La sécurité européenne après le sommet de l’Otan à Madrid

0
56

Fin juin, 25 ans après que Madrid a accueilli pour la dernière fois un sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), la capitale espagnole sera à nouveau le théâtre d’un nouveau chapitre de la sécurité européenne. Et l’Europe, pour l’essentiel, devra être le protagoniste. En définitive, le prochain rassemblement de l’alliance doit nous aider, nous Européens, à nous mobiliser et à assumer nos responsabilités vis-à-vis de la sécurité de notre continent. C’est la contribution la meilleure et la plus nécessaire que l’Europe puisse apporter à l’avenir de l’OTAN.

Le contexte géopolitique d’aujourd’hui est très différent de celui d’il y a un quart de siècle. Lors de son sommet de Madrid en 1997, l’OTAN a invité trois anciens pays du Pacte de Varsovie – la République tchèque, la Hongrie et la Pologne – à s’y joindre. En outre, après la signature cette année-là de l’Acte fondateur OTAN-Russie et la mise en place ultérieure du Conseil OTAN-Russie, l’Europe envisageait l’avenir d’un rapprochement sans précédent avec le Kremlin. Maintenant, bien sûr, il reste peu de cet optimisme.

L’OTAN s’est révélée indispensable à la sécurité de l’Europe et la meilleure garantie de leur sécurité nationale pour un nombre croissant de pays. L’une des conséquences les plus importantes de la guerre en Ukraine a été les demandes d’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, deux pays ayant tous les atouts pour contribuer positivement à l’alliance. Suite à la récente décision des citoyens danois d’adhérer à la politique de défense de l’Union européenne, les institutions qui constituent la base de la sécurité européenne s’alignent de plus en plus.

Pendant des décennies, une fausse dichotomie entre européistes et atlantistes a alimenté un débat stérile et improductif sur la sécurité en Europe. Aujourd’hui, peu de doutes que les Européens doivent contribuer davantage à l’alliance et à la sécurité européenne, et qu’ils doivent développer la capacité de diriger les futures crises de sécurité. La question est donc de savoir comment l’Europe peut contribuer au mieux à la mission de l’OTAN.

Une Europe forte est indispensable pour revitaliser le lien de sécurité transatlantique. Lors d’une de mes premières rencontres en tant que haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, un ancien chef d’état-major de la défense britannique a décrit avec pertinence la direction que cette relation devrait prendre. “Une Europe qui reste alliée aux États-Unis simplement en raison de sa propre faiblesse”, a-t-il déclaré, “a une valeur limitée”.

Renforcer la relation transatlantique implique de reconnaître que sa composante européenne a changé. Les événements de ces derniers mois ont montré que l’UE peut répondre aux menaces à la sécurité de manière coordonnée et vigoureuse. De vastes sanctions contre la Russie, le financement conjoint de fournitures d’armes à l’Ukraine et la simple idée de réduire drastiquement la dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’énergie russe auraient été impensables il y a encore quelques années.

La réponse européenne à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, après les mesures adoptées par le continent pour atténuer les conséquences économiques du COVID-19, a confirmé que l’Europe devient plus forte en période d’adversité. Il est vrai que l’agression du président russe Vladimir Poutine a facilité l’unification de l’Europe. Mais l’ambition de ses dirigeants est notable, compte tenu de certains coûts économiques des mesures pour l’Europe.

La base pour faire progresser l’intégration européenne de la défense existe déjà. Les progrès réalisés au cours des 20 dernières années dans le domaine de la politique de sécurité et de défense commune, l’expérience des missions civiles et militaires de l’UE, le travail de l’Agence européenne de défense et l’adoption de la boussole stratégique placent l’Europe dans une position favorable pour relever le défi.

La volonté des publics nationaux et des institutions de l’UE de financer des projets communs pour renforcer le secteur européen de la défense est une première étape essentielle. Le récent changement de politique du gouvernement allemand – presque doubler les dépenses de défense en 2022, à 100 milliards d’euros (107 milliards de dollars) – représente une opportunité historique de financer des projets avec d’autres partenaires européens.

Et l’Allemagne n’est pas seule. La guerre en Ukraine a incité les États membres de l’UE à annoncer des augmentations sans précédent des dépenses de défense totalisant 200 milliards d’euros au cours des quatre prochaines années. Ces engagements contrastent avec la lenteur antérieure de l’Europe dans ce domaine. Au cours des 20 dernières années, l’augmentation en pourcentage des dépenses de défense combinées des États membres de l’UE a été trois fois inférieure à celle des États-Unis, 15 fois inférieure à celle de la Russie et 30 fois inférieure à celle de la Chine.

Heureusement, le montant des dépenses militaires est moins important que la manière dont elles sont dépensées. Nous devons dépenser mieux, ensemble et en tant qu’Européens. Les dépenses de défense conjointes sont plus efficaces que les efforts nationaux et contribuent à renforcer la base industrielle et technologique de l’Europe. L’engagement récent de la Commission européenne d’allouer 500 millions d’euros à des achats conjoints de défense suggère que l’Europe va dans la bonne direction.

L’Europe dépend actuellement de dépenses hors de ses frontières pour 60 % de ses capacités militaires. Des dépenses de défense plus importantes et de meilleure qualité doivent éviter d’accroître la dépendance de l’Europe vis-à-vis des industries d’armement d’autres pays, car cela saperait les efforts visant à parvenir à une plus grande autonomie stratégique européenne. Mais si nous devons encourager les investissements dans une industrie de défense entièrement européenne, la proposition d’Union européenne de défense de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ne doit pas créer de nouvelles dépendances internes qui profitent à quelques industries nationales en Europe.

Le développement de la politique de défense commune de l’UE n’implique pas de partage des responsabilités en matière de sécurité européenne, ni ne prétend se substituer à la fonction vitale que remplit l’OTAN. Les responsabilités des organisations qui constituent la base du cautionnement transatlantique resteront les mêmes. Ce qui importe, c’est d’assumer ces responsabilités avec toutes nos capacités existantes.

Le commentateur américain Walter Lippmann disait que les alliances sont comme des chaînes : elles ne peuvent pas être fortes avec des maillons faibles. A la veille du sommet de l’OTAN à Madrid en 2022, c’est la meilleure façon de décrire le défi politique auquel est confrontée la relation transatlantique. Seule la volonté politique des Européens et de leurs dirigeants pourra renforcer la sécurité de notre continent.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire