La pandémie a-t-elle donné un essai à la théorie monétaire moderne ?

0
63

La semaine dernière, Jeanna Smialek a écrit un article au New York Times c’était en partie un profil de Stephanie Kelton et en partie un commentaire sur la théorie monétaire moderne (MMT) à la lumière de la pandémie. Plus que toute autre chose, la pièce est vraiment déroutante et étrange. Cela part du principe que le MMT a été « testé » pendant la pandémie, mais ce principe est très clairement faux.

Notre réponse à la récession du coronavirus n’a pas été très différente de notre réponse à la Grande Récession de 2008.

Dans les deux cas, la Réserve fédérale a réduit les taux d’intérêt à zéro.

Dans les deux cas, le gouvernement fédéral a poursuivi une relance financée par le déficit.

Même la forme des plans de relance était similaire. Les deux packages comprenaient des allocations de chômage prolongées, des extensions du crédit d’impôt pour enfants et du crédit d’impôt sur le revenu gagné, une aide aux gouvernements des États et locaux via des subventions aux districts scolaires et des augmentations du soutien fédéral à Medicaid, et des «chèques de relance» d’une sorte ou d’une autre.

La réponse budgétaire a été plus importante cette fois-ci, mais la sévérité de la récession l’a également été.

Si notre réponse à la récession du coronavirus était un « essai MMT », alors notre réponse à la Grande Récession était-elle également un « essai MMT » ? Est-ce que « faire du MMT » est simplement une stimulation budgétaire et monétaire pour aider à sortir le pays d’une récession ? Est-ce lorsque vous augmentez le déficit public de 10,3 % du PIB (récession du coronavirus) au lieu de l’augmenter de 8,6 % du PIB (Grande Récession) ? Sont ces 1,7 points où le MMT entre en jeu ?

Une autre façon de prétendre que nous avons fait un essai MMT serait de souligner certains des éléments de politique favorables au MMT que nous avons mis en œuvre. Les partisans du MMT ne se contentent pas de dire que nous devrions avoir une politique budgétaire et monétaire anticyclique – ce que presque tous les économistes disent – ​​mais ont également des approches spécifiques de la politique anticyclique.

Une chose qu’ils ont tendance à préconiser est le financement monétaire manifeste des déficits budgétaires. Ainsi, plutôt que de vendre des obligations pour financer les déficits, puis de demander séparément à la Réserve fédérale, à sa discrétion, de créer de l’argent pour acheter ces obligations, de nombreux utilisateurs de MMT sont vraiment déterminés à dépenser directement l’argent créé. En effet, certains partisans du MMT ont en fait convaincu Rashida Tlaib d’inclure ce “seigneuriage de pièces” dans l’un de ses projets de loi de relance. Mais ça n’a pas marché. Aucun financement monétaire manifeste n’a jamais eu lieu.

Une autre chose qu’ils ont tendance à promouvoir est l’approche de la «garantie d’emploi» (JG) pour gérer le chômage. Avant la pandémie, les défenseurs du MMT passaient une grande partie de leur temps à faire valoir que nous devrions gérer le chômage en demandant aux chômeurs de faire des travaux d’intérêt général pour le salaire minimum. Dans le cadre de ce plaidoyer, ils ont également passé une grande partie de leur temps à critiquer l’idée des prestations sociales en espèces, qu’ils ont qualifiées de dangereusement inflationnistes. Lorsque la pandémie a frappé, les défenseurs les plus inconditionnels du JG dans les rangs du MMT – Pavlina Tcherneva et Randy Wray – ont déclaré que nous devions faire un JG tout de suite. Wray est même allé jusqu’à dire que nous devrions faire le JG au lieu de “augmenter les allocations de chômage”. Comme pour le financement monétaire manifeste, la réponse à la récession du coronavirus ne comportait pas de JG et a plutôt été gérée presque entièrement avec les types d’avantages en espèces que les partisans du MMT ont eu tendance à critiquer.

Ce dernier point a été l’un des développements les plus intéressants dans le monde du MMT au cours de la dernière année. Après avoir passé des années à se définir contre les transferts monétaires à grande échelle et à les combattre légèrement au début de la pandémie, les partisans du MMT semblent s’être entièrement ralliés à eux au cours des 1,5 dernières années environ. Soit pour des raisons politico-coalitionnelles, soit par désir de revendiquer le mérite de la politique en cours, ou peut-être les deux, le monde du MMT a essentiellement cessé de parler de garanties d’emploi tout en soutenant le largage d’hélicoptère après le largage d’hélicoptère.

En lisant l’article de Smialek, une question que vous devez vous poser est : que faudrait-il qu’il se passe pour discréditer le MMT ? Quel indicateur économique devrait aller dans quelle direction après quelle série d’actions pour montrer que les partisans du MMT ont tort?

Smialek ne fait aucun effort pour répondre à cette question, même si son article est ostensiblement axé sur le succès ou l’échec du MMT, à la fois sa théorie et ses partisans. Pour de nombreux détracteurs du MMT, la réponse à la question est que vous devriez regarder si l’inflation a augmenté après un projet de loi de relance. Si c’est le cas, alors une grande partie de ce que MMT dit dans son plaidoyer public est fondamentalement discrédité.

La raison de penser cela est que les partisans du MMT disent régulièrement des choses qui impliquent que nous pourrions avoir un État-providence social-démocrate à part entière sans augmenter du tout le niveau d’imposition. En effet, ce sont ces proclamations qui semblent en réalité être le secret de son attrait auprès de certains progressistes.

Atteindre 7 % d’inflation bien avant même de renifler un État-providence social-démocrate semblerait donc jeter de l’eau froide sur tout cela. Le raccourci MMT qu’on nous avait promis n’existe pas vraiment.

Cela dit, je pense qu’il est important de distinguer l’article que Smialek a écrit d’une évaluation de Kelton en soi. Kelton a certainement dit des choses étranges sur la réponse à la pandémie. L’idée que (1) la relance monétaire et budgétaire conventionnelle, (2) qu’aucun défenseur du MMT n’avait de rôle direct dans, (3) qui se concentrait sur les prestations en espèces, (4) qui manquait de financement monétaire manifeste et d’une garantie d’emploi, et (5 ) qui a été suivie d’une forte inflation est une plume majeure dans le plafond du MMT est un peu comique. Mais ce n’est pas non plus vraiment la faute de Kelton si Smialek a fait du mauvais travail avec le profil. Les échecs de Smialek ne sont pas ceux de Kelton, et il serait injuste de les confondre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire