La visite décevante de Petkov à Skopje ouvre une porte

0
278

Le nouveau Premier ministre bulgare, Kiril Petkov, s’est rendu à Skopje le 18 décembre, après avoir accompli un peu plus d’un mois dans son nouveau poste. La seule chose de cette visite importante qui intéressait les observateurs étrangers et les dizaines de journalistes balkaniques était la rapidité avec laquelle le nouveau gouvernement bulgare lèverait son veto de longue date sur l’initialisation du processus d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE. En public, Petkov n’a pas été concluant sur ce point, mais a fourni de nombreuses informations sur les nouveaux processus qu’il envisage d’utiliser pour les discussions bilatérales. À ce stade, il y a beaucoup de travail à faire sur un large éventail de questions et il n’y a aucune raison d’attendre des solutions immédiates aux principales questions.

Trop de pièces mobiles – dans les deux pays

L’hôte de Petkov à Skopje, le nouveau Premier ministre Dimitar Kovachevski, est en fonction depuis encore moins de temps – il a été « élu » le 16 janvier pour remplacer l’ancien Premier ministre Zoran Zaev. Kovachevski, ancien vice-ministre des Finances, est largement considéré comme le successeur trié sur le volet de Zaev et a finalement pris la tête de son pays après que Zaev ait réuni suffisamment de députés pour former une nouvelle coalition au pouvoir plus stable basée sur son parti SDSM (sociaux-démocrates). Zaev avait proposé de démissionner après que le SDSM ait subi d’importantes défaites dans des villes clés lors des élections municipales d’octobre dernier, et l’opposition nationaliste de droite est venue à un vote près de renverser la coalition dirigée par le SDSM par un vote de censure déclenché lorsque Zaev a annoncé qu’il resterait en fonction un peu plus longtemps. En fin de compte, bien que Zaev et nombre de ses principaux partisans aient décidé qu’avec une nouvelle coalition en place, il était temps de quitter le devant de la scène, du moins pour le moment.

Étant donné que toutes ces machinations politiques intenses en Macédoine du Nord se sont produites avant la formation du nouveau gouvernement bulgare (ce pays a tenu trois élections en 2021), il est difficile d’affirmer que les conditions appropriées pour résoudre le différend culturel, historique et linguistique bilatéral existaient avant. à présent.

Petkov a amené une importante délégation avec lui, dont le nouveau ministre des Affaires étrangères, le ministre des Transports et le vice-président du Parlement. En plus du Premier ministre, Petkov a rencontré le président nord-macédonien Stevo Pendarovski, le président du Parlement Talat Xhaferi et les dirigeants des partis politiques suffisamment importants pour être représentés au parlement.

Des groupes de travail se constituent

Une grande réunion de hauts fonctionnaires des deux pays est prévue le 25 janvier à Skopje, après quoi les cinq groupes de travail que Petkov a mis en place commenceront à travailler. Petkov avait déclaré en décembre que ces groupes de travail auraient une durée de vie de six mois. Dans un premier temps, l’accent sera mis sur les questions d’infrastructures de transport, compte tenu de l’ensemble extrêmement limité de liaisons de transport existant entre les deux pays, principalement en raison de la géographie montagneuse de la région. À Skopje, Petkov a déclaré que dans les 30 jours, les détails d’une nouvelle liaison aérienne Sofia-Skopje seront annoncés.

Petkov a également indiqué que la Bulgarie désignera désormais la République de Macédoine du Nord, le nom officiel du pays depuis l’accord de Prespes de 2018 avec la Grèce, simplement comme la Macédoine du Nord, la soi-disant “forme courte”.

Un membre de la coalition veut que Washington et Bruxelles offrent des “incitations”

Slavi Trifonov, dont le parti “Il y a un tel peuple” fait partie de la coalition gouvernementale de Petkov, a suggéré dans un article sur les réseaux sociaux début janvier que Washington devrait encourager les négociations Bulgarie-Macédoine du Nord avec quelque chose de plus concret que les points de discussion standard sur l’élargissement de l’UE. rédigé par des officiers de bureau du département d’État de bas niveau. Il a suggéré à Washington de supprimer l’obligation de visa pour les citoyens bulgares dans un premier temps. Bruxelles, en revanche, devrait immédiatement inclure la Bulgarie dans l’espace Schengen et la Macédoine du Nord, quant à elle, devait reconnaître ses racines bulgares pour qu’un accord soit possible. Les suggestions de Trifonov ont été accueillies avec un mépris immédiat pendant la période des vacances, mais ses idées selon lesquelles Washington et Bruxelles fournissent des incitations tangibles au lieu de simples tweets et points de discussion font maintenant l’objet de discussions ouvertes.

Un accord finira par émerger

En fin de compte, il ne devrait y avoir aucun doute qu’un accord bilatéral sera conclu, et cela se produira plus tôt si Skopje comprend qu’une grande partie de son soutien extérieur s’est estompée. La Bulgarie, membre de l’UE, comme la Grèce en 2018, n’a aucune raison de faire des compromis sur l’un des problèmes clés avec un pays aspirant à l’UE instable et appauvri, et cette approche ne devrait jamais être envisagée par Sofia.

Le citoyen moyen de l’UE n’est pas du tout pressé d’accepter plus d’États membres, malgré les arguments éculés que pourraient faire valoir les responsables de la CE, et il est certain que les pays corrompus et instables des Balkans occidentaux n’offrent pas grand-chose aux citoyens de l’Union auxquels ils aspirent à adhérer, et augmentera probablement les problèmes déjà causés par les flux d’immigration en provenance de la région. Ces problèmes tendent à se révéler dans le renforcement du soutien aux partis ultra-nationalistes (anti-immigrés) dans divers pays de l’UE. Ce n’est que si Bruxelles ou Washington mettent en place des incitations importantes pour la Bulgarie que Petkov devrait céder un «millimètre» substantiel dans le différend bilatéral.

Enfin, il y a des commentaires générés par certains partisans de l’élargissement selon lesquels l’intention de la Bulgarie de rejoindre la zone euro dans les années à venir serait discrètement liée à une résolution du différend avec la Macédoine du Nord. En théorie, la décision d’approbation de l’entrée dans la zone euro est basée sur des critères purement économiques bien connus. Nous comprenons que des facteurs non économiques ont été admis dans ces équations dans le passé, et le résultat a été une zone euro plus faible et moins efficace que celle qui aurait été créée autrement.

Espérons que cette leçon ne soit pas perdue.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire