La réunion de l’ONU sur la biodiversité a été déplacée de Chine dans le cadre d’une approche “zéro-COVID” | Actualités Environnement

0
68

La Convention des Nations Unies sur la diversité biologique de décembre aura désormais lieu à Montréal, au Canada, selon un organisme mondial.

Les Nations Unies ont déclaré qu’elles déplaceraient les pourparlers pour obtenir un accord mondial sur la biodiversité après 2020 de la Chine au Canada en raison des politiques anti-coronavirus strictes de la première.

Le sommet du 5 au 17 décembre de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité – connue sous le nom de COP15 – aura lieu à Montréal au lieu de Kunming, a indiqué mardi son secrétariat dans un communiqué.

La Chine s’en est tenue à une politique stricte «zéro-COVID» qui a limité les visiteurs internationaux et verrouillé à plusieurs reprises des parties ou la totalité des villes pour éradiquer toute épidémie de virus. L’approche est de plus en plus en contradiction avec d’autres grands pays qui ont assoupli les restrictions et se sont orientés vers la vie avec la maladie.

Initialement prévue à Kunming en octobre 2020, la COP15 a été retardée en raison du COVID-19.

Un premier cycle de discussions a eu lieu virtuellement en octobre 2021 et les négociations devaient reprendre dans la ville du sud-ouest de la Chine en avril, mais les pourparlers ont été reportés à plusieurs reprises en raison de la pandémie.

“En raison des incertitudes persistantes liées à la pandémie mondiale en cours, la Chine, en tant que présidente de la COP, avec le soutien du Bureau, a décidé de déplacer les réunions de Kunming vers un lieu en dehors de la Chine”, a déclaré Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire exécutive de la convention, a déclaré dans le communiqué de mardi.

Malgré le changement de lieu au siège du secrétariat à Montréal, la Chine continuera à présider le prochain sommet et le thème et le logo resteront inchangés.

Appel à un accord “ambitieux”

La conférence COP15 visera à adopter un cadre mondial pour la biodiversité afin d’arrêter et d’inverser les pertes de plantes, d’animaux et d’écosystèmes dans le monde.

L’effort, similaire à l’accord historique de Paris sur le climat, vise à créer des objectifs de protection de la nature à long terme pour le milieu du siècle et des objectifs à court terme pour 2030, poussant les 195 signataires de la convention à inscrire ces objectifs dans les politiques nationales.

L’un des projets d’objectifs les plus notables est de conserver 30% des zones terrestres et maritimes dans le monde d’ici 2030, mais le financement des pays les plus pauvres pour les aider à atteindre cet objectif et d’autres a longtemps été un point de friction.

Li Shuo, conseiller politique pour Greenpeace Chine, a déclaré dans un message sur Twitter que l’annonce du nouvel emplacement “devrait concentrer l’esprit de chacun … sur la qualité de l’accord”.

Il a appelé à « des objectifs de protection ambitieux, [a] mécanisme de mise en œuvre robuste et un ensemble de financements solide ».

Brian O’Donnell, directeur de l’organisation à but non lucratif Campaign for Nature axée sur la conservation, a déclaré qu’il était “essentiel que le monde entier se mobilise derrière le Canada et la Chine pour proposer un accord ambitieux et financé de manière adéquate à Montréal”.

Selon le dernier rapport Protected Planet du Centre mondial de surveillance de la conservation de la nature des Nations Unies, 17 % des habitats terrestres et environ 7 % des zones marines étaient protégés d’ici 2020.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/21/un-biodiversity-meet-shifted-from-china-amid-covid-uncertainties

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire