«La vie quotidienne maintenant»: Sydney est sous le choc de la guerre de territoire du crime organisé | Nouvelles sur la criminalité

0
41

La semaine dernière, une maison dans le sud-ouest de Sydney a été aspergée de balles lors d’une fusillade en voiture.

Personne n’a été blessé, même si c’était la deuxième fois en six mois que la maison était prise pour cible et après trois assassinats en trois semaines et un total de 13 en deux ans.

“Que pouvez-vous faire? C’est la vie de tous les jours maintenant », a déclaré un voisin qui a entendu les coups de feu à une chaîne de télévision locale.

Beaucoup de ces meurtres sont attribués à une guerre de territoire très médiatisée entre deux gangs criminels – la famille Alameddine et le clan Hamzy.

La guerre s’est intensifiée ces derniers mois après que les Alameddines se sont associés aux Comancheros, le plus grand gang de motards hors-la-loi d’Australie, pour prendre le contrôle du lucratif commerce de drogue de Sydney en éliminant la concurrence.

Le partenariat porte déjà ses fruits pour les criminels. Parmi les décès les plus récents figurent Mejid Hamzy, un frère du pivot de Brothers 4 Life Bassam Hamzy, l’adolescent Salim Hamzy et son père Toufik, qui ont été abattus dans leur allée.

Quelques jours après la dernière fusillade, la police a mis en place la Taskforce Erebus pour mettre fin aux fusillades tit-for-tat et un couvercle sur le crime organisé. Ils ont également commencé à utiliser de nouvelles lois controversées qui autorisent la recherche de condamnés pour drogue « graves » dans la rue ou à leur domicile sans mandat.

Au cours de la première semaine de l’opération, un “smorgasbord de drogues” comprenant des quantités d’héroïne, d’ecstasy et de “glace” de méthamphétamine, huit armes à feu illégales, 36 “téléphones portables de trafic de drogue” et près d’un million de dollars australiens (710 000 dollars ) en espèces a été saisi. Trente et une personnes ont été arrêtées, dont trois adolescents.

“Ce ne sont pas des gens ordinaires. Ce sont des scumbags et ils sont un fléau pour notre société », a déclaré le ministre de la police de NSW, Paul Toole, lors d’une conférence de presse. “Nous allons prendre le dessus et éliminer ce comportement insidieux.”

Sydney a été choquée par une série d’assassinats et de fusillades au volant au milieu d’une guerre de territoire entre deux gangs du crime organisé – la famille Alameddine et le clan Hamzy. Mejid Hamzy, frère de Bassam Hamzy – le chef du gang Brothers 4 Life, a été abattu devant une maison dans l’ouest de la ville en octobre 2020 [File: AAP Australia via EPA]

Reste à savoir si la Taskforce Erebus anéantira ou même désamorcera la guerre des gangs à Sydney.

“Nous ne recevons pas énormément d’aide de la part des personnes présentes sur cette scène de crime”, a déclaré le surintendant en chef de la police de NSW, Darren Bennett, lors d’une conférence de presse à la suite de la dernière fusillade. Ces « murs de silence » sont des thèmes communs. À l’exception de Mejid, quatre des cinq meurtres de Hamzy restent non résolus.

“Fermer les yeux”

Le porte-parole de la police de l’opposition, Walt Secord, a déclaré que la police avait permis au crime organisé de prospérer dans l’État au cours des deux dernières années, car elle était trop préoccupée par les réponses au COVID-19 qui ont vu des milliers de citoyens ordinaires ciblés, condamnés à une amende ou détenus pour avoir enfreint les ordonnances de santé publique. Il accuse également le gouvernement d’accepter que les fusillades fassent partie de la vie dans l’ouest ouvrier de Sydney.

“S’il y avait eu des homicides à Sydney [affluent] à l’est ou sur la rive nord de la ville, le gouvernement aurait eu une réponse beaucoup plus rapide… », a déclaré Secord au Sydney Morning Herald.

Le PDG de la Fédération australienne des conseils islamiques, Keysar Trad, qui a conseillé des proches de victimes par balle, exprime des sentiments similaires.

“Nous avons vu ce qui se passe dans les pays arabes comme l’Egypte où [President Abdel Fattah] al-Sisi a gracié les plus grands gangsters lorsqu’il est arrivé au pouvoir. L’Australie n’est rien comme ça, mais pourquoi tolérons-nous les gangs qui exigent la protection des commerçants », a-t-il déclaré à Al Jazeera, faisant référence à un phénomène bien documenté à Lakemba et dans d’autres parties de l’ouest de Sydney avec d’importantes populations de migrants arabes. « Cela montre comment les éléments criminels sont indirectement aidés par le fait que la majorité ferme les yeux sur leurs crimes. Cela permet aux criminels de prospérer.

Il ajoute : « Les gens me demandent souvent ‘Que fait la communauté musulmane à ce sujet ?’ Je leur dis soit nous [Muslims] sommes-nous australiens ou non ? Et si c’est le cas, c’est un problème social et nous devons travailler ensemble en tant que société pour le résoudre. La criminalité n’est pas plus répandue dans la communauté musulmane. C’est un symptôme de la démographie.

Associé principal pour Sydney Criminal Lawyers, Fahim Khan pense qu’Erebus sera assez efficace au cours des premiers mois.

“Il y aura également une accalmie temporaire dans les fusillades”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

«Mais ensuite, cela reprendra et les conséquences à long terme de la nouvelle loi qui autorise les perquisitions sans mandat seront davantage de harcèlement policier. Parce qu’à bien y regarder, la loi n’exige pas qu’une personne d’intérêt soit convaincue d’une grave affaire de drogue. Se faire prendre avec aussi peu que cinq pilules d’ecstasy suffira. Et la loi ne sera pas appliquée uniformément mais ciblée sur des localités et des ethnies spécifiques. Il suffit de regarder comment les lois COVID ont été appliquées dans le sud-ouest de Sydney par rapport à la Côte-Nord où vivent de riches non-minorités.

Khan soutient que la solution à la guerre des gangs devrait être triple. Premièrement, la Taskforce Erebus devrait mettre davantage l’accent sur la collecte de renseignements et la surveillance des personnes d’intérêt au lieu de “casser des portes au milieu de la nuit”.

Deuxièmement, le manque de confiance dans les forces de l’ordre, qui, selon Khan, est causé par “une police excessive, certains policiers corrompus et le non-respect des procédures judiciaires par la police”, doit être résolu. Et troisièmement, il faut investir davantage dans la désintoxication et l’éducation.

La police de NSW a refusé de répondre aux questions d’Al Jazeera sur la pertinence de la réponse de la force. Cependant, Trad de la Fédération australienne des conseils islamiques a déclaré “qu’il est faux de dire” que la police de NSW ne réagit pas de manière constructive.

« Notre police est assez douée pour enquêter et aller au fond des choses. Le problème, c’est qu’ils ne sont pas bien financés parce qu’on met trop l’accent sur la réduction des impôts », dit-il. « Nous devons être prêts à payer suffisamment d’impôts pour que la police arrête ces fusillades et il en va de même pour l’éducation. Nous n’avons pas un ratio enseignant-élève sain. Nous n’abordons pas les comportements répréhensibles graves en identifiant les enfants à problèmes et en leur donnant des conseils.

“Si le public ne commence pas à investir dans un système d’éducation et une force de police solides, nous allons assister à une lente décomposition de la société où les éléments de gangs deviennent un côté secret de la façon dont la politique est gérée”, dit-il. “Personne ne veut d’une Australie comme celle-là.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/26/sydney-reels-from-organised-crime-turf-war

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire