La transition énergétique décolle… ou se heurte à un mur ?

0
56

Photo par American Public Power Association

L’adoption de l’Inflation Reduction Act (IRA) constitue à ce jour l’action climatique la plus audacieuse du gouvernement fédéral américain. Il offre des dégrèvements fiscaux aux acheteurs de voitures électriques, de panneaux solaires, de pompes à chaleur et d’autres équipements d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique. Il encourage le développement de technologies de capture du carbone et promeut la justice environnementale en nettoyant la pollution et en fournissant des énergies renouvelables aux communautés défavorisées. Cette réussite politique signifie-t-elle que la transition énergétique, aux États-Unis sinon dans le monde entier, est enfin sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050 ?

Si seulement c’était ainsi.

Les modélisateurs d’émissions ont estimé que l’IRA réduira les émissions américaines de 40 % d’ici 2030. Mais, comme l’a souligné Benjamin Storrow de Scientific American, les modélisateurs ne tiennent pas compte des contraintes du monde réel. D’une part, la construction de nouvelles infrastructures massives d’énergie renouvelable nécessitera de nouvelles lignes de transmission longue distance, et des problèmes tout à fait prévisibles avec les permis, les matériaux et la politique locale jettent un doute sur la possibilité de construire ces lignes.

Mais les obstacles les plus frustrants à la modernisation du réseau sont peut-être d’ordre politique. Bien que le Texas produise une quantité importante d’électricité éolienne et solaire, il est incapable de partager cette prime avec les États voisins car il dispose d’un réseau autonome. Et il est peu probable que cela change car les politiciens texans craignent que la connexion de leur réseau à une région plus vaste n’ouvre le système électrique de l’État à la réglementation fédérale. Un ralentissement réglementaire similaire basé sur l’État est omniprésent ailleurs. Dans un rapport publié en juillet, le North Carolina Clean Energy Technology Center a noté que, jusqu’à présent cette année, les régulateurs du Texas n’ont approuvé que 478,7 millions de dollars sur les 12,86 milliards de dollars (3,7%) d’investissements dans la modernisation du réseau à l’étude, en raison des craintes d’augmenter factures de services publics pour les résidents locaux.

Mais la modernisation du réseau n’est qu’un domaine dans lequel la transition énergétique se heurte à des obstacles aux États-Unis

​​​Il est certain qu’à la suite de l’IRA, davantage de véhicules électriques (VE) seront achetés. La récente décision de la Californie d’éliminer progressivement les nouvelles voitures à essence d’ici 2035 renforcera cette tendance. Actuellement, un peu moins de 5 % des voitures vendues aux États-Unis sont des véhicules électriques. D’ici 2030, certaines projections suggèrent que la proportion sera de moitié, et d’ici 2050, la grande majorité des véhicules légers sur la route devraient être électriques. Cependant, ces estimations supposent qu’un nombre suffisant de véhicules peuvent être fabriqués : les problèmes de chaîne d’approvisionnement pour l’électronique et les matériaux de batterie ont ralenti les livraisons de véhicules électriques ces derniers mois, et ces problèmes pourraient s’aggraver. De plus, les crédits d’impôt de l’IRA pour les véhicules électriques iront uniquement aux acheteurs de voitures dont les matériaux proviennent des États-Unis. C’est probablement une bonne chose à long terme, car cela réduira la dépendance aux longues chaînes d’approvisionnement pour les matériaux. Mais cela soulève des questions sur les impacts environnementaux et humains localisés de l’augmentation de l’exploitation minière.​​​​​

De nombreux écologistes sont ravis de l’IRA; d’autres moins. Ceux du camp le plus critique ont désapprouvé la promotion du nucléaire par le projet de loi et notent que, pour gagner le vote du sénateur Joe Manchin, les démocrates ont accepté de rationaliser les approbations des oléoducs et des gazoducs dans un projet de loi distinct. En effet, le gouvernement encouragera l’utilisation croissante des combustibles fossiles… afin de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles.

Malgré les défauts de la Loi sur la réduction de l’inflation, c’est probablement le mieux que le gouvernement fédéral puisse accomplir en termes de progrès climatique dans un avenir prévisible. C’est un pays embourbé dans une impasse institutionnelle, sa politique piégée dans des guerres culturelles sans fin, avec une majorité durable de la Cour suprême déterminée à entraver la capacité du gouvernement à réglementer les émissions de carbone.

Le leadership climatique est nécessaire aux États-Unis, le pays responsable de la plus grande part des émissions historiques et le deuxième plus grand émetteur (par habitant, les États-Unis se classent loin devant la Chine, le premier émetteur). Sans les États-Unis, les progrès mondiaux dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre seront difficiles. Mais le système politique américain, aussi central qu’il soit dans le projet, n’est que la pointe de l’iceberg proverbial des problèmes liés au passage des combustibles fossiles aux énergies renouvelables. Les obstacles à la réalisation des objectifs climatiques sont mondiaux et omniprésents.

Inertie mondiale et barrages routiers

Prenons l’exemple de l’Allemagne, qui travaille sur la transition énergétique plus longtemps et plus difficilement que n’importe quelle autre grande nation industrielle. Aujourd’hui, alors que la Russie retient ses approvisionnements en gaz naturel suite à son invasion de l’Ukraine et à la réaction hostile de l’OTAN, l’approvisionnement en électricité de l’Allemagne est tendu et sur le point de se resserrer. En réponse, le Parti vert allemand mène la campagne pour redémarrer les centrales au charbon plutôt que d’arrêter la fermeture prévue des centrales nucléaires. Et cela divise les écologistes. De plus, les problèmes d’électricité du pays ont été exacerbés par un manque de, eh bien, de vent.

À moins que la Russie n’augmente ses approvisionnements en gaz naturel vers l’ouest, la fabrication européenne pourrait en grande partie fermer cet hiver, y compris la fabrication d’énergies renouvelables et de technologies connexes. Les prix de gros journaliers de l’électricité au Royaume-Uni ont atteint dix fois le prix moyen de la dernière décennie, et l’Europe est confrontée à une pénurie d’énergie cet hiver. Le président français Emmanuel Macron a récemment averti que son peuple était confronté à la « fin de l’abondance ».

Des dépenses inadéquates entravent également le décollage des énergies renouvelables. L’année dernière, les États membres de l’UE ont dépensé plus de 150 milliards de dollars pour la transition énergétique, contre environ 120 milliards de dollars pour les États-Unis. Pendant ce temps, la Chine a dépensé près de 300 milliards de dollars en énergies renouvelables et technologies connexes. Selon l’Institut chinois d’ingénierie des énergies renouvelables, le pays installera 156 gigawatts d’éoliennes et de panneaux solaires cette année. En comparaison, les États-Unis, en vertu de la loi sur la réduction de l’inflation, augmenteraient les ajouts annuels d’énergie renouvelable du taux actuel d’environ 25 GW par an à environ 90 GW par an d’ici 2025, les taux de croissance augmentant par la suite, selon une analyse réalisée par des chercheurs de Université de Princeton.

La récente augmentation remarquable des dépenses est loin d’être suffisante. L’année dernière, le monde a dépensé un total d’environ 530 milliards de dollars pour la transition énergétique (à titre de comparaison, le monde a dépensé 700 milliards de dollars en subventions aux combustibles fossiles en 2021). Cependant, pour ramener les émissions mondiales de dioxyde de carbone liées à l’énergie à zéro net d’ici 2050, les investissements annuels en capital dans la transition devraient augmenter de plus de 900 %, pour atteindre près de 5 000 milliards de dollars d’ici 2030, selon l’Agence internationale de l’énergie. L’écrivain de Bloomberg Aaron Clark note : « La seule chose que les plans de dépenses publiques pour le climat aux États-Unis, en Chine et dans l’UE ont en commun, c’est que les investissements ne suffisent pas.

Il y a un autre obstacle à la lutte contre le changement climatique qui passe presque entièrement inaperçu. La plupart des estimations de coûts pour la transition sont en termes d’argent. Qu’en est-il des coûts énergétiques ? Il faudra une énorme quantité d’énergie pour extraire les matériaux; les transporter et les transformer par des processus industriels comme la fonte ; les transformer en panneaux solaires, éoliennes, batteries, véhicules, infrastructures et machines industrielles ; installez tout ce qui précède, et faites-le à une échelle suffisante pour remplacer notre système industriel actuel basé sur les combustibles fossiles. Dans les premières étapes du processus, cette énergie devra provenir principalement de combustibles fossiles, puisqu’ils fournissent environ 83 % de l’énergie mondiale actuelle. Le résultat sera sûrement une impulsion d’émissions; cependant, autant que je sache, personne n’a essayé de calculer son ampleur.

L’obligation de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles représente le plus grand défi technique auquel l’humanité ait jamais été confrontée. Pour éviter l’impulsion d’émissions que nous venons de mentionner, nous devons réduire la consommation d’énergie dans les applications non essentielles (comme le tourisme ou la fabrication de biens de consommation optionnels). Mais de telles réductions provoqueront un recul social et politique, étant donné que les économies sont structurées pour exiger une croissance continue et que les citoyens sont conditionnés à s’attendre à des niveaux de consommation toujours plus élevés. Si la transition énergétique est le plus grand défi technique de tous les temps, c’est aussi le plus grand défi social, économique et politique de l’histoire de l’humanité. Cela peut également s’avérer être un énorme défi géopolitique, si les nations finissent par se battre pour l’accès aux minéraux et aux métaux qui seront les catalyseurs de la transition énergétique.

Cette chronique est distribuée par l’Independent Media Institute.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/is-the-energy-transition-taking-off-or-hitting-a-wall/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire