La police fédérale canadienne a perquisitionné les terres des Premières nations pour protéger les entreprises de combustibles fossiles

0
175

Fin novembre, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a effectué une descente et démantelé Coyote Camp, un camp de résistance et le blocus du pipeline Coastal GasLink (CGL) sur les terres Wet’suwet’en dans la province de la Colombie-Britannique (C.-B.). Ils ont arrêté des dizaines, dont deux journalistes qui couvraient les événements.

La police a présenté cet effort comme une «mission de sauvetage» pour soutenir plusieurs centaines de travailleurs derrière la ligne de blocus – une affirmation qui met à rude épreuve la crédulité – et comme l’exécution d’une injonction de la Cour suprême de la Colombie-Britannique à l’appui du pipeline. Le camp, qui fonctionne depuis septembre, a été mis en place pour arrêter le forage du projet sous le Wedzin Kwa (également connu sous le nom de Morice River).

Mobilisant une unité militarisée, la police a utilisé une hache et une tronçonneuse pour entrer dans une maison. Comme le rapporte le Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN), l’entreprise comprenait «une unité tactique de la GRC équipée d’hélicoptères, de tireurs d’élite, de fusils d’assaut et de chiens». Brett Forester observe dans De nation à nation que le gouvernement de la Colombie-Britannique a approuvé le déploiement de l’unité en tant qu’action d’urgence sous l’autorité du vice-premier ministre et solliciteur général Mike Farnworth.

Le gouvernement de la province, dirigé par le Nouveau Parti démocratique (NPD), de gauche, a cherché à se distancer de l’action coercitive. Les décisions d’exécution, affirment-ils, « sont prises par la police. Les politiciens ne dirigent pas les opérations policières en Colombie-Britannique. La réponse du gouvernement est une évasion classique qui cherche à dépolitiser l’action hautement politique et inutile.

Les Wet’suwet’en sont une Première Nation dont le territoire non cédé se trouve dans la région du centre-nord de la Colombie-Britannique. Il existe cinq clans parmi les Wet’suwet’en et plusieurs communautés. La Première Nation est gouvernée par les chefs héréditaires précoloniaux et le conseil de bande élu qui a été établi par la loi coloniale post-confédération au Canada.

En réponse à l’assaut de la police militarisée et frustré par le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique, une faction de gauche du NPD a lancé une pétition populaire dénonçant le raid. La pétition a été signée par une poignée de députés néo-démocrates actuels et anciens ainsi que par des membres et des responsables de haut niveau du parti. La pétition condamne « dans les termes les plus forts le raid militarisé sur le point de contrôle de Gidimt’en et le camp de coyote par la GRC sur le territoire de Wet’suwet’en, comme autorisé par le premier ministre Horgan et le gouvernement BCNDP ».

La pétition vise également le NPD fédéral en des termes non équivoques :

Nous exprimons en outre notre consternation et notre colère face à la déclaration du NPD fédéral en réponse à ces événements, qui masque le rôle oppressif que la GRC et le BCNDP jouent dans la perpétuation de la violence coloniale. Nous sommes fermement du côté de la nation Wet’suwet’en et condamnons les individus et les entités qui sont prêts à fermer les yeux sur le colonialisme par souci d’opportunité politique.

Les affrontements entre l’État – les tribunaux, les politiciens, la police – et les défenseurs des terres qui s’opposent au projet CGL comme une menace environnementale se poursuivent depuis des années. Au début de 2020, avant la pandémie, les défenseurs des terres Wet’suwet’en et leurs alliés ont bloqué les voies ferrées après que la GRC a appliqué une ordonnance du tribunal à l’appui de la construction d’un pipeline.

Les opposants au gazoduc liquéfié affirment que le projet pose un risque pour les cours d’eau, les zones humides et la vie marine. Début décembre, la Société Radio-Canada (CBC) a rapporté que les inspecteurs du Bureau d’évaluation environnementale de la Colombie-Britannique ont découvert que Coastal GasLink n’avait pas encore donné suite aux ordonnances environnementales liées au projet de gazoduc remontant à 2020. L’entreprise affirme qu’elle a immédiatement traité les ordonnances de non-conformité. Mais les ordres eux-mêmes soutiennent les inquiétudes de ceux qui s’opposent au projet.

Au-delà des préoccupations environnementales, l’impasse reflète les tensions persistantes entre l’État et les communautés autochtones. Le gouvernement fédéral et diverses provinces, dont la Colombie-Britannique, qui a adopté une loi sur les droits des autochtones en 2019, ont régulièrement revendiqué une volonté de réconciliation avec les peuples autochtones. Cependant, les efforts de l’État pour soutenir et faire avancer les projets de ressources naturelles – à travers des années de raids et de démantèlement de blocus – sapent ces revendications. L’État doit encore trouver un moyen de reconnaître et de respecter de manière cohérente et substantielle les droits autochtones.

Cependant, l’opposition au projet CGL ne va pas de pair avec l’activisme pour les droits des autochtones — la situation est plus compliquée qu’il n’y paraît. Il y a des nations autochtones qui soutiennent le pipeline et des Wet’suwet’en qui s’opposent aux protestations et aux blocus. Il y a aussi des mésententes entre les chefs héréditaires, qui soutiennent la résistance, et les chefs élus, qui s’y opposent.

Dans une entrevue avec la CBC, le chef Woos, un chef héréditaire Wet’suwet’en, a souligné que l’État n’a pas le droit de contrôler l’action sur la terre, y compris qui y a accès. Interrogé par l’animatrice de CBC Carol Off sur les peuples autochtones qui ne sont pas d’accord avec lui et la résistance, Woos a déclaré :

Je dis que je les respecte toujours. Je ne veux plus continuer à manquer de respect aux Wet’suwet’en. je ne veux plus avancer [with] ces tactiques de division pour régner par n’importe qui. Je respecte toujours les gens avec leurs propres opinions, surtout quand ce sont des gens Wet’suwet’en.

La résistance au projet CGL et le recours à la force policière par l’État pour le neutraliser représentent une impasse intenable. À l’intérieur de cette impasse se trouvent les préoccupations environnementales qui grandissent de jour en jour à mesure que la menace du changement climatique augmente ; les questions de droits autochtones qui n’ont pas encore été abordées ; l’érosion des libertés de la presse ; et la menace d’une force de police de plus en plus militarisée. La question pose également un défi aux manifestants non autochtones, aux politiciens, aux journalistes et à d’autres qui doivent trouver un moyen de s’engager sur ces questions sans aplatir ou homogénéiser les voix des peuples autochtones.

Ce ne sera pas la dernière fois que le Canada sera confronté à de tels problèmes. En effet, il est très probable que ce ne sera pas la dernière fois que le Canada sera confronté à de tels problèmes concernant le pipeline CGL et la résistance Wet’suwet’en. Tous les yeux doivent rester rivés sur la crise – non seulement en raison des implications urgentes et importantes de la situation, mais aussi en raison de la manière dont son déroulement affectera l’avenir de l’environnement, les droits des peuples autochtones et la menace toujours présente de violence d’État.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire