Quel est le programme de l’Assemblée générale des Nations Unies ?

0
64

Au milieu d’une foule de défis, les trois grandes priorités de l’Assemblée générale des Nations Unies de cette année seront la guerre de la Russie contre l’Ukraine, le changement climatique et les pénuries alimentaires. Bruce Jones explique la diplomatie secondaire qui se déroule à New York et la tension croissante entre l’accent mis par les pays occidentaux sur la géopolitique et le besoin des pays du Sud de progresser sur le changement climatique.

Matériel connexe :

Écoutez les podcasts Brookings ici, sur les podcasts Apple ou Google ou sur Spotify, envoyez des commentaires par e-mail à [email protected]

Merci à l’ingénieur du son Gaston Reboredo.


TRANSCRIPTION

PITA : Le secrétaire général António Guterres a ouvert cette semaine l’Assemblée générale des Nations Unies en appelant à la solidarité et à la coopération pour faire face à un monde en péril. Les dirigeants des États membres de l’ONU se réuniront à New York la semaine prochaine en personne pour la première fois en deux ans.

Ici avec nous pour parler des priorités pour l’Assemblée générale de cette année, et à quoi s’attendre dans la semaine à venir, Bruce Jones, chercheur principal et directeur du Projet sur l’ordre international et la stratégie ici au travail. Bruce, merci de nous avoir parlé aujourd’hui,

JONES : Merci de m’avoir invité.

PITA : Ainsi, même si la pandémie s’estompe, le monde ne manque pas d’urgences. De toute évidence, les effets croissants du changement climatique. Nous avons vu de terribles inondations au Pakistan et la chaleur brutale en Europe cet été, les catastrophes humanitaires qui ont suivi là-bas ; également en Afghanistan suite à l’effondrement de leur économie. Il y a la guerre civile en Éthiopie et, bien sûr, l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Avec tout cela parmi lesquels choisir, et bien plus encore, quelles sont certaines des principales priorités de l’Assemblée générale des Nations Unies de cette année ?

JONES: Eh bien, je pense qu’il y aura trois sujets qui domineront la conversation, et vous les avez abordés. Le premier sera l’Ukraine. Il domine évidemment l’actualité mondiale. C’est dans l’esprit de tous les dirigeants en Occident, mais aussi en Asie et dans le reste du monde, alors que les gens s’inquiètent des retombées à plus long terme du conflit. Et les puissances occidentales, les États-Unis et les Européens en particulier, utiliseront l’Assemblée générale pour poursuivre l’effort visant à isoler diplomatiquement la Russie, ou à faire payer à la Russie une sorte de prix diplomatique pour l’invasion de l’Ukraine, et ce sera une caractéristique majeure.

Le deuxième thème sera le changement climatique, et en particulier les pays du Sud, qui sont en première ligne des effets du changement climatique mais qui ont le moins contribué au problème du changement climatique, continueront à faire valoir que le L’Ouest devrait assumer la part du lion du coût de l’adaptation au changement climatique. C’est une position à laquelle l’Occident a résisté pendant de nombreuses années. Il y a une colère et une tension croissantes à ce sujet dans le Sud, et les coûts énormes des inondations au Pakistan seront une sorte de cause célèbre dans leur cas, l’ampleur des coûts, la conséquence.

Et le troisième, qui relie les deux, sera la nourriture, car ce que nous allons surveiller au cours de l’année prochaine, ce sont les événements météorologiques majeurs, les inondations au Pakistan et la guerre en Ukraine, qui exercent tous une forte pression sur l’alimentation mondiale. les stocks, en particulier les céréales et les céréales, etc. Et il y a un certain nombre de pays qui sont déjà sous le choc d’énormes augmentations du prix des aliments. Cela va empirer considérablement l’année prochaine, et il y a beaucoup d’inquiétude à ce sujet. D’autres questions : le surendettement, l’Iran, etc., seront là aussi. Mais je pense que le climat et la nourriture de ces trois Ukraine seront les thèmes qui domineront la conversation.

PITA : Vous avez parlé d’un grand nombre des priorités de l’Occident pour essayer soit d’isoler diplomatiquement la Russie, soit de lui faire payer un certain prix pour son rôle dans la guerre. La Russie est, bien sûr, l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, elle a donc beaucoup de pouvoir à l’ONU. Quel impact la guerre et leur rôle ont-ils eu sur le fonctionnement de l’ONU toute cette année ? Quel genre d’impact pensez-vous que cela aura sur l’Assemblée générale elle-même?

JONES : Au cours des dernières années, nous avons vu la Russie, très enhardie par ses relations avec la Chine, s’affirmer beaucoup plus dans les quartiers de l’ONU, dans la formulation du mandat des opérations de maintien de la paix, dans la conception des missions de médiation , poussant ses propres intérêts, poussant son agenda. Bien sûr, toutes les puissances le font, mais les intérêts de la Russie sont quelque peu hostiles aux nôtres. Et donc nous avons vu beaucoup plus de tension entre les grandes puissances à l’ONU au cours des dernières années.

Ce n’est vraiment que dans le domaine de la paix et de la sécurité que la Russie peut exercer ce genre d’influence. Mais, bien sûr, le domaine de la paix et de la sécurité est la principale chose pour laquelle les États-Unis se tournent vers l’ONU. Il ne trouve pas vraiment beaucoup d’intérêt dans les piliers économiques ou autres de l’ONU ; c’est vraiment le pilier de la paix et de la sécurité.

C’est donc devenu une source de discorde. L’ONU est désormais une sorte de champ de bataille pour la compétition entre les grandes puissances plus qu’une source de coopération entre les grandes puissances et les grandes puissances. Je pense que nous verrons cela continuer. Cela ne gâche pas vraiment trop de travaux, mais cela limite jusqu’où l’ONU peut aller, en particulier sur des questions comme le maintien de la paix.

PITA: Toujours sur cette ligne, le président ukrainien Zelensky a demandé de soumettre une allocution vidéo enregistrée pour accompagner les remarques des autres dirigeants mondiaux à l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine prochaine. Quelle est l’importance de cela? De toute évidence, la Russie s’y oppose. Quelle est l’importance d’avoir un commentaire de leader du champ de guerre, le faire par vidéo plutôt que de pouvoir venir en personne ?

JONES: L’ONU est très conservatrice sur ces questions. Il a fallu des années et des années et des années pour que même le Conseil de sécurité accepte d’avoir des briefings par vidéo, et il ne le fait que rarement. Il y a une logique à y résister. Si tout le monde pouvait briefer par vidéo, personne ne se présenterait. Et en fait, avoir tout le monde au même endroit est en quelque sorte une fonction problématique importante de l’Assemblée générale, il est donc compréhensible qu’il y ait un certain malaise à le faire. Il y a beaucoup de pays qui ont connu la guerre. Leurs propres dirigeants n’ont pas eu cette possibilité, il y a donc une certaine résistance. Voyons si cela se produit.

Le pouvoir de cela sera que Zelensky est un communicateur extrêmement habile, et s’il peut, en fait, s’adresser aux dirigeants mondiaux réunis par le biais de ce mécanisme, je pense que cela aidera son cas, et cela aidera l’Occident et ses efforts pour renforcer soutien à l’Ukraine, c’est pourquoi la Russie s’y oppose fermement.

PITA : Une grande partie de l’accent est mis sur les dirigeants mondiaux eux-mêmes, car, comme vous le dites, il est tout à fait remarquable et important qu’ils se réunissent tous en personne. Mais l’Assemblée générale s’étend à la fois avant qu’ils ne se réunissent tous et après. Quelles sont certaines des choses importantes qui se passent en dehors des grands discours et de toute l’attention des grands médias là-bas.

JONES : Une grande partie de ce qui se passe dans les, ce qu’ils appellent les événements parallèles, avant, pendant et après, est un véritable accent sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Les dix-sept objectifs autour du développement économique et du changement climatique ont été adoptés il y a quelques années, et restent la vedette en matière de coopération internationale et d’espace économique, social et climatique. Les progrès dans la mise en œuvre des ODD accusent un certain retard, sans surprise dans les conditions actuelles. C’est une tribune dans laquelle on peut aussi parler des effets de la crise du COVID qui perdurent, des effets économiques qui peuvent être profonds, des effets sociaux qui ont été conséquents. Cela se poursuivra donc d’un bout à l’autre, et ces questions figureront également dans les commentaires des dirigeants.

Mais le fait que les dirigeants soient tous au même endroit est double. D’abord, vous pouvez prendre la température de l’opinion mondiale avec chaque grand leader international en prononçant un discours, ou la plupart d’entre eux, en tout cas, en prononçant un discours, et vous pouvez avoir une idée des sujets qui sont à l’esprit au niveau international. Mais le plus important encore est que cela leur donne à tous une chance pour les bilatéraux. Le président des États-Unis aura des dizaines de négociations bilatérales pendant qu’il sera là-haut, ou du moins lui et son secrétaire d’État. Les dirigeants mondiaux l’utilisent comme une opportunité de rencontrer des gens qu’ils n’auraient autrement pas eu l’occasion de voyager pour rencontrer. Et le plus important, c’est un lieu où les dirigeants qui seraient confrontés à une opposition politique pour se réunir lors d’un sommet ou se rendre dans la capitale d’un autre pays pourraient se rencontrer tranquillement en marge de l’ONU sans beaucoup de fanfare et d’attention. Et donc il est toujours important de chercher quel genre de rencontres bilatérales se produisent dans cet espace, ce genre de réunions tranquilles qui n’auraient pas eu lieu si vous n’aviez pas ce genre de forum.

PITA : Et enfin, qu’espérez-vous le plus voir se produire la semaine prochaine ? Pour les personnes qui regardent, quelles sont les principales choses que vous aimeriez voir en sortir

JONES : Dans un monde idéal. J’aimerais voir un changement de position de deux façons. J’aimerais voir l’Occident prendre la question des coûts d’adaptation au changement climatique avec la nourriture comme effet de première ligne, mais pas le seul effet de loin, j’aimerais voir l’Occident prendre cela beaucoup plus au sérieux qu’eux ont été au cours des dernières années. L’Occident a adopté une approche très minime à cet égard, acceptant à contrecœur une demande très minime du Sud global pour un financement supplémentaire à ce sujet, mais le refilant essentiellement au secteur privé, ne prenant vraiment pas au sérieux la préoccupation du Sud avec le coûts et conséquences énormes du changement climatique.

J’aimerais voir l’Occident changer de vitesse là-dessus, et j’aimerais voir le Sud changer de vitesse sur la Russie. Je me rends compte qu’il y a des coûts pour eux, mais je pense que c’est extraordinairement bien exprimé par l’ambassadeur du Kenya à l’ONU que l’affaire de l’invasion, de l’effacement des frontières, ou de la tentative de défier l’intégrité territoriale par la force, est une recette pour le chaos. Et ce n’est pas comme si c’était le seul épisode de ce genre dans l’histoire moderne, bien sûr, mais c’est un épisode particulièrement flagrant de violation des principes fondamentaux de la charte de l’ONU. Tout le monde perd si nous érodons ces principes, et j’aimerais donc voir le Sud défendre ces principes, tout comme j’aimerais voir l’Occident solidaire du Sud sur les questions qui les affectent vraiment, à savoir le changement climatique, l’alimentation et l’économie, et non la géopolitique.

PITA : D’accord. Et Bruce, merci beaucoup de nous avoir parlé aujourd’hui et d’avoir expliqué tout cela

JONES: Avec plaisir, merci de m’avoir invité.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 1 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire