elle-même se radicaliser afin d’éviter de nouvelles pertes. Pour l’instant, on s’attend à ce qu’il adopte une opposition plus discrète au PS pendant qu’il élit un nouveau chef. Chega profitera sûrement de ce moment pour s’affirmer comme le leader de l’opposition, disputant cette place à ce qu’il dénonce comme la “droite molle”.

Cette dynamique est déjà devenue visible le soir des élections, Rio du PSD s’exprimant de manière inhabituelle devant Ventura de Chega. Le leader du PSD a reconnu la défaite du parti et a déclaré que cela n’aurait aucun sens pour lui de conserver son poste si le PS obtenait effectivement la majorité absolue. Ventura s’est adressé au pays immédiatement après lui, critiquant le centre-droit et promettant : “António Costa, je viendrai pour vous maintenant !”

L’ascension de Chega devrait alerter tout démocrate et enterrer définitivement le mythe selon lequel le Portugal est immunisé contre l’extrême droite. Dirigé par un homme condamné pour discrimination raciale, Chega normalise depuis 2019 les discours de haine et met en jeu des droits et libertés durement acquis. Ses dirigeants ont fait tout cela avec un seul siège au parlement. Maintenant, ils ont douze sièges, une gauche radicale affaiblie et une majorité PS à utiliser comme source de radicalisation supplémentaire.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire