La RCA se prépare à un référendum qui pourrait prolonger le règne du président Touadera | Nouvelles des élections

0
249

La République centrafricaine (RCA) organisera dimanche un référendum constitutionnel contesté qui pourrait permettre au président Faustin-Archange Touadera de proroger son pouvoir.

Les électeurs seront invités à décider s’il faut supprimer la limite présidentielle actuelle de deux mandats et permettre effectivement à Touadera de se présenter pour la troisième fois en 2025. Les partis d’opposition ont appelé au boycott du vote.

Élu pour la première fois en 2016, Touadera a de nouveau été élu quatre ans plus tard après une élection polarisée entachée d’allégations de fraude. À l’époque, des entrepreneurs de sécurité russes, dont des membres du groupe Wagner, ont aidé Touadera à repousser une offensive rebelle.

Les changements constitutionnels proposés, s’ils sont adoptés, augmenteraient également le mandat présidentiel de cinq à sept ans et introduiraient le rôle d’un vice-président, une personnalité nommée par le président. La nouvelle constitution ouvrirait également la voie à des changements dans la composition de la Cour suprême en permettant au président de nommer davantage de juges.

“Le référendum va institutionnaliser la dérive autoritaire qui était déjà en cours dans le pays”, a déclaré Enrica Picco, expert de Crisis Group pour la RCA, ajoutant que le référendum était l’aboutissement d’un projet de longue haleine du président pour resserrer son emprise sur le pouvoir.

Des officiers de Wagner ont été vus près du président centrafricain Faustin-Archange Touadera à Bangui plus tôt en juillet [Leger Kokpakpa/Reuters]

L’idée d’une révision constitutionnelle a été avancée pour la première fois lors d’un dialogue public organisé l’année dernière avec l’intention déclarée de réconcilier le pays après une décennie de guerre et de troubles.

L’argument de Touadera pour organiser le vote était que la constitution actuelle ne reflète pas « suffisamment les aspirations profondes du peuple centrafricain ».

En septembre de l’année dernière, il a mis en place un comité chargé de rédiger le nouveau tableau. La Cour constitutionnelle du pays a toutefois déclaré l’organe nouvellement créé inconstitutionnel et l’a annulé.

En janvier, Touadera a limogé le chef du tribunal, Daniele Darlan, dans un geste décrié par les détracteurs du président.

Une faible participation attendue

Les critiques ont déclaré que les modifications proposées étaient précipitées sans laisser le temps à un examen public approprié. Le projet a été soumis au Parlement et rendu public le 10 juillet, 20 jours seulement avant le vote.

Human Rights Watch a déclaré dans un rapport le mois dernier que le gouvernement avait empêché un débat ouvert sur les changements dans la préparation des élections. Il a permis aux partisans du président d’organiser des rassemblements, souvent avec une protection de sécurité, tout en réprimant les partis d’opposition et les groupes de la société civile qui protestaient contre les changements, a ajouté le groupe de défense des droits.

“L’attitude du pouvoir envers l’opposition depuis le début de ce référendum n’a pas favorisé la liberté d’expression des opposants”, a déclaré Vianney Ingasso, analyste politique basé en RCA.

L’opposition n’a pas non plus été en mesure de monter un front unifié, a déclaré Picco, notant que les appels à manifester des dirigeants politiques vivant en exil n’ont pas trouvé de résonance auprès des personnes à l’intérieur de la RCA et que les acteurs internationaux n’ont pas fourni un soutien suffisant à l’opposition.

Il y a près de deux millions de personnes qui ont le droit de voter lors du référendum, mais Ingrasso a déclaré qu’il y avait une apathie généralisée dans le pays à propos d’un sondage dont le résultat devait être un “Oui”.

“La population centrafricaine dans son ensemble ne semble pas du tout intéressée par le référendum”, a-t-il ajouté. “Vu l’engouement autour de ce projet, ce qui est certain, c’est que la participation sera très faible.”

Cette image de piscine diffusée par l'agence Sputnik montre le président russe Vladimir Poutine saluant le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadera lors d'une cérémonie d'accueil lors du deuxième sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg le 27 juillet 2023. (Photo de Pavel BEDNYAKOV / POOL / AFP )
Le président russe Vladimir Poutine salue son homologue centrafricain, Faustin-Archange Touadera, lors du sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg [Pavel Bednyakov/AFP]

Sécurité

La RCA, un pays riche en or et en diamants de 5,5 millions d’habitants, a du mal à trouver la stabilité depuis son indépendance de la France en 1960. Elle a sombré dans un nouveau chaos en 2013 après que le président de l’époque, François Bozizé, a été destitué par une alliance rebelle. Après le coup d’État, les milices ont riposté et le pays est tombé dans une spirale de violence sanglante et d’attaques de vengeance, les groupes armés contrôlant de vastes étendues de territoire.

En 2018, Touadera s’est tourné vers des mercenaires du groupe russe Wagner pour réprimer la violence et chasser les combattants des principaux centres urbains. Depuis lors, les liens entre la RCA et la Russie se sont renforcés, Moscou obtenant des contrats pour exploiter les vastes ressources minérales du pays.

S’exprimant vendredi, lors de la deuxième journée du sommet Russie-Afrique qui s’est tenu à Saint-Pétersbourg, Touadera a remercié Moscou “de nous aider à nous opposer à l’hégémonie étrangère”. Il a ajouté que la Russie avait aidé son pays à éviter une guerre civile et à sauver sa démocratie.

Ce mois-ci, un porte-parole de Touadera a déclaré que des centaines de combattants de Wagner étaient arrivés dans le pays pour aider à sécuriser le référendum constitutionnel.

L’ambassadeur de Russie en RCA a déclaré plus tôt cette année qu’il y avait 1 890 « instructeurs russes » dans le pays.

Des groupes de défense des droits de l’homme et les Nations Unies ont accusé à plusieurs reprises les mercenaires de Wagner en RCA d’avoir commis des violations des droits de l’homme.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/7/29/car-braces-for-referendum-that-may-extend-president-touaderas-rule

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire