L’acquisition du Calvary Public Hospital par le gouvernement ACT est une victoire pour le droit à l’avortement

0
257

L’acquisition du Calvary Public Hospital par le gouvernement ACT est une victoire pour le droit à l’avortement

“Là où les catholiques avaient Mère Marie comme phare, il y aura maintenant moi, Rachel, Notre Mère de la Misère Perpétuelle.” C’est ainsi que la ministre de la Santé d’ACT, Rachel Stephen-Smith, a été dépeinte dans un article satirique critiquant l’acquisition par le gouvernement travailliste d’ACT de l’hôpital public Calvary, qui est géré par l’organisation catholique Little Company of Mary depuis son ouverture en 1979.

L’acquisition fait suite à une enquête menée par le gouvernement sur l’avortement et le choix en matière de procréation dans l’ACT, commandée en juillet de l’année dernière. Le rapport d’enquête, publié en avril, comprend le témoignage poignant d’une femme qui a souffert douloureusement lors d’une fausse couche. Elle souffrait de crampes sévères, mais a été informée lors de son admission au service des urgences de Calvary que la procédure dont elle avait besoin ne serait pas effectuée car elle était utilisée pour des avortements. Elle a plutôt dû payer 1 000 $ pour l’intervention dans un hôpital privé. Calvary a également refusé de proposer des chirurgies reproductives électives, y compris la contraception et la ligature des trompes.

En 2021-2022, le gouvernement ACT a versé 261 millions de dollars à Little Company of Mary pour gérer l’hôpital public Calvary et Clare Holland House, une unité de soins palliatifs.

En tant qu’hôpital public, Calvary était le lieu par défaut pour les soins d’urgence du côté nord de Canberra. Deux femmes ont déploré Canberra Hebdomadaire que s’ils « tombent malades… l’ambulance nous emmène au Calvaire. Nous voulons que la santé soit décidée par des praticiens de la santé, et non par des religieux.

L’acquisition de Calvary par le gouvernement est un pas en avant pour la santé publique et les droits à l’avortement dans l’ACT. Mais la décision intervient après des années de travail refusant d’affronter la Petite Compagnie de Marie. En 2010, l’ancienne ministre en chef Katy Gallagher a déclaré que le gouvernement ACT n’acquerrait pas obligatoirement Calvary car cela “causerait beaucoup de conflits”.

La différence entre hier et aujourd’hui est le débat public généralisé autour de l’avortement suscité par la décision de la Cour suprême des États-Unis d’annuler Roe v Wade. Il n’est plus tenable pour le gouvernement ACT de financer un hôpital qui refuse d’interrompre les grossesses.

L’année dernière, 2 000 personnes ont manifesté pour le droit à l’avortement à Canberra. Peu de temps après, ACT Labour a annoncé que les avortements seraient gratuits. Un avortement chirurgical coûtait au moins 650 $ à Canberra, maintenant il ne coûte rien. Les avortements médicamenteux ne coûtent que 30 $ en raison des subventions du régime d’assurance-médicaments.

Alors que les avortements sont désormais gratuits dans l’ACT, l’accès reste un problème. En raison d’un manque de spécialistes, les Canberrans ne peuvent accéder qu’aux avortements médicamenteux jusqu’à neuf semaines et aux avortements chirurgicaux jusqu’à seize semaines.

La droite politique et religieuse a fait de l’acquisition du Calvaire sa cause célèbre pour faire pression en faveur d’une loi sur la discrimination religieuse. Peter Dutton a affirmé que la prise de contrôle était une “attaque contre la religion”. L’archevêque de Canberra et Goulburn Christopher Prowse a déclaré que la prise de contrôle était un acte de discrimination religieuse.

Les libéraux de l’ACT ont mené une campagne de peur dans la perspective de la prise de pouvoir le 3 juillet, affirmant que le système de santé verrait un exode massif de travailleurs. Cependant, 95% des 1 800 employés de l’hôpital resteront. Malgré les arguments cyniques des libéraux, le secteur est bel et bien sous pression. Les travaillistes, au pouvoir depuis 2001, ont systématiquement sous-financé et en sous-effectif le système de santé de Canberra. Par conséquent, l’ACT a les temps d’attente les plus longs au pays pour les services d’urgence.

Les avortements gratuits et l’acquisition du Calvaire sont deux avancées importantes contre les pratiques sectaires de la droite religieuse. Mais il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la qualité des soins de santé dans l’ACT.

Source: https://redflag.org.au/article/act-governments-acquisition-calvary-public-hospital-win-abortion-rights

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire