L’Ukraine est indépendante | Nouvelle Europe

0
71

Alors que l’Ukraine célèbre sa 31e année d’indépendance, elle se retrouve à mener une guerre pour son existence existentielle. Ce n’est pas une guerre de son choix ou de sa fabrication et ce n’est pas le résultat de sa belligérance, mais une conséquence de l’ambition impérialiste de son voisin qui ne peut s’empêcher de la nouvelle réalité historique qui va bientôt redéfinir l’existence de la région.

Cependant, l’Ukraine a fait un choix de son plein gré qui confirme et définit son indépendance : elle a choisi de résister aux ambitions impérialistes de la Russie affirmant ainsi sa souveraineté.

Il a décidé de cette voie à un coût qui n’a pas encore été entièrement chiffré. Après six mois de guerre que beaucoup pensaient durer une semaine, ce que l’on peut savoir avec certitude, c’est que l’Ukraine ne sera en aucun cas occupée, ne se soumettra à l’assujettissement politique de la Russie ou ne compromettra pas sa souveraineté politique.

Ce n’est pas une guerre d’indépendance. L’Ukraine est une nation européenne indépendante, moderne et démocratique.

Indépendamment de la situation militaire en constante évolution sur le terrain, l’Ukraine a déjà gagné la guerre contre la Russie. Car s’il est un truisme qui se révèle chaque jour en se défendant contre un voisin criminel autoritaire et génocidaire, c’est que le monde reconnaisse que l’Ukraine ne se soumettra jamais aux diktats du monde russe. Période.

Il reste à l’Ukraine à compter ses morts, à les pleurer, puis à reprendre le travail de transformation de sa société en un État démocratique moderne, digne et fondé sur des règles.

La résistance de l’Ukraine a bouleversé les hypothèses de longue date sur la validité du principe de « sphère d’influence » dans un monde d’après-guerre froide. Sa résistance et son sacrifice lui ont valu le droit de prendre ses propres décisions sur sa souveraineté et la détermination de son destin national. Il rejette catégoriquement la Russie et a choisi « l’Europe » et les traditions politiques de la démocratie.

L’Ukraine n’est pas la Russie et ne le sera jamais. Cela ne l’a jamais été. Malgré des décennies, voire des siècles, d’efforts russes et de propagande soviétique pour déformer l’histoire et la culture uniques de l’Ukraine afin d’influencer la pensée de l’Ukraine dans le cadre de son empire, l’Ukraine est, selon toutes les définitions, un pays souverain.

C’est une vérité têtue à accepter pour beaucoup, et même pour certains Occidentaux, mais c’est néanmoins vrai et cela ne peut être nié. La résistance actuelle de l’Ukraine aux ambitions russes et sa volonté de se sacrifier sur le champ de bataille ne font que témoigner davantage de sa détermination.

L’Ukraine ne se soumettra jamais aux ambitions impériales de la Russie. Ça ne peut pas. Les valeurs des Ukrainiens, notamment leur prédisposition génétique inhérente à la liberté, ne permettront pas que cela se produise. L’Ukraine a résisté et continuera de résister au fascisme de Poutine et à l’agression génocidaire de l’armée russe. sur le champ de bataille. Cela ne peut que durcir ce fait dans la mentalité de l’esprit russe et celui des partenaires occidentaux de Kyiv.

L’arrogance de la Russie et son isolement politique et économique conduiront probablement à son affaiblissement et à sa disparition définitive. Sa conception de l’usage du pouvoir a conduit à révéler la perversité de son pouvoir. C’est encore un autre truisme qui a résulté de la critique existentielle ukrainienne du chauvinisme russe. La Russie est une culture de mort et anti-humaine.

Dans cette région, le leadership, la modernité et le changement en matière de droits de l’homme, ainsi que l’innovation culturelle et économique pragmatique ont toujours émané de Kyiv. L’histoire montre que c’est l’Ukraine qui détermine la grande histoire de la région. C’est une histoire qui ne peut être niée.

Alors que la guerre se termine en Ukraine, elle va une nouvelle fois saisir l’opportunité d’évoluer sur son parcours européen historique. En gagnant la guerre, il aura évolué dans sa compréhension de la façon dont son histoire et sa vision du monde façonneront et détermineront finalement l’avenir de cette région. Plus important encore, c’est dans le cadre de cette tradition historique qu’elle se transformera sûrement en une nation moderne et démocratique fondée sur la primauté de la dignité humaine et l’État de droit.

La Russie n’a jamais eu de telles traditions et de telles valeurs sont à la fois étrangères aux Russes en ce qui concerne leur psychologie et leur pratique sociétale. Les Russes, malgré leurs ambitions périodiques envers l’Europe, ont toujours révélé que l’essence de leur civilisation est profondément enracinée dans le despotisme asiatique. La Russie n’a jamais évolué pour devenir un pays où règne le respect de la dignité humaine ou de la souveraineté de la loi comme fondement du régime politique intérieur. Ces ingrédients essentiels n’existent tout simplement pas dans leurs gènes.

La preuve en est évidente alors qu’ils tentent de détruire à la fois un pays et une culture qui aspirent à se transformer en une société où la liberté individuelle et les aspirations de son peuple sont orientées vers la liberté nationale et l’autonomie fondée sur des règles souveraines.

Poutine le comprend très bien. C’est cela qu’il craint. C’est la raison pour laquelle il veut détruire l’Ukraine. Il applique le seul mécanisme que la culture de la Russie et les vestiges du totalitarisme et de l’autoritarisme soviétiques lui permettent, c’est-à-dire ; si vous ne pouvez pas contrôler quelque chose ou quelqu’un, vous le détruisez alors, surtout s’il résiste.

La Russie, et le poutinisme en particulier, ne sont pas les bâtisseurs d’une société qui fournit un contexte pour le progrès humain individuel, mais sont des destructeurs d’âme et de vie, des passionnés de la culture de la mort qui suivent constamment la voie de l’assujettissement, imposant le servage à tous ceux qui aspirent à exprimer leur désir inné de liberté et de souveraineté. C’est aussi pourquoi ils bombardent des hôpitaux, des écoles et des institutions culturelles et tuent des civils. Ce sont des semeurs de peur et sont responsables du déplacement de millions de personnes.

L’Ukraine post-Maïdan a choisi la voie de la liberté et, en tant que telle, est perçue comme une menace pour l’ordre politique actuel et l’existence même de la Russie telle qu’elle est désormais formulée. La Fédération de Russie a perdu la guerre philosophique contre l’Ukraine, mais elle ne s’en rend pas encore compte. Son nihilisme est incapable de justifier même humainement sa validité dans son fonctionnement actuel. Pour Poutine et pour une majorité de Russes, la guerre, c’est la liberté.

Les personnes en quête de paix doivent accepter une nouvelle formulation et compréhension d’une Ukraine indépendante. La souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine ne sont pas négociables. C’est la nouvelle réalité. Ironiquement, ce changement de paysage a été provoqué par un Poutine arrogant et audacieux lorsqu’il a commencé la guerre contre l’Ukraine.

L’Ukraine apprend que l’indépendance et la liberté qui en découle doivent être combattues et que le prix de la liberté est élevé, à la fois en sang et en argent. Mais il est clair que l’Ukraine et la plupart de ses habitants sont prêts à payer ce prix.

Ce fait même ne peut échapper à ses partenaires occidentaux. Dans la lutte pour la liberté, la souveraineté et l’indépendance, il n’y a pas de quartier à faire sous forme de compromis. L’Ukraine ne peut plus être considérée comme un «pays frontalier» dont le destin et le sort peuvent être négociés par le biais de compromis à une table de négociation.

Une Ukraine indépendante est un fait historique. Les penseurs de l’Empire doivent accepter cette nouvelle réalité et agir en conséquence si une paix « géopolitique » doit être atteinte.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire