Comment une décision de la Cour suprême affecte la nation Tohono O’odham

0
56

Source de la photographie : Gerald L. Nino, CBP, Département américain de la sécurité intérieure – Domaine public

En 2017, alors que j’interviewais des gens au siège des douanes et de la protection des frontières à Washington, DC, un responsable m’a dit à brûle-pourpoint : “Nous sommes exemptés du quatrième amendement”. La Border Patrol, selon lui, peut contourner la Constitution et procéder à des perquisitions et saisies injustifiées. Je suppose que je n’ai pas trop bien caché mon air de surprise (il l’a dit avec tant d’autorité et de désinvolture !), Parce que l’officier a immédiatement suivi cela d’un rapide “la Cour suprême a statué qu’il y a plusieurs décennies”.

Le 8 juin, la Cour suprême américaine a de nouveau validé cette “exemption” et l’a renforcée. Dans Egbert c. Boule le tribunal a décidé de protéger les agents fédéraux, en particulier les agents de la patrouille frontalière, des poursuites pour droits civils (en rendant cela beaucoup plus difficile). Au centre de l’affaire se trouvait une revendication du quatrième amendement. L’agent de la US Border Patrol Erik Egbert est entré dans la propriété de l’aubergiste Robert Boule à Blaine, Washington, sans mandat pour vérifier le statut d’immigration de certains invités récemment arrivés. Lorsque Boule a protesté contre la présence d’Egbert, Egbert l’a jeté contre un véhicule puis au sol. Dans sa décision en faveur d’Egbert, la Cour suprême a écrit que «la réglementation de la conduite des agents à la frontière a des implications sur la sécurité nationale» et qu’il y aurait un «risque de porter atteinte à la sécurité des frontières».

Comme SCOTUSblog L’écrivain collaborateur Howard Wasserman a déclaré à NPR: “Les considérations de sécurité nationale et d’affaires étrangères qui sont endémiques à l’application de la loi sur l’immigration et aux problèmes d’immigration vont toujours rendre inappropriée la poursuite d’une action en dommages-intérêts.” Comme c’est le cas depuis le 11 septembre, la notion large mais mal définie de sécurité nationale l’emporte sur tout le reste.

Mais il y a une histoire plus longue à cela, comme le responsable du CBP y a fait allusion au début. Le géographe Reece Jones, auteur du prochain Personne n’est protégé : comment la patrouille frontalière est devenue la force de police la plus dangereuse des États-Unis, m’a dit que c’était “le dernier exemple de l’éviscération continue des protections du quatrième amendement. … La Cour suprême avait précédemment statué que les agents de la patrouille frontalière avaient besoin de normes de preuve inférieures pour arrêter les véhicules, pouvaient exploiter des points de contrôle permanents au plus profond des États-Unis et pouvaient utiliser le profilage racial dans l’ensemble de leur travail. Maintenant, même lorsque les citoyens sont soumis à des abus d’autorité flagrants, il n’y a aucun mécanisme pour tenir les agents de la patrouille frontalière responsables.

“J’ai l’impression de ne pas avoir de droits civiques”

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/how-a-supreme-court-ruling-impacts-the-tohono-oodham-nation/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire