La nécessité d’une coopération trilatérale dans l’Indo-Pacifique

0
51

Une Chine coercitive et une Corée du Nord nucléaire affectent de manière périphérique les intérêts de sécurité des États-Unis dans l’Indo-Pacifique. Avec un pouvoir de plus en plus développé dérivé de la croissance économique et de la stabilité politique, Pékin est devenu une puissance mondiale. C’est devenu l’une des menaces les plus sérieuses et les plus crédibles pour l’hégémonie américaine. Parallèlement, Kim Jong-Un de la Corée du Nord continue de défier les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies en lancer des missiles balistiques et fortifier ses programmes d’armes nucléaires.

La puissance régionale influente de Pékin, sa politique étrangère et ses tactiques économiques musclées jouent un rôle important dans la réforme des institutions internationales cohérentes avec son statut mondial. Naturellement, l’influence de la Chine dans l’Indo-Pacifique façonnera la stabilité et l’avenir de la communauté mondiale. On ne peut nier que la croissance économique extraordinaire et la diplomatie active de la Chine transforment déjà l’Indo-Pacifique. Les décennies à venir pourraient voir des augmentations encore plus significatives de la puissance et de l’influence chinoises.

Pour aggraver la situation, la Corée du Nord présente une menace immédiate pour l’Indo-Pacifique et même les États-Unis continentaux Pyongyang ont progressivement développé ses systèmes d’armes pour inclure son arsenal nucléaire. Les récents lancements de missiles de croisière montrent que Kim tient sa promesse d’établir divers et sophistiqué moyens de livrer des armes nucléaires. Plus important encore, les négociations sur la dénucléarisation sont au point mort depuis deux ans. Par conséquent, une coopération trilatérale renforcée pour dissuader la provocation de la Corée du Nord est impérative.

Les États-Unis ont récemment dévoilé ce même notion de triangle – construire un rempart contre la Chine – avec l’Australie et le Royaume-Uni pour maintenir la stabilité dans l’Indo-Pacifique. Cependant, cette initiative, appelée pacte de sécurité AUKUS, pourrait ne pas suffire à influencer l’environnement stratégique de la région ni à englober un Indo-Pacifique libre et ouvert. Cela dit, les États-Unis peuvent atténuer cette crise en formant également un partenariat de sécurité trilatéral similaire avec le Japon et la Corée du Sud.

En raison de leur position dans l’Indo-Pacifique, un partenariat de sécurité trilatéral entre les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud possède de meilleures mesures défensives que l’AUKUS pour contenir la Chine et dans le cas où Kim agirait sur ses menaces. Dans un Déclaration conjointe publiés lors des pourparlers au sommet entre le président Biden et le président sud-coréen Moon, Jae-In le 21 mai 2021, ils ont lancé un plan visant à faciliter la coopération trilatérale sur le problème de la Corée du Nord. Les deux dirigeants ont appelé à l’importance de la coopération trilatérale (États-Unis-Japon-Corée du Sud) pour la dénucléarisation de la Corée du Nord. Néanmoins, le trilatéralisme entre les trois États reste inexistant. À moins de 10 mois de la fin de son mandat de cinq ans, Moon n’a pas encore visité le Japon. Par conséquent, un partenariat de sécurité remanié entre les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud est essentiel pour contrer la domination de la Chine et empêcher la provocation de la Corée du Nord.

Avec une nouvelle administration établie pour le Japon, il est temps de revisiter l’idée du trilatéralisme entre ces trois nations. Tous partagent de fortes valeurs démocratiques, et Washington est un partenaire de sécurité de Tokyo et de Séoul, attaché à leur défense en raison de traités de défense avec les deux en 1953 et 1960, respectivement. La montée de Pékin, les menaces nucléaires et les lancements sporadiques de missiles depuis Pyongyang constituent la base principale de ces relations. Le soutien reste élevé dans les deux pays pour la poursuite de ces alliances dans un avenir prévisible.

Le cours problème des femmes de réconfort et différends insulaires entre le Japon et la République de Corée ont pour la plupart contraint les États-Unis à jouer un rôle moindre au lieu de souligner directement l’importance de bonnes relations. Ces facteurs collectifs alimentent le déséquilibre politique qui entrave la cohésion entre les deux pays et empêche le trilatéralisme de fonctionner sans heurts en tant qu’organe unifié. Néanmoins, Washington pourrait aider Tokyo et Séoul à dépasser leurs différends historiques en facilitant un accord à l’amiable entre le président Moon et Le Japon nouvellement élu Premier ministre Fumio Kishida.

Lors de ses prochaines visites à Tokyo, le président Biden devrait pratiquer une grande diplomatie pour unir son pays allié plutôt qu’un affront. Tout en faisant preuve de compassion envers les Corée fatigue concernant la question des femmes de réconfort, il devrait persuader le Premier ministre Kishida de mettre fin à la provoquer la rhétorique – comme rendre hommage au sanctuaire controversé de Yasukuni – à ce sujet. En outre, le président Biden doit souligner que la coopération entre les États-Unis, le Japon et la République de Corée est essentielle pour résoudre une série de défis politiques fournis par la Chine et la Corée du Nord.

Deuxièmement, le président Biden devrait agir en tant que médiateur pour réunir les deux plus grands alliés des États-Unis – le Japon et la Corée du Sud –. L’amertume de longue date de Tokyo et de Séoul sur la question des femmes de réconfort et leur conflit territorial constant sur les rochers de Liancourt revendiqués par le Japon et la Corée du Sud (appelés Takashima en japonais et Dokdo en coréen) dans la mer du Japon ont gravement endommagé leur relation amoureuse. Perdre l’un ou l’autre de ces alliés de longue date – le Japon et la Corée du Sud – serait dévastateur pour les États-Unis. Cela dit, pour parvenir à un rapprochement entre les deux, le président Biden devrait agir fermement pour rétablir les relations.

De même, pendant son séjour en Corée du Sud, le président Biden devrait réaffirmer l’engagement de Washington en faveur d’une alliance plus forte avec Séoul et son peuple. Biden devrait rappeler à Moon que les récents développements en Corée du Nord appellent à des efforts plus féroces de dénucléarisation. Le président devrait souligner à Moon qu’une Corée du Nord volatile mais nucléaire existe toujours dans la péninsule coréenne à ce jour et constitue la menace réelle pour son pays. En outre, Biden devrait approuver le fait que les dernières réformes de sécurité et de défense de Tokyo ne signalent pas une remilitarisation. Il doit préciser qu’il ne s’agit que de mesures défensives prises contre la coercition et l’intimidation de la Chine ces derniers temps. En bref, l’évolution du climat de sécurité régionale a incité le Japon à étendre le rôle de ses forces nationales d’autodéfense aux fins de sa survie.

Le président Biden devrait également encourager Moon à accepter les excuses sincères de Tokyo concernant les femmes de réconfort et à passer de cette partie troublante de l’histoire. En cas de disparition de Pyongyang, Séoul devrait revoir les scénarios d’effondrement et développer des plans d’urgence conjoints avec Tokyo pour potentiellement y répondre. Washington doit convaincre Séoul que nous ne pouvons pas nous attarder indéfiniment sur le passé et ne pas mettre en péril l’avenir. Il semble que le Japon soit prêt à oublier le passé, mais la République de Corée ne peut pas voir au-delà de l’histoire. Par conséquent, Biden doit convaincre Moon et Kishida de travailler pour un avenir meilleur pour la prochaine génération.

Compte tenu des droits territoriaux contestés, des économies interconnectées et des politiques changeantes dans l’Indo-Pacifique, toutes les parties prenantes partagent un intérêt commun : instituer un front uni contre l’intimidation de la Chine et contenir une Corée du Nord imprévisible. Les États-Unis seuls ne peuvent pas défendre le trilatéralisme – car c’est un triangle – qui dépend de l’harmonie et de l’équilibre entre trois pays luttant pour un avenir meilleur et plus connecté. En conséquence, la tension continue entre Tokyo et Séoul perturbe l’équilibre requis et détériore la mission de Washington – parvenir à la paix et à la prospérité – dans l’Indo-Pacifique. Cela rend impératif que les deux nations amères doivent résoudre leurs différends.

Si le Japon et la Corée du Sud ne parviennent pas à se réconcilier, la capacité du trilatéralisme à fonctionner comme un concept réputé est vouée à l’échec et toutes les parties prenantes ne parviennent pas à protéger leurs intérêts. Une coopération trilatérale triomphante signifie un engagement de sécurité plus exigeant dans l’Indo-Pacifique pour freiner la croissance économique de la Chine et la dissuader de sa coercition et de son intimidation. Dans le même ordre d’idées, la coopération trilatérale neutralisera la menace nord-coréenne et achèvera la rééquilibrage stratégique vers l’Indo-Pacifique.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici