La “révolution verte” de l’Europe est une aubaine pour le charbon et le gaz

0
79

Malgré des décennies de recherche sur le climat, d’activisme public et de conférences internationales, les combustibles fossiles sont de retour à la mode. Les grands producteurs gagnent des sommes astronomiques, le cours de leurs actions augmente et de nouveaux investisseurs affluent. Le résultat est que la transition mondiale tant vantée vers les énergies renouvelables est, une fois de plus, suspendue.

La guerre brutale de Poutine contre le peuple ukrainien a largement contribué à ce changement, en perturbant radicalement le commerce mondial des combustibles fossiles. L’occupation russe et les sanctions imposées par les États-Unis ont considérablement fait grimper les prix de l’énergie, jusqu’à quinze fois leurs niveaux d’avant-guerre à certains moments.

Beaucoup espéraient que ces événements pourraient accélérer la transition de l’Europe vers les énergies renouvelables. Certains groupes environnementaux ont même adhéré à la résurgence du militarisme, arguant qu’investir dans les énergies renouvelables était un moyen de renforcer l’Occident contre ses rivaux impériaux.

Mais le contraire s’est avéré vrai. La Financial Times récemment ont rapporté que les gouvernements européens dépenseront plus de 50 milliards d’euros dans les infrastructures et les approvisionnements en combustibles fossiles en prévision de l’hiver à venir.

Les barons du charbon sont les bénéficiaires les plus immédiats de cette frénésie d’investissements toxiques. L’Europe dépense actuellement 4,5 milliards de dollars supplémentaires pour la réouverture d’anciennes centrales au charbon et importera plus de 13 milliards de tonnes de charbon supplémentaires cette année. Cela se traduira par une augmentation de 7% de l’utilisation du charbon, en plus de l’augmentation de 13% de l’année dernière.

Des schémas similaires se produisent ailleurs, alors que de plus en plus de gouvernements optent pour l’option moins chère et plus polluante du charbon. En conséquence, la demande mondiale de charbon devrait revenir au niveau record atteint en 2013 et rester à ce niveau au moins jusqu’en 2024.

Certains commentateurs insistent sur le fait que tout cela n’est qu’un accident temporaire, un petit détour sur le chemin du net zéro d’ici 2050. Mais c’est de la foutaise. La planète ne peut se permettre aucun détour, car divers signes indiquent qu’elle est déjà sur une trajectoire pire vers la catastrophe climatique que ne l’aurait espéré le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU. Et même dans le cas improbable où la relance du charbon s’avérerait temporaire, d’autres éléments de la réponse européenne bloqueront la consommation de combustibles fossiles pendant des décennies.

Cela s’applique en particulier aux plans de l’Europe pour se sevrer du gaz russe. La réponse évidente à la volatilité des prix de l’énergie aurait été d’investir des billions dans les énergies renouvelables publiques, les installations de stockage et les mesures d’efficacité. Cela pourrait être financé par une augmentation substantielle des impôts sur les riches, en particulier les milliardaires des combustibles fossiles qui ont conduit la civilisation humaine de manière égoïste vers leau bord de la catastrophe. Rien qu’au cours des trois mois précédant la fin juin, ExxonMobil, Shell et Chevron ont engrangé 41 milliards de dollars de bénéfices.

Au lieu de cela, le continent injecte des dizaines de milliards dans les infrastructures gazières, notamment de nouveaux pipelines, des terminaux gaziers offshore et des contrats à long terme. L’idée est d’étendre la capacité de l’Europe à importer et à traiter du gaz provenant du Moyen-Orient, d’Amérique du Nord et même d’Australie. À elle seule, l’Allemagne est en train de construire cinq terminaux offshore ainsi que deux autres installations permanentes de traitement du gaz à terre. Le gouvernement de centre-gauche – dont font partie les Verts allemands – vient également de voter une nouvelle loi suspendant les évaluations environnementales afin de s’assurer que rien n’entrave ce projet. Au total, environ 25 nouvelles installations de traitement du gaz sont en cours de construction dans toute l’Europe.

Ces plans sont une catastrophe pour le climat. Chaque terminal offshore coûte des centaines de millions de dollars à établir et à exploiter, les terminaux terrestres coûtant encore plus cher, ce qui représente de l’argent qui ne sera pas dépensé pour développer les énergies renouvelables et les infrastructures. Plus désastreusement, les contrats d’approvisionnement en gaz associés à ces types d’investissement ont tendance à se mesurer en décennies. Ceux qui investissent des sommes aussi importantes dans ces projets, tant les gouvernements que les spéculateurs, sont incités à les utiliser le plus longtemps possible pour maximiser leurs rendements, et donc à ne pas réduire sérieusement les émissions pendant cette période.

Certains représentants du gouvernement ont maintenu un faux-semblant selon lequel cette infrastructure pourrait éventuellement être utilisée pour l’hydrogène vert. Mais rien ne prouve que l’hydrogène vert puisse être produit efficacement à l’échelle requise, ni même que les terminaux et les conduites puissent gérer un matériau aussi volatil.

Dans un rapport publié en novembre dernier, l’Association internationale de l’énergie soulignait que “tout indique un écart grandissant entre les ambitions et les objectifs politiques d’un côté et les réalités du système énergétique actuel de l’autre”. Ce contre quoi ils luttent, même s’ils ne veulent pas y faire face parce qu’ils sont convaincus que le système peut changer, c’est que le bavardage sur la transition est un théâtre politique pour nous distraire pendant que les pollueurs empochent des milliards.

Comme pour souligner ce point, le Parlement européen a récemment adopté une motion visant à augmenter son objectif d’énergies renouvelables pour 2030 de 40 à 45 %, ce qui semble bien sur le papier mais que les actions des gouvernements constituants indiquent qu’ils n’ont même pas l’intention d’essayer d’atteindre.

Au milieu de tout cela, les patrons australiens ont flairé une opportunité. Avec la flambée des prix des énergies fossiles, il y a de l’argent à gagner. Les capitalistes australiens des combustibles fossiles déploient actuellement plus de 100 nouveaux projets de charbon et de gaz pour le marché d’exportation très rentable.

Un seul exemple suffit pour clarifier ce que cela signifiera pour l’effort mondial visant à empêcher un réchauffement de plus de 1,5 degré. En juin, le Premier ministre Anthony Albanese a approuvé le projet gazier de Scarborough au large des côtes de l’Australie occidentale. Il produira environ 1,4 milliard de tonnes de gaz à effet de serre au cours de sa durée de vie, ce qui équivaut à trois fois les émissions annuelles actuelles de l’Australie. Et ce n’est qu’un des 114 nouveaux projets de charbon ou de gaz qui seront lancés au cours des prochaines années. S’ils vont tous de l’avant, le résultat sera de doubler les émissions annuelles de l’Australie.

Les patrons sont habilement aidés par leurs fidèles serviteurs du parti travailliste. Sous Albanese, ces derniers ont maîtrisé l’art européen de la rotation climatique : faire beaucoup de bruit sur les énergies renouvelables et adopter des motions sérieuses déclarant leur intention de faire la transition, tout en enracinant plus profondément les combustibles fossiles dans l’économie.

Partout où ils le peuvent dans le monde, les exportateurs de combustibles fossiles investissent dans de nouvelles capacités et se préparent à des décennies de profits en plein essor, encouragés en partie par la guerre en Ukraine. Ceci est particulièrement préoccupant, car alors que la classe dirigeante et ses médias essaient de prétendre que la guerre en Ukraine est extérieure au fonctionnement normal du système, ou une sorte d’aberration temporaire, la réalité est que la guerre est une partie nécessaire et éternelle de capitalisme. C’est l’excroissance logique et inévitable d’une société basée sur une concurrence acharnée pour le profit.

Une guerre entre les États-Unis et la Chine, désormais largement considérée comme inévitable, est susceptible d’être plusieurs fois plus destructrice que n’importe quelle autre dans l’histoire de l’humanité. Déjà, des sommes énormes sont détournées vers des budgets militaires en préparation. C’est de l’argent qui pourrait être utilisé pour améliorer la société et réparer l’environnement. Des usines qui pourraient employer des gens pour faire tout ce dont nous avons besoin pour la transition sont en ce moment même utilisées pour produire des outils de plus en plus high-tech de meurtre de masse en prévision d’une guerre à venir.

La menace de guerre peut s’ajouter à la litanie des autres crises que le système génère chaque jour. Ouvrez n’importe quel journal et vous verrez des rapports sur les catastrophes naturelles, les victimes de la pandémie et l’effondrement du niveau de vie en raison de l’inflation. Outre leur impact immédiat sur la vie de millions de personnes, chacun de ces épisodes agit comme un choc pour le système, perturbant à la fois la vie politique et économique de manière imprévisible.

Face à ces urgences, les capitalistes chercheront frénétiquement des solutions afin de préserver la stabilité et la rentabilité de leur système. Mais de tels moments se prêtent à des solutions à court terme qui sont intrinsèquement truquées en faveur des riches et ne traitent pas les problèmes sous-jacents.

Ainsi, le gouvernement du Queensland est prêt à dépenser 2,5 milliards de dollars pour les secours et la reconstruction cette année, mais continue de subventionner la mine de charbon d’Adani, ce qui garantira que les futures catastrophes seront encore pires. Les gouvernements sont plus désespérés pour subventionner et servir les industries qui génèrent de gros profits en temps de crise.

Une action réelle sur le changement climatique signifie non seulement mettre fin à ces pratiques, mais aussi dépenser de grandes quantités d’argent et de ressources pour des mesures correctives. Une étude commandée par les Champions de l’action pour le climat des Nations Unies estime que 125 000 milliards de dollars doivent être dépensés dans le monde pour atteindre le zéro net d’ici 2050. C’est beaucoup d’argent dans le meilleur des cas économiques, ce qui n’est pas le cas. À mesure que l’inflation et les taux d’intérêt augmentent, la pression s’accroît sur les gouvernements endettés, c’est-à-dire tous, pour qu’ils réduisent leurs dépenses, équilibrent leurs budgets et « réduisent la demande ». Les gouvernements qui veulent s’en tenir aux règles du système financier mondial – encore une fois, tous – insisteront sur le fait qu’ils ne peuvent pas se permettre de dépenser trop pour des choses qui n’améliorent pas immédiatement la rentabilité de l’économie, comme les écoles, les hôpitaux, l’aide sociale et l’évitement anéantissement environnemental.

Dans la mesure où les pays riches continueront de financer certains projets verts, ils le feront principalement à des fins de relations publiques. Ils ne dépenseront pas les énormes sommes nécessaires pour éliminer progressivement les combustibles fossiles, et ils n’aideront certainement pas les pays pauvres à faire de même.

Une transition ordonnée et socialement juste loin des combustibles fossiles au milieu de la dégradation du climat est peut-être le plus grand défi auquel l’humanité ait été confrontée. Le capitalisme y est un obstacle, car une transition à si grande échelle nécessite une approche fondée sur la coopération mondiale, une planification à long terme et un système qui valorise les personnes et la planète plutôt que le profit. Alors que les gouvernements se préparent à la guerre alors que la planète brûle, fond, gèle et inonde, les arguments en faveur du socialisme n’ont jamais été aussi clairs.

Source: https://redflag.org.au/article/europes-green-revolution-coal-and-gas-bonanza

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire