La nouvelle nouvelle gauche d’Amérique latine

0
117

La déclaration la plus radicale de Gustavo Petro, le président nouvellement élu de la Colombie, a peut-être été sa promesse de garder les combustibles fossiles dans le sol. Petro a déclaré qu’il ne délivrerait aucune nouvelle licence d’exploration d’hydrocarbures, qu’il arrêterait les projets pilotes de fracturation hydraulique et qu’il mettrait fin au développement du forage offshore.

Petro a appelé à “une transition d’une économie de la mort à une économie de la vie”, affirmant que “nous ne pouvons pas accepter que la richesse et les réserves de change en Colombie proviennent de l’exportation de trois des poisons de l’humanité : le pétrole, le charbon et la cocaïne”. .” Étant donné que le pétrole et le charbon sont les principales sources d’exportation de la Colombie – et que le pays reste le plus grand producteur de cocaïne au monde – cela ne sera pas une transition facile à mettre en œuvre ou à vendre au public pour un politicien colombien.

Mais Gustavo Petro n’est pas un homme politique ordinaire. Il a commencé sa carrière politique en tant que guérillero urbain, rejoignant le groupe révolutionnaire M-19 à l’âge de 17 ans. Il n’a jamais fait partie du cercle restreint, mais il a passé du temps en prison pour son implication dans des activités clandestines. Plus tard, après être devenu économiste, il a siégé au parlement colombien et a été maire de Bogota.

Il a été intrépide en tant que politicien, s’exposant maintes et maintes fois à la critique et pire encore. Il a rompu avec ses collègues politiques en 2009 pour former un nouveau parti. En tant que député, il a révélé des accords de corruption entre ses collègues sénateurs et divers escadrons de la mort. D’autres révélations impliquaient le gouvernement conservateur Uribe et l’agence d’espionnage du pays.

En tant que parlementaire puis candidat à la présidence en 2010 et 2018, Petro a reçu de nombreuses menaces de mort. Le résultat a été des gardes du corps et des détails de sécurité, des précautions qu’il a suivies même lorsqu’il est venu à Washington, DC pour accepter un prix des droits de l’homme Letelier-Moffitt en 2007.

Candidat à la présidence pour la troisième fois cette année, Petro a été encore plus prudent. Lors d’un arrêt de campagne, Le Washington Postrapporte : « Quand Petro s’est approché, la foule pouvait à peine le voir. Il s’est caché derrière quatre hommes portant de grands boucliers pare-balles. Et pendant qu’il parlait, l’armure restait de chaque côté de lui, rappelant à ceux qui se trouvaient sur la place ce que signifie se présenter aux élections dans cette Amérique du Sud. pays.” Au cours des 35 dernières années, quatre candidats à la présidence colombienne ont été assassinés, dont trois de gauche.

La vice-présidente élue Francia Márquez a été tout aussi courageuse. Environnementaliste lauréate du prix Goldman, elle a mené la lutte contre l’extraction illégale d’or en Colombie. Ce qui pourrait être simplement un travail difficile dans un autre pays est extrêmement risqué en Colombie, où 138 défenseurs des droits humains ont été tués l’année dernière.

Tenir tête à une droite parfois violente est monnaie courante en Colombie et ailleurs en Amérique latine. Traiter avec un établissement corrompu est aussi, malheureusement, une routine.

Mais des politiciens comme Petro et Márquez, ainsi que le nouveau venu Gabriel Boric au Chili, doivent également se frayer un chemin à travers les différentes couches de la gauche latino-américaine. Ce faisant, ils contribuent à construire un nouveau mouvement progressiste sensiblement différent de l’ancienne gauche (Castro et Cuba) et de la nouvelle gauche (Lula et Brésil). Transformée par les mouvements sociaux, la nouvelle nouvelle gauche d’Amérique latine montre au monde comment les progressistes peuvent exercer le pouvoir de manière juste et judicieuse à une époque de changement climatique et de polarisation politique.

Fixation sur la croissance

Remontant à l’aube du progressisme, la gauche a toujours été préoccupée par la question de la justice économique. Une fois au pouvoir, les partis de gauche ont été unis dans leur conviction que pour parvenir à une répartition plus équitable de la richesse et du pouvoir, l’économie doit croître – et rapidement. L’Union soviétique a créé un précédent avec des plans quinquennaux consacrés à la transformation d’une société largement agraire en un géant industriel. Les gouvernements sociaux-démocrates en Europe ont également soutenu la croissance économique dans la conviction qu’une marée montante soulèverait tous les bateaux, comme le dira plus tard un John F. Kennedy aux vues similaires. Les communistes ont adopté la croissance économique comme un moyen de rattraper l’Occident ; les gauchistes intermédiaires voulaient faire croître l’économie pour augmenter les taux d’emploi et disposer de plus de ressources pour les programmes de protection sociale.

Cette année marque le cinquantième anniversaire du rapport du Club de Rome, Limites à la croissance. Avant que le changement climatique n’existe, 30 experts du monde entier ont lancé un avertissement sévère selon lequel la planète ne pourrait pas supporter la croissance exponentielle de l’activité humaine en raison des limites des terres arables, des ressources minérales pour l’industrie et des conséquences de la pollution. À l’exception des Verts, les progressistes ont été lents à accepter ces limites à la croissance économique.

En Amérique latine, les partis verts n’ont jamais décollé. Au lieu de cela, les progressistes ont traditionnellement suivi l’une des deux voies. Cuba a suivi le modèle soviétique de croissance rapide avec une économie dirigée et des entreprises publiques, bien qu’elle ait finalement dû abandonner une grande partie de cette approche lorsque l’Union soviétique s’est effondrée et que les subventions de Moscou ont largement diminué. Riche de l’argent du pétrole, Hugo Chavez a adopté une approche similaire au Venezuela.

La nouvelle gauche en Amérique latine, en revanche, s’est fermement engagée à opérer au sein d’institutions démocratiques, en commençant par l’administration malheureuse d’Allende au Chili et en continuant par les gouvernements du Parti des travailleurs au Brésil. Bien que la nouvelle gauche ait divergé de l’ancienne gauche sur la démocratie et les droits de l’homme, elle a également assimilé la croissance économique effrénée au progrès, en particulier pendant la «marée rose» des années 2000. Le taux de croissance au Brésil sous Lula, par exemple, est monté en flèche de 1,9 % à 5,2 % et l’excédent commercial a plus que doublé. En Argentine, le péroniste de gauche Nestor Kirchner a également poussé à l’expansion de l’économie au cours de ses premières années en dévaluant le peso et en rompant la dépendance du pays vis-à-vis du FMI. L’Uruguay, sous le Frente Amplio progressiste, a connu une expansion économique importante, en particulier au cours de sa première décennie au pouvoir. En Bolivie, Evo Morales a stimulé les industries d’extraction de son pays et a réalisé une croissance moyenne de près de 5 % par an au cours de ses 13 années de mandat.

Mais un autre type de gauche émergeait également au cours de ces années, une gauche qui reflétait les revendications des communautés autochtones et des militants écologistes.

En 2007, Rafael Correa a présenté au monde une proposition innovante. Le président équatorien s’est engagé à laisser le pétrole sous le parc national de Yasuni, une vaste réserve de biodiversité, si la communauté internationale offrait 3,6 milliards de dollars de compensation (environ la moitié de ce que l’Équateur aurait pu recevoir en vendant le pétrole). La collecte de fonds a commencé en 2011 et a atteint environ 10 % de l’objectif un an plus tard. Mais l’effort a échoué et le gouvernement équatorien s’est finalement associé à une entreprise chinoise pour commencer à forer le pétrole de Yasuni en 2016, un partenariat qui n’a fait que s’étendre sous le gouvernement conservateur actuel.

Mais l’approche initiale de Correa laissait au moins entrevoir un nouveau progressisme qui ne plaçait pas la croissance effrénée au centre de la politique économique. Cette approche s’est reflétée, par exemple, dans le changement de politique en Uruguay où, malgré les politiques économiques conventionnelles favorables à la croissance, le gouvernement de gauche a fait d’énormes investissements dans l’énergie propre, avec près de 95 % de l’électricité fournie par des sources renouvelables par 2015. Le Costa Rica, sous plusieurs dirigeants sociaux-démocrates, a suivi une voie similaire de décarbonation.

L’Amérique latine reste un fournisseur clé à la fois d’énergie sale et de ressources comme le lithium, qui alimentent une transition énergétique «propre». La nouvelle vague de politiciens de gauche doit faire face aux défis générés par le changement climatique ainsi qu’à la précarité économique aggravée par la pandémie. Ils n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre. Un populisme d’extrême droite – incarné par le président brésilien Jair Bolsonaro et les deux challengers perdants au Chili (Jose Antonio Kast) et en Colombie (Rodolfo Hernández) – reste puissant et prêt si la nouvelle nouvelle gauche faiblit.

Une vague post-rose

Le gouvernement américain réserve son jugement sur la victoire de Gustavo Pietro et Francia Márquez. Pas si Le Washington Postqui a récemment éditorialisé : « Il y a beaucoup de raisons de s’inquiéter dans l’orientation politique que M. Petro a formulée, en particulier son appel à mettre fin à la nouvelle exploration pétrolière, un coup potentiel porté à l’industrie du pays susceptible de faire beaucoup de tort aux revenus d’exportation et peu bon pour l’environnement mondial.

La postequi continue de publier des annonces pleine page pour les entreprises de combustibles fossiles au lieu de suivre l’exemple de désinvestissement de Le gardien, est obtus ici. Oui, l’arrêt des nouvelles explorations pétrolières nuira aux revenus d’exportation de la Colombie, mais La poste est probablement plus préoccupé par l’impact sur les compagnies pétrolières américaines et le prix du gaz en Amérique. Quant à faire “peu de bien pour l’environnement mondial”, si la Colombie arrêtait effectivement la production de combustibles fossiles sous Petro, elle serait le plus grand producteur mondial à donner suite à un tel engagement. Ce serait extrêmement important.

Ce n’est pas tout. Petro veut travailler avec d’autres dirigeants progressistes d’Amérique latine sur une transition à l’échelle régionale. L’un de ces dirigeants est le président récemment élu du Chili, Gabriel Boric, qui a placé l’écologie en tête de son agenda. L’un de ses premiers actes a été de renverser la politique de l’administration précédente en signant l’accord d’Escazu, qui met l’accent sur l’accès à l’information et la justice environnementale. Il a nommé des scientifiques aux plus hauts postes de son administration, dont la climatologue Maisa Rojas au poste de ministre de l’environnement. Le changement climatique n’est pas une question abstraite pour le Chili. Le pays connaît une sécheresse d’une décennie, entre autres conditions aggravées par le réchauffement climatique.

L’un des principaux défis auxquels Boric est confronté est l’industrie chilienne du lithium, qui possède les plus grandes réserves mondiales de ce produit précieux. Il a promis de nationaliser le secteur, ce qui pourrait permettre au gouvernement de réglementer plus rigoureusement les mines en termes de considérations sociales et environnementales. Il envisage également la possibilité de créer davantage de transformation à valeur ajoutée – plutôt que de simplement exporter des matières premières – qui, à son tour, signifierait des emplois plus nombreux et mieux rémunérés.

Sur un éventail de questions, Boric fait face à une opposition conservatrice vocale. Mais il doit aussi faire face à une gauche intransigeante qui n’est pas satisfaite de sa volonté de parler avec ses adversaires politiques, par exemple en défendant une nouvelle constitution pour le pays. Ce type de négociation est essentiel dans une démocratie, et Boric est attaché au processus démocratique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Chili.

“Peu importe qui cela dérange, notre gouvernement aura un engagement total envers la démocratie et les droits de l’homme, sans soutien à aucune sorte de dictature ou d’autocratie”, a tweeté Boric. Il a critiqué le bilan des droits de l’homme à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela. Nicolás Maduro, le dirigeant du Venezuela, a répliqué en qualifiant Boric de membre de la « gauche lâche ».

Mais “lâche” est le mot le moins approprié pour décrire Boric. Comme Petro et Márquez en Colombie, Boric n’a pas peur de tracer une toute nouvelle voie pour son pays. Ensemble, ces dirigeants sont prêts à remettre en question bon nombre des politiques fatiguées et dépassées qui ont caractérisé la précédente vague rose.

“La victoire colombienne donne de l’oxygène à une politique latino-américaine caractérisée par un manque de vision”, écrivent les écologistes argentins Maristella Svampa et Enrique Viale. « Cela a été visible dans le progressisme obstiné en Argentine, en Bolivie et très probablement au Brésil aussi si Lula triomphe aux prochaines élections. Ils ne sont intéressés ni à promouvoir un agenda écosocial ni à discuter d’une transition juste. Par conséquent, ils réduisent considérablement les perspectives de démocratie et d’une vie digne et durable.

Bien que toujours dans la grande tente du progressisme latino-américain, Petro, Márquez et Boric représentent quelque chose de nouveau. Et cela ne se produit pas seulement au niveau de la gouvernance de l’élite. Svampa et Viale ont aidé à créer le Pacte écosocial du Sud, qui a également remis en question le paradigme de la croissance, critiqué les tendances autoritaires de la vieille gauche, mis l’environnementalisme au premier plan et insisté pour amplifier les voix des mouvements sociaux des communautés autochtones et des féministes aux LGBTQ. et des militants antiracistes.

Ce sont des temps sombres où certains des hommes et des femmes les moins compétents et les plus scandaleux ont accédé à des postes de pouvoir dans certains des plus grands pays du monde. Peut-être que l’Amérique latine peut nous montrer un moyen de sortir de cette situation difficile. Dirigée par Petro, Márquez et Boric d’en haut et poussée par le Pacte écosocial d’en bas, la région a une réelle chance de défaire cet extraordinaire décalage entre les besoins du moment et les capacités de nos dirigeants.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/27/latin-americas-new-new-left/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire