La tragédie de la Commission nationale de l’électricité

0
10

En visitant la vallée de Latrobe le mois dernier, j’ai été surpris d’apprendre que l’ancienne State Electricity Commission de Victoria élaborait un plan de réduction des émissions de dioxyde de carbone dès 1988.

J’ai été tellement surpris qu’il a fallu me le dire deux fois. J’étais assis à leur table de cuisine avec Jenny Jackeulen et Luke van der Meulen, tous deux résidents de longue date de la vallée de Latrobe et tous deux anciens employés de la SEC. De 1989 jusqu’à sa retraite en 2016, Luke a été un élu du principal syndicat des centrales électriques, aujourd’hui le district victorien de la division minière du CFMEU.

J’étais venu pour discuter du charbon, du climat et de la transition énergétique. J’avais supposé que cette discussion était, en termes pratiques, d’une poignée d’années. Quelques poignées tout au plus. Donc, c’était un peu une secousse d’apprendre qu’il y a plus de trois décennies, la SEC parlait publiquement des moyens de commencer à résoudre le problème du changement climatique.

Bien sûr, ce ne devait pas être le cas.

La privatisation de la SEC a été une tragédie pour les travailleurs licenciés et pour leurs communautés. C’était aussi une tragédie pour les perspectives d’action climatique.

La Fondation australienne pour la conservation a écrit en 2000 que l’objectif du SECV – réduire les émissions de dioxyde de carbone à 20% en dessous des niveaux de 1988 d’ici 2005 – n’a jamais été mis en œuvre “parce que le SECV a été scindé et vendu par le gouvernement Kennett. Si le plan avait été mis en œuvre, les centrales électriques au lignite autres que Loy Yang auraient été plus ou moins supprimées d’ici 2005 … Aucun plan de ce type n’est apparu depuis n’importe où en Australie et la manière dont l’industrie de l’électricité a été restructurée garantira probablement que de tels plans ne se matérialisent pas ».

Peut-être cette version est-elle trop généreuse pour l’ancienne direction de la SEC. En feuilletant des documents de discussion intitulés La SEC et l’effet de serre, sorti en 1989 et 1992, il y a un mélange familier de mots ambitieux et de mesures concrètes moins radicales. La SEC était allée jusqu’à équiper une maison de panneaux photovoltaïques, mais les coûts étaient élevés. Il a été recommandé de mettre l’accent sur l’efficacité énergétique plutôt que sur les nouvelles technologies de production, à court terme en tout cas.

Pourtant, réduire le CO2 émissions de l’électricité de 20 pour cent d’ici 2005 aurait été un bon début pour la tâche colossale à laquelle nous sommes confrontés dans la construction d’une économie à zéro émission. Mais aucun plan de réduction des émissions de carbone n’a survécu à l’éclatement et à la privatisation de la SEC. Et laisser l’électricité entre les mains d’énormes entreprises à but lucratif depuis lors est une partie importante de l’histoire des 34 années écoulées depuis 1988.

Jenny et Luke m’ont rappelé que les travaillistes, autant que les libéraux, sont responsables de cette débâcle. Après tout, c’est la première ministre travailliste Joan Kirner qui a lancé le processus de démantèlement et de privatisation du réseau électrique de Victoria.

Loy Yang B a été séparée de la SEC et partiellement privatisée. La transmission et la distribution ont été placées dans leur propre entité corporative, et chaque partie de la SEC a été découpée en unités commerciales. L’effectif de la SEC a culminé à près de 23 000 au début des années 1980, dans les premières années du gouvernement travailliste Cain/Kirner. Il avait été réduit à environ 13 000 au moment où Jeff Kennett s’est mis au travail.

Kennett a achevé, de façon brutale, ce que le Parti travailliste avait commencé.

Mais Kennett a perdu les élections de 1999. Les travaillistes ont été au gouvernement à Victoria pendant dix-neuf des 23 années qui ont suivi. Et jusqu’au mois dernier, le Parti travailliste n’avait pris aucune mesure pour inverser ces privatisations (ou de nombreuses autres privatisations de l’ère Kennett, d’ailleurs – en fait, le contraire).

Tout cela tournait dans ma tête lorsque, quelques semaines après ma visite dans la vallée de Latrobe, le premier ministre de Victoria, Daniel Andrews, a annoncé qu’une SEC relancée serait lancée en tant que partenariat public-privé si le Parti travailliste remportait les élections de ce mois-ci. La SEC relancée serait un acteur parmi d’autres sur le marché privatisé de l’électricité renouvelable de Victoria.

De nombreux syndicats, militants pour le climat et gens ordinaires ont ovationné Andrews pour cette décision. A mon avis, il ne le mérite pas.

Le moment de l’annonce, à un mois des élections nationales, pourrait susciter le scepticisme étant donné le manque d’action de longue date des travaillistes dans ce domaine.

Un scepticisme supplémentaire pourrait provenir de la modélisation qui sous-tend les nouveaux chiffres d’Andrews sur la transition énergétique. Cela n’a pas été rendu public, mais selon un document divulgué signalé par le Revue financière australienne, l’ensemble du plan repose sur une technologie d’hydrogène gazeux non éprouvée (et souvent surestimée). L’hydrogène a souvent été utilisé comme couverture pour l’utilisation continue des combustibles fossiles. Nous n’avons aucun moyen de savoir comment les choses vont se dérouler ici.

Mais le plus gros problème avec le plan d’Andrews pour relancer la SEC est que, comme Drapeau rouge éditeur Ben Hillier argumente de manière convaincante, les mesures annoncées par Andrews en octobre feront toujours du marché de l’électricité de Victoria l’un des plus privatisés du pays. Commentant par e-mail l’annonce d’Andrews, Luke van der Meulen n’est pas impressionné :

«Le rétablissement d’un organisme gouvernemental (le deuxième SEC), qui finance la transition des combustibles fossiles sales coûteux vers les énergies renouvelables peut donner de faux espoirs à certains. Je vois n’importe quel futur gouvernement refiler cette nouvelle SEC à des sociétés privées, en veillant à ce qu’elles évitent les coûts et récoltent les bénéfices de toute transition énergétique nécessaire. Donc, encore une fois, les gens supportent à nouveau les coûts et les entreprises récoltent les bénéfices.

Des interventions à petite échelle dans un marché dysfonctionnel, plutôt que de faire pression pour une pleine propriété publique, signifient que la tragédie des 34 dernières années se poursuivra. Par rapport à l’histoire récente, la renaissance de la SEC semble être une grande nouvelle. Mais par rapport à ce qui est réellement nécessaire, l’annonce d’Andrews ne va pas toucher les côtés.

Une transition énergétique digne de ce nom doit impliquer une extension massive du réseau électrique afin que toute l’énergie que notre société utilise – pour les transports, l’industrie, le chauffage et le reste – puisse provenir d’énergies renouvelables.

Le plan d’Andrews n’est pas cela. Il ne s’agit pas d’établir une main-d’œuvre dans le secteur public à peu près de la taille de notre main-d’œuvre actuelle dans la construction, qui est discutablement ce qui est nécessaire pour reconstruire et étendre notre réseau et conduire rapidement vers une économie zéro carbone. Il s’agit d’établir une entreprise à moitié privatisée dans un marché privatisé.

Et l’Australie, et Victoria, sont toujours dépendantes des combustibles fossiles.

L’énergie solaire sur les toits a transformé l’économie du marché de l’électricité ces dernières années. En réduisant la demande d’électricité au charbon pendant le pic de l’après-midi, auparavant lucratif, cela a considérablement réduit les bénéfices des générateurs. Mais si nous prenons du recul et regardons non seulement l’électricité mais aussi l’énergie totale, y compris les transports ainsi que le gaz brûlé dans les foyers et l’industrie, le tableau est sombre.

La chiffres officiels les plus récents montrent que 92% de la consommation d’énergie finale en Australie en 2020-21 provenait de combustibles fossiles. Seulement 8 % provenaient des énergies renouvelables, au sens large. Dans Victoria c’était juste 6 pour cent. Et plus on regarde ces chiffres de près, plus ils s’aggravent.

L’éolien et le solaire sont les seules voies réalistes vers une économie à zéro émission. Nous ne pouvons pas endiguer toutes les rivières et nous ne le voulons probablement pas. L’énergie nucléaire est une industrie toxique qui alimente les armes nucléaires et génère des déchets nucléaires. Malgré la rhétorique, les biocarburants sont rarement neutres en carbone et occupent les terres nécessaires à la nourriture et au stockage du carbone. Le solaire et l’éolien sont donc les seules vraies voies à suivre.

Mais la vérité choquante est que seulement 3,6 % de l’énergie finale provient du solaire et de l’éolien en Australie. Au niveau international, c’est beaucoup moins de 2 pour cent. Des décennies de ce que Greta Thunberg décrit comme « bla bla bla » n’ont, sans surprise, pas réussi à faire bouger le cadran.

Au cours des 34 années perdues depuis que le SECV a publié pour la première fois un document de travail sur l’effet de serre, l’augmentation de la température mondiale par rapport à l’époque préindustrielle a doublé, passant de 0,5 degré à 1 degré. C’est suffisant pour produire des feux de brousse et des inondations record chaque année. Ou tous les mois.

L’année la plus chaude jamais enregistrée en Australie a été l’année catastrophique des feux de brousse de 2019. Selon un rapport de 2020 rapport par le CSIRO et le Bureau of Meteorology, la température record de 2019 “devrait être une année moyenne dans un monde où la température moyenne mondiale est supérieure de 1,5 ° C à la période de référence préindustrielle de 1850-1900”. Ainsi, notre année la plus chaude devient une année moyenne à 1,5 degré de réchauffement. Et nous nous dirigeons bien au-delà de 1,5 degré, comme presque tout le monde le reconnaît.

Pourtant, nous obtenons toujours des efforts symboliques, basés sur une modélisation non spécifiée mais douteuse, annoncés par Daniel Andrews à un mois d’une élection. L’idée d’une autorité publique, responsable de la planification, de la production et de la fourniture d’électricité à des millions de personnes, donnant l’exemple avec un plan de réduction des émissions de dioxyde de carbone, est puissante. C’est aussi une situation qui est totalement en contradiction avec les priorités du capitalisme – au cours des 34 dernières années et dans le futur. C’est enragé.

L’espoir peut être une chose difficile à trouver dans les jours sombres. Il y a une puissante attraction à l’idée que quelqu’un, beaucoup plus puissant que nous ne le pensons, a finalement réglé le problème. Mais le faux espoir est l’ennemi de l’action efficace, tout autant que le désespoir. Dans un récent essai largement diffusé sur la crise climatique, Rebecca Solnit écrit:

“Lorsque vous affrontez l’espoir, vous affrontez ses contraires et ses adversaires : le désespoir, le défaitisme, le cynisme et le pessimisme. Et, je dirais, l’optimisme. Ce que tous ces ennemis de l’espoir ont en commun, c’est la confiance dans ce qui va se passer, une fausse certitude qui excuse l’inaction. Que vous soyez assuré que tout va mal ou que tout se passera bien, vous n’êtes pas obligé d’agir.

Solnit cite un survivant du régime génocidaire de Pol Pot au Cambodge : « Si je n’avais pas espéré, je n’aurais pas lutté. Et si je n’avais pas lutté, je n’aurais pas survécu… »

En ce sens, l’espérance est obligatoire. Pour un socialiste, l’espoir n’est pas non plus difficile à trouver.

L’espoir réside dans le fait que la grande majorité de la population mondiale – ceux qui travaillent pour créer la richesse, plutôt que les quelques personnes qui profitent de notre travail – n’ont aucun intérêt à envoyer le monde plus loin vers le désastre.

L’espoir réside dans le fait que des milliers d’années d’histoire humaine montrent que nous sommes capables de créer et de recréer des conditions sociales apparemment immuables. Combien de fois les esclaves, ou les paysans médiévaux, se sont-ils soulevés contre leurs maîtres ?

L’espoir réside dans le fait que nous faisons tout le putain de travail et que nous pouvons arrêter de le faire.

L’espoir n’est pas lointain. L’espoir est concret.

L’espoir est assis autour de tables de cuisine dans la vallée de Latrobe – ou dans tout autre quartier ouvrier, d’ailleurs – et trouve de l’ingéniosité, de l’esprit et une étincelle de résistance.

Construire l’espoir, c’est trouver un moyen d’attiser cette étincelle dans l’organisation et la lutte collectives.

Autrement dit : l’espoir d’un monde meilleur se trouve dans la lutte pour refaire notre monde.

Source: https://redflag.org.au/article/tragedy-state-electricity-commission

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire