La persécution Biden-Trump de Julian Assange

0
61

Source photo : Jeanne Menjoulet – CC BY 2.0

Pendant un bon moment, on pourrait blâmer Trump pour la monstruosité des poursuites perpétrées contre le journaliste Julian Assange. Mais maintenant, il est temps pour Trump de passer à autre chose. Le pire assaut contre le premier amendement et une presse libre au cours des derniers siècles n’est plus uniquement le sien. Biden en est propriétaire. Biden pourrait mettre fin à cette persécution d’État d’un journaliste aujourd’hui, s’il en avait envie. Une persécution qu’un expert de l’ONU a qualifiée de torture. Une persécution qui pourrait facilement conduire à la mort d’Assange.

Mais peut-être que c’est le point. En effet, si tuer Assange n’est pas le but, Biden devrait le prouver, en lui pardonnant maintenant. Biden n’en a pas envie. Contrairement à Jamal Khashoggi, dont il a déploré le meurtre avant de ne pas le faire, Biden n’a jamais censuré les années d’abus dont Assange a été victime par le gouvernement américain. Il l’a activé. Contrairement à Trump, qui a très bien pu être menacé de destitution par des sénateurs comme Mitch “le fossoyeur de la démocratie” McConnell, si Trump a osé rêver de pardonner à Assange, Biden n’a jamais été vulnérable à une menace aussi hypothétique. En fait, il est dans le coin de McConnell. Par son inaction, il est clair que Biden approuve l’attaque criminelle de l’État contre Assange.

Biden et Trump ressemblent tous deux à des nains moraux par rapport au président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, qui a remis le mois dernier une lettre à Biden au sujet du journaliste assiégé. Dans cette épître, selon Reuters le 18 juillet, Lopez Obrador “a défendu l’innocence de Julian Assange et renouvelé une précédente offre d’asile au fondateur de Wikileaks”, au Mexique. Cette offre est intervenue un mois après que le Royaume-Uni a approuvé l’extradition d’Assange vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 ans de prison pour ce que tout le monde sait être de fausses accusations en vertu d’une loi qui ne devrait même pas exister, la loi sur l’espionnage.

Cette loi a servi uniquement de matraque contre les ennemis politiques et leur discours depuis sa promulgation en 1917. Elle a battu des socialistes et des communistes comme Eugene Debs, Emma Goldman, Julius et Ethel Rosenberg, et des dénonciateurs comme Daniel Ellsberg et Edward Snowden. Selon le PEN American Center, cet édit “avait été utilisé de manière inappropriée dans des cas de fuites ayant une composante d’intérêt public”. C’est un euphémisme. Un an après la promulgation, en 1918, 74 journaux s’étaient vu refuser les privilèges d’envoi postal en vertu de la loi sur l’espionnage. Cette loi a été conçue pour harceler et emprisonner les opposants à ce que de nos jours de nombreuses personnes bien informées considèrent comme une catastrophe qui n’aurait jamais dû se produire, à savoir la folie sanglante de Woodrow Wilson, la Première Guerre mondiale. Cette loi existe dans un seul but : paralyser la liberté d’expression.

En effet, c’est pourquoi la loi sur l’espionnage ne devrait pas exister. Lopez Obrador a déclaré que l’arrestation d’Assange “signifierait un affront permanent à la liberté d’expression”. Il a bien compris. Mais rien d’autre qu’un silence aigre sur sa dernière offre n’a émané de la maison blanche. En fait, Lopez Obrador n’a jamais reçu de réponse à sa première lettre à Biden il y a plus d’un an. Face à un geste gracieux pour faire la chose humaine, morale et civilisée et mettre fin à cette perversion grotesque de la justice, Biden agit simplement comme s’il espérait que cette opportunité de compassion disparaîtra et que tout le monde oubliera qu’il fait quelque chose d’indicible.

L’avocate et épouse d’Assange, Stella Assange, s’est lancée héroïquement dans cette bataille. C’est un combat contre un Goliath, l’État sécuritaire et carcéral américain. Mais cette tâche herculéenne n’est pas entièrement sans espoir. Comme l’ont récemment prouvé quelques membres d’une tribu afghane légèrement armés, le géant a des pieds d’argile. Pourtant, il aurait été préférable qu’Assange ait complètement fui l’ouest ; au lieu de se rendre à Londres depuis la Suède, comme il l’a fait au début de cette saga, s’était-il envolé pour la Russie, comme le très chanceux Snowden, qui s’y trouva par accident, et ainsi sauvé des griffes de fer de la soi-disant justice américaine système. Et maintenant, il est clair que le Mexique, en fait peut-être un certain nombre de pays d’Amérique latine, aurait été heureux de l’abriter. Eh bien, de l’eau sous les ponts, mais toujours une leçon, un synonyme pour tout autre journaliste qui se retrouve un jour sur cette grande route vers l’enfer.

Les 18 accusations réelles contre Assange, y compris complot de piratage, fournissent l’excuse la plus fragile pour l’emprisonner. Le vrai reproche impérial est qu’il a osé embarrasser l’État de sécurité américain. Il l’a fait de la manière la plus flamboyante avec la vidéo Meurtre collatéral, basé sur des images divulguées de Chelsea Manning, également torturée par des geôliers américains, au point de tenter de se suicider dans sa cellule, après ce qui était de facto et ne peut être qualifié que de deuxième poursuite à double incrimination. Cette vidéo montrait les vraies couleurs d’une grande partie de l’armée américaine – et ces couleurs sont rouge sang, comme dans meurtrier – alors qu’ils assassinaient onze civils irakiens innocents, dont deux journalistes de Reuters, et blessaient deux enfants, depuis leur hélicoptère Apache, comme s’il étaient un jeu vidéo sadiquement pervers. Assange a osé montrer au monde qui est l’Amérique impériale. Et le portrait de ce visage déformé était extrêmement laid.

Dans le passé, les dénonciateurs s’en sortaient mieux. Certes, cet état est venu pour Ellsberg, responsable des Pentagon Papers, publiés pour la première fois en 1971, mais il s’est échappé. De nos jours, le gouvernement américain ne laissera pas les fuiteurs et les dénonciateurs glisser entre ses griffes. Ils subiront la violence de l’État. Et la trajectoire ascendante de cette violence de l’époque d’Ellsberg à celle d’Assange reflète inversement la pente descendante de l’empire, le déclin, si vous voulez, de la décence, de l’équité, de l’ouverture, de toutes les vertus civilisées, alors que l’immense édifice impérial pourrit de l’intérieur . La cruauté est ce qui remplace ces vertus, qui de toute façon n’ont jamais été aussi répandues que les soi-disant patriotes américains voudraient vous le faire croire. Cruauté et soif de vengeance. Biden n’a rien fait pour corriger cela. Pire que rien. Pendant son règne, les roues de fer de la punition ont continué, inexorablement, mettant en danger la santé mentale et la vie même d’Assange.

Mais pour répéter, c’était peut-être le but depuis le début – qu’Assange meure en prison. Peu importe quand, tôt ou tard, la CIA, l’armée, les gros bonnets politiques – ils auront leur petite et repoussante revanche. Cela leur vaudra la peine, car le spectacle de la destruction d’Assange terrifiera tellement les journalistes, qu’aucun n’osera refaire ce qu’il a fait. Si Biden pardonnait à Assange, le monde entier résonnerait des cloches de la liberté de la presse (et qui sait ce que ces journalistes tenteraient alors courageusement, effrontément ?) Sinon, avec la destruction d’Assange par l’État, il n’y aura que le silence des sténographes, qui se disent journalistes, et de la cellule de prison dans laquelle Assange est enseveli. Ainsi, continuant à suivre Trump, Biden ne se contente pas de museler une presse libre, il aide à l’écraser pour de bon.

De nombreuses étapes discrètes et de nombreuses mesures malveillantes et secrètes ont conduit à cette débâcle actuelle de la liberté d’expression. Les États-Unis ont ordonné à leur vassal britannique d’abandonner leur propre héritage de liberté de la presse en harcelant Assange – mais sans harceler les journaux, comme le Guardian et le New York Times, qui ont imprimé les scoops d’Assange. Ces journaux n’ont pas été martyrisés, ils ont plutôt été placés au premier rang, en guise d’avertissement, lors de la crucifixion d’Assange. Ils ont regardé, pendant sept ans, le Royaume-Uni enfermer Assange dans l’ambassade équatorienne, et eux, comme d’autres journaux, ont fait du bruit et ont ainsi participé à la diffamation suédoise pour viol contre lui. Puis le chien d’attaque américain s’en est lassé, a chargé l’ambassade il y a plus de trois ans et a jeté Assange dans un cachot dans une prison réservée aux criminels extrêmement violents et dangereux. Ou peut-être que la chronologie comportait des points délicats plus obscurs et était plus alambiquée : peut-être que les États-Unis ont aidé à se débarrasser d’un président équatorien de gauche, Rafael Correa, qui protégeait Assange, ont aidé à le remplacer par quelqu’un qui ferait une bonne marionnette, Lenin Moreno , qui a donné son feu vert à l’expulsion d’Assange de l’ambassade et donc à sa destruction éventuelle. Peut-être même que certaines personnes, quelque part dans les entrailles de l’État de sécurité américain, ont enchaîné toutes ces étapes, exprès, juste pour avoir Assange. Paranoïaque et complotiste ? Oui. Mais ne sous-estimez jamais la haine américaine officielle envers Julian Assange.

Après tout, Hillary Clinton s’était lamentée “ne pouvons-nous pas simplement le droner?” Le Royaume-Uni avait donc ses ordres de marche depuis longtemps, et la survie d’Assange était la moindre de ses préoccupations. Une fois qu’ils l’ont enchaîné en prison, ils lui ont administré des médicaments psychotropes, altérant sa mémoire et ses fonctions mentales générales. Effacer sa personnalité, cela semble être le but. Et la vengeance de l’humiliation impériale, c’est le but pour lequel les États-Unis et le Royaume-Uni ont saboté leur état de droit et leur histoire sacrée de la liberté de la presse. Pour se venger d’un éditeur arrogant qui croyait en la vérité.

Le journaliste Chris Hedges a qualifié de farce le premier procès d’Assange dans la salle d’audience de la juge Vanessa Baraitser. La procédure par la suite n’a pas été meilleure. Comme Hedges l’a écrit à propos de ce premier procès, il manquait dès le départ une base légale – pour détenir Assange en prison ou pour juger un citoyen australien en vertu de la loi américaine sur l’espionnage. « La CIA a espionné Julian à l’ambassade… enregistrant les conversations privilégiées entre Julian et ses avocats alors qu’ils discutaient de sa défense. Ce seul fait a invalidé le procès.

En effet, le 15 août, un groupe d’avocats et de journalistes a poursuivi l’ancien directeur de la CIA Mike Pompeo. Ils avaient rendu visite à Assange à l’ambassade d’Équateur et, selon le dissident du 15 août, “allèguent que l’agence sous Pompeo les a espionnés en violation de leur droit à la vie privée”. La poursuite désigne également une société de sécurité privée en Espagne, UC Global, et son directeur comme défendeurs. UC Global s’est occupé de la sécurité de l’ambassade équatorienne. Selon l’avocat principal des plaignants, Richard Roth, cité par le dissident, les visiteurs d’Assange “avaient une attente raisonnable que les gardes de sécurité de l’ambassade équatorienne à Londres ne soient pas des espions du gouvernement américain chargés de livrer des copies de leurs appareils électroniques à la CIA”.

Les visiteurs ont dû remettre leurs appareils électroniques à ces gardes lorsqu’ils sont venus à l’ambassade, et ne savaient pas que la société de sécurité “copiait les informations stockées sur les appareils”, rapporte le dissident, “et aurait partagé les informations avec la CIA. Pompeo aurait autorisé et approuvé l’action. De plus, « Pompeo aurait approuvé le placement de microphones cachés dans de nouvelles caméras à l’ambassade. Il aurait approuvé la mise sur écoute de l’ambassade avec des microphones cachés. Il aurait signé un plan pour permettre à la CIA “d’observer et d’écouter les activités quotidiennes d’Assange à l’ambassade”. ” Alors Mike “Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé” Pompeo, était clairement à la hauteur de ses vieux trucs – ruses et des stratagèmes qui devraient faire rejeter cette affaire contre Assange de tout tribunal avec un minimum de respect pour la loi. (C’est un tribunal du nord de la Virginie, le territoire de l’État de sécurité américain, alors ne retenez pas votre souffle.)

Apparemment, rapporte le Dissident, “bien plus de 100 citoyens américains qui ont rendu visite à Assange à l’ambassade équatorienne” ont vu leur droit à la vie privée violé. “L’opération d’espionnage soutenue par la CIA a commencé vers janvier 2017 et a duré jusqu’à la résiliation du contrat d’UC Global vers avril 2018. À ce moment-là, le ministère de la Justice sous le président Donald Trump avait déjà un acte d’accusation scellé contre Assange.”

Le procès d’Assange a également été invalidé par des révélations ultérieures selon lesquelles la CIA prévoyait de l’enlever ou de l’assassiner, alors qu’il se retranchait à l’ambassade équatorienne. Tout comme la nouvelle selon laquelle un témoin clé contre Assange, un hacker islandais et pédophile présumé, Sigurdur Ingi Thordarson, s’est parjuré. Thordarson a avoué à un journal islandais avoir « menti sur le fait qu’on lui avait demandé de pirater des ordinateurs afin d’obtenir l’immunité et déformé ses liens avec le fondateur de Wikileaks », rapporte The Wire le 7 juillet 2021. Cette bombe, faisant exploser la crédibilité de la justice américaine cas du ministère, a été signalé à peine et à contrecœur aux États-Unis.

Le journaliste et ancien diplomate Craig Murray a qualifié le procès d’Assange de « pantomime judiciaire ». C’est parce que le gouvernement américain a dirigé le procureur de Londres, John Lewis. « Lewis a présenté ces directives à Baraitser. Baraitser les a adoptés comme ses décisions juridiques. Baraitser et Lewis ont ainsi saccagé mille ans de droit anglais.

Biden devrait faire de même pour l’histoire beaucoup plus courte de 250 ans de la jurisprudence américaine. Biden prétend soutenir la liberté d’expression. C’est risible, car une telle affirmation est incompatible avec la poursuite des poursuites contre Assange. Si le président soutient vraiment le premier amendement, il devrait le prouver. Jusqu’à ce qu’il obtienne l’abandon de ces accusations contre Assange, qu’il lui pardonne ou qu’il fasse quelque chose pour annuler cette affaire, Biden n’est pas différent de tous les dirigeants autoritaires qu’il aime dénoncer. L’histoire regarde. Il ose Biden agir sur le principe d’une presse libre. Je prédis qu’il ne le fera pas.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/19/the-biden-trump-persecution-of-julian-assange/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire