La nouvelle volonté de l’Irlande d’adhérer à l’OTAN

0
172

Micheál Martin, Taoiseach d’Irlande, a récemment déclaré : « Nous devons réfléchir au non-alignement militaire en Irlande et à notre neutralité militaire. Nous ne sommes pas politiquement neutres… Nous n’avons pas besoin d’un référendum pour rejoindre l’OTAN. C’est une décision politique du gouvernement. L’affirmation de Martin selon laquelle le gouvernement peut prendre la décision de rejoindre le corps militaire sans référendum ne peut être ignorée. Ce regain d’intérêt pour l’OTAN est bien sûr motivé par la guerre en cours en Ukraine.

Après avoir obtenu son indépendance de la domination britannique, l’Irlande a adopté une politique de neutralité militaire pour éviter de se battre dans les guerres impérialistes. Cependant, parce que l’élite irlandaise a adopté le modèle britannique, l’Irlande a trouvé une place dans la sphère paneuropéenne de l’accumulation. L’État irlandais a déjà déshonoré ceux qui se sont battus contre l’impérialisme britannique en s’efforçant de s’intégrer pleinement dans cette sphère autrefois dirigée par la Grande-Bretagne et dirigée par les États-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Rejoindre l’OTAN serait un abandon total de son histoire anticoloniale.

Dans Side-car, Lili Lynch a récemment décomposé le caractère problématique du désir de la Finlande et de la Suède d’adhérer à l’OTAN. Elle a écrit que, pour la Suède, “rejoindre l’Occident” signifie “se lier à un bloc au pouvoir dirigé par les États-Unis et supprimer simultanément toutes les institutions nominalement socialistes – un processus qui est déjà en cours depuis des décennies”. Pour l’Irlande, cela signifie s’engager et supprimer toute prétention nominale à la légitimité anticoloniale. Avec cette motion, l’État irlandais non seulement abandonne le reste du monde colonial, mais cherche activement à consolider sa position de supériorité coloniale.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis se sont soudainement retrouvés aux commandes de l’empire européen de l’extraction. Elle détenait 60 % de la richesse mondiale et avait quadruplé la production industrielle tandis que les anciennes puissances impériales étaient battues en brèche par la guerre. Sa politique et sa pratique se concentraient explicitement sur le maintien de cette nouvelle position dominante. En conséquence, sa volonté de « reconstruire » l’Europe au lendemain de la guerre, facilitée par l’OTAN et le plan Marshall, a obligé les pays européens à prendre des mesures structurelles qui ont renforcé la dépendance vis-à-vis des intérêts capitalistes américains.

Faire partie de « l’Occident » – résister au totalitarisme qui rôdait comme une bête enveloppée à l’Est – signifiait embrasser un environnement propice à la solidification et à l’expansion de la position dominante de l’Amérique dans le monde d’après-guerre, facilitant le transfert de l’impérialisme pouvoir de l’Europe. L’État irlandais s’est aligné à bien des égards mais a, jusqu’à présent, réussi à éviter de rejoindre l’alliance militaire impérialiste. Pourtant, pour ceux qui sont au pouvoir, rejoindre l’OTAN est la prochaine étape nécessaire dans la tentative désespérée de prouver que l’Irlande est une partie productive de « l’Occident ». Quand Martin dit que l’Irlande n’est pas politiquement neutre, il veut vraiment dire allégeance à ces mêmes structures politiques qui ont ravagé le peuple irlandais pendant des siècles.

L’Irlande est en mesure de le faire parce que les Irlandais se sont frayés un chemin dans les rangs de la suprématie blanche. Il est devenu une partie de l’Europe et, par conséquent, ressent beaucoup plus de sympathie et de points communs avec tout Européen qu’avec les peuples colonisés du soi-disant Sud global. Cela est devenu évident dans le traitement de la guerre en Ukraine. Comme Olena Lyubchenko l’a écrit dans un article récent :

« Les élites occidentales et ukrainiennes nous répètent à maintes reprises que “l’Ukraine mène une guerre européenne” et que “l’Ukraine défend l’Europe”. Dans ce contexte, l’idée émergente de « l’Ukrainité » et son équation avec « l’européanité » est médiatisée par une conceptualisation de la race, de la classe, du genre et de la sexualité. La souveraineté et l’autodétermination de l’Ukraine sont de plus en plus perçues par les élites locales comme étant liées à l’incorporation dans la « forteresse Europe » et à la transformation de la « nation ukrainienne » en « blanche » et « européenne ».

L’Irlande a déjà assuré sa place au Conseil de sécurité et participe de manière limitée aux missions européennes de “défense”. Il repousse maintenant régulièrement ces principes embêtants qui ont jusqu’à présent empêché le pays de s’asseoir aux côtés d’États comme la France et le Canada à la table du pouvoir. À ce rythme, Martin et Varadkar pourraient tout aussi bien retirer les plaques du GPO et couper la tête de la statue de Connolly qu’ils gardent cachée derrière la gare routière de Dublin. Mieux encore, ils peuvent en installer de nouveaux à Kilmainham sur lesquels on peut lire : “où les bâtards sont morts”.

L’élan de sympathie pour l’Ukraine et le soutien indéfectible à ses efforts de défense nationale ne s’accompagnent pas non plus d’expressions de soutien à d’autres personnes confrontées à des situations similaires dans le monde. C’est un facteur clé qui doit être examiné. Comme l’a également écrit Lyubchenko, “Il est certain que les circonstances auxquelles sont confrontés les citoyens d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak, du Yémen, de Gaza et d’Éthiopie sont également exceptionnelles”. Où sont donc les cris d’alignement avec un bloc au pouvoir déterminé à s’opposer à la violence infligée aux populations d’Afghanistan et de Gaza ?

Il y a une histoire de solidarité anticoloniale en Irlande. En fait, comme l’écrit James Beirne, une tension dialectique existe en Irlande entre les sphères coloniale et anticoloniale. Il y a probablement plus de soutien pour la Palestine parmi les Irlandais que dans presque tous les autres États occidentaux. Pourtant, le virage colonial en Irlande montre de la force. Rejoindre « l’Occident » convient à ceux qui, comme les Irlandais, peuvent bénéficier de sa sphère de pouvoir. Le soutien au peuple ukrainien peut prendre de nombreuses formes, mais rejoindre l’OTAN n’est pas vraiment un soutien à l’Ukraine – c’est plutôt un soutien à la sphère européenne et à la position de l’Irlande dans celle-ci.

L’Irlande a marché sur une ligne fine pendant la soi-disant guerre froide en faisant des expressions de solidarité avec les peuples colonisés sans trop secouer le bateau. À bien des égards, il reconnaissait alors que les luttes à l’échelle mondiale ne pouvaient être réduites aux éléments d’une lutte de pouvoir entre le soi-disant totalitarisme et le monde libre. Dans des coins éloignés du monde, elle a vu l’impérialisme et la révolution et connaissait assez bien son histoire pour savoir où elle en était. Il reconnaissait que les guerres de la guerre froide étaient, à bien des égards, une continuation du colonialisme européen.

Cette réalité était difficile à ignorer lorsqu’il y avait des soldats britanniques dans les rues irlandaises et que des techniques de torture et de contrôle étaient pratiquées dans le Nord avant d’être exportées vers le Sud. C’était, bien sûr, un membre de l’OTAN qui a mené l’une des guerres les plus importantes et les plus sales de l’histoire européenne moderne dans le nord de l’Irlande encore sous contrôle britannique. Bien qu’un processus de paix ait été convenu il y a des décennies, on ne peut ignorer que les structures globales qui ont conduit et permis l’impérialisme et le colonialisme britanniques en Irlande n’ont jamais changé.

Il ne faut pas oublier que les actions de l’OTAN ne sont pas bienveillantes et ne visent pas à défendre l’indépendance ou à prévenir la violence. L’OTAN est une structure de domination militaire et ses actions concernant l’Ukraine ne peuvent être dissociées de ses structures et pratiques globales. Ce n’est pas un corps qui s’efforce de défendre la liberté et la liberté. Il fait partie d’un système par lequel les États-Unis et la sphère paneuropéenne s’enrichissent par la domination et l’extraction des peuples colonisés du monde. Rejoindre l’OTAN, c’est l’assumer entièrement.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/irelands-new-drive-to-join-nato/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire