La victoire de Marine Le Pen menacerait les alliances européennes

0
233

Une affiche de campagne officielle endommagée et déchirée de Marine Le Pen, chef du Rassemblement national d’extrême droite, et une affiche de campagne officielle taguée du président français Emmanuel Macron, de La République en marche, sont affichées sur des panneaux d’affichage à côté d’un bureau de vote en avril 2, 2022, à Paris.

Photo : Chesnot/Getty Images

Le résultat de L’élection présidentielle à venir en France s’apprête à avoir un impact majeur sur la sécurité européenne à un moment où le continent se retrouve à nouveau en guerre. Le second tour, prévu le 24 avril, oppose le président centriste sortant Emmanuel Macron à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, dont le parti du Rassemblement national est sur le point d’accéder au pouvoir pour la première fois de son histoire.

Le Pen, bien connue pour ses opinions défavorables sur les immigrés et les minorités en France, a fait du nativisme un message central de la campagne. Ce qui pourrait finir par être encore plus important pour l’avenir de tout le continent, cependant, c’est la relation chaleureuse de Le Pen avec le président russe Vladimir Poutine : l’homme responsable du déclenchement du pire conflit en Europe depuis l’effondrement de l’ex-Yougoslavie.

Depuis que Poutine a lancé son invasion brutale et non provoquée de l’Ukraine il y a deux mois, la France est un membre fidèle de la coalition contre la Russie. Sous Macron, il a aidé à construire le régime de sanctions internationales contre la Russie et a participé au soutien de la défense de l’Ukraine par le biais de l’OTAN. Si Le Pen, dont l’hostilité à l’Union européenne et la sympathie pour Poutine sont de notoriété publique, arrive au pouvoir, ces initiatives risquent d’être annulées.

Les liens chaleureux entre Le Pen et Poutine ont été entretenus alors même que ce dernier est devenu une menace pour la sécurité européenne. En 2017, Le Pen s’est rendue au Kremlin où elle a critiqué les sanctions de l’UE contre la Russie à la suite de son annexion du territoire ukrainien de Crimée, qualifiant ces mesures d'”injustes et idiotes”. Elle a ensuite défendu Poutine auprès des médias français, affirmant que l’annexion était légale – une affirmation douteuse – et reflétait la volonté des habitants de la région. Le Pen plaide depuis longtemps pour des liens plus étroits avec la Russie pour des raisons idéologiques. Elle a même été critiquée pour avoir contracté des prêts auprès d’une banque russe politiquement liée pour financer les opérations politiques de son parti en France.

Compte tenu du passé de Le Pen, il y a peu de raisons de penser qu’elle s’abstiendra de réaligner la France des institutions européennes multilatérales vers la Russie. Une telle décision serait sans doute le changement le plus important dans le système de sécurité européen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et se produirait à un moment où l’Europe se trouve plus menacée que jamais par une Russie renaissante.

“Je pense que si Le Pen gagnait, notre sécurité nationale serait mise en jeu.”

“Je pense que si Le Pen gagnait, notre sécurité nationale serait mise en jeu”, a déclaré Rim-Sarah Alouane, juriste française et titulaire d’un doctorat. étudiante en droit comparé à l’Université Toulouse 1 Capitole. « La France se trouverait marginalisée à la fois en Europe et dans le monde. Les alliances avec nos alliés seraient affaiblies ou rompues, et nous nous retrouverions plutôt à nous aligner sur des pays non démocratiques avec lesquels nous ne devrions pas nous aligner.

Elle a poursuivi : « Le Pen a une fascination idéologique pour Poutine, ainsi que des liens financiers en Russie. C’est une eurosceptique donc la France perdrait naturellement sa place parmi les leaders de l’UE. Si elle gagnait, nous devrions nous attendre à ce que la France paie un lourd tribut dans ses relations extérieures.

C’est une chose que de petits États d’Europe de l’Est comme la Hongrie ou la Serbie soient pro-russes ; pour une grande puissance européenne comme la France, prendre une telle position serait une tout autre affaire. Le Pen a été circonspecte sur des actions spécifiques, mais si ses opinions exprimées guident sa politique en tant que présidente, les principales alliances de la France seraient réorganisées sous sa direction.

Comme beaucoup d’autres dirigeants d’extrême droite sur le continent, Le Pen est hostile à l’UE, la décrivant comme un frein à la souveraineté de la France. Le Pen a déjà signalé qu’elle retirerait les troupes françaises du commandement intégré de l’OTAN – où diverses armées nationales contribuent à une force dirigée par des généraux répondant à l’alliance. Bien qu’elle ait jusqu’à présent nié toute intention de retirer entièrement la France de l’OTAN ou de l’UE, les observateurs disent que Le Pen attend simplement son heure jusqu’à ce qu’elle contrôle les leviers du pouvoir à Paris.

Le scepticisme de ces alliances majeures n’a rien à envier à sa relation avec la Russie. Elle a appelé à la réconciliation entre l’Europe et Poutine, contrairement à d’autres dirigeants européens qui ont été galvanisés dans l’hostilité envers la Russie après son invasion de l’Ukraine. Le Pen a repoussé les appels à couper les achats de gaz russe, avertissant qu’une telle décision serait suicidaire pour les entreprises françaises, alors même que d’autres pays européens ont annoncé leur intention de supprimer progressivement les achats à la Russie dans les années à venir.

Ses commentaires publics l’ont mise en désaccord avec d’autres dirigeants européens qui ont maintenu un front presque uni contre l’agression de la Russie. À un moment où l’unité des pays de l’UE a été remise en cause de la manière la plus dramatique par la guerre, l’opportunité de rompre un membre clé de l’alliance européenne contre la Russie serait une formidable victoire stratégique pour Poutine.

Une victoire de Le Pen pourrait être une aubaine pour les objectifs géopolitiques de la Russie par d’autres moyens plus subtils. La société française reste fortement polarisée, selon des lignes non seulement politiques mais ethniques. L’élection de Le Pen ne manquerait pas d’accentuer ces divisions. C’est le genre de dynamique que des acteurs comme la Russie ont fréquemment cherché à exploiter à leurs propres fins, à savoir affaiblir l’Europe occidentale. La victoire de Le Pen pourrait donner à Poutine une ouverture en clivant la France le long de ses lignes de faille sociétales.

L’opportunité de rompre un membre clé de l’alliance européenne contre la Russie serait une formidable victoire stratégique pour Poutine.

Pour des observateurs comme Alouane, une explosion de troubles internes en France pourrait pousser le pays dans le genre de politique de droite que l’on voit, par exemple, en Hongrie, où le président pro-Poutine Viktor Orban a utilisé la politique réactionnaire pour aider à solidifier son emprise sur le pouvoir. .

“Si elle gagne, il y aura certainement des manifestations de masse”, a déclaré Alouane, de Le Pen. “La mise en place d’un état d’urgence en France n’est pas difficile à ce stade, et il y a une possibilité réelle qu’après son élection, nous puissions nous transformer en un État illibéral à la Viktor Orban.”

Alors que Macron a toujours une légère avance sur Le Pen dans les sondages en tête-à-tête, sa victoire est loin d’être assurée. Les Français feraient bien de reconnaître qu’il ne s’agit pas seulement de l’avenir de la France, mais aussi de l’avenir de l’Europe.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire