La Turquie commente le calendrier des futurs membres de l’OTAN – RT World News

0
182

Ankara a clairement indiqué qu’elle ne bougerait pas tant que la Suède et la Finlande ne répondraient pas à ses préoccupations

Les candidatures de la Suède et de la Finlande à l’OTAN pourraient rester dans les limbes pendant un an si elles continuent d’abriter des groupes kurdes qu’Ankara considère comme “les terroristes,», déclare le président de la commission parlementaire turque des affaires étrangères.

Akif Cagatay Kilic a réitéré mardi que les objections précédemment soulevées par la Turquie à l’admission de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN sont un “question d’intérêt national vital,» et qu’Ankara est «prêts à empêcher leur adhésion pendant un an si nécessaire.« Le député a également soutenu que la Turquie méritait »un plus grand respect” comme c’est le “deuxième plus grande armée de l’OTAN et a fourni les drones qui aident l’Ukraine à se défendre.

Expliquant les objections de la Turquie à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’alliance militaire, Kilic a accusé les deux nations de “abritant des organisations terroristes.

Il a nié que la situation était un stratagème électoral pour consolider la position du parti du président Recep Tayyip Erdogan avant un vote difficile. Kilic a fait valoir que les partis d’opposition non kurdes soutenaient également les demandes qu’Ankara avait présentées à l’OTAN.

Stockholm et Helsinki, deux nations neutres jusqu’à récemment, ont exprimé leur désir de rejoindre l’alliance militaire peu après que la Russie a attaqué l’Ukraine fin février.




Le 18 mai, ils ont officiellement demandé leur adhésion.

Alors que les hauts gradés de l’OTAN, y compris le secrétaire général Jens Stoltenberg, avaient promis un processus d’adhésion rapide, les offres ont rencontré un problème majeur lorsque la Turquie a présenté ses exigences. L’adhésion nécessite le consentement unanime des 30 États.

Ankara affirme que les deux nations nordiques ont donné refuge à des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) désignés comme groupe terroriste en Turquie ainsi qu’en UE et aux États-Unis. Ankara a déclaré qu’il débloquerait les demandes de la Suède et de la Finlande si elles acceptaient d’extrader un certain nombre de militants kurdes. Le gouvernement turc exige également que Stockholm et Helsinki lèvent l’interdiction d’exporter des armes, qui a été imposée à la Turquie en 2019 en réponse à son opération militaire dans le nord de la Syrie contre les milices kurdes. En outre, la Turquie veut que le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist soit limogé pour sa rencontre avec des représentants du PKK en 2011 et appelle également Stockholm et Helsinki à rompre les liens avec l’administration autonome kurde soutenue par les États-Unis dans le nord de la Syrie.

Vendredi, la Suède a publié un document de politique étrangère, qui soulignait la nécessité de lutter contre le terrorisme et suggérait que Stockholm pourrait reprendre les ventes d’armes à Ankara.

Lors de sa visite en Suède mardi, la Première ministre finlandaise Sanna Marin s’est dite préoccupée par le fait que «Si nous ne résolvons pas ces problèmes avant [the] Madrid [summit]il y a un risque que la situation se fige.

Elle a reconnu qu’Helsinki n’avait aucune idée de combien de temps la situation resterait dans les limbes.

Les dirigeants de l’OTAN se réuniront dans la capitale espagnole pour un sommet du 28 au 30 juin. Les candidatures des deux pays nordiques devraient figurer en bonne place sur leur ordre du jour avec la situation en Ukraine.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire