L’actif américain de grande valeur “Fat Leonard” arrêté au Venezuela – Possible échange de prisonniers

0
15


L’auteur principal, en quoi Nouvelles de l’AP appelé «l’un des scandales de corruption les plus étendus de l’histoire militaire américaine», a surgi au Venezuela de tous les endroits. Leonard Glenn Francis a escroqué la marine américaine d’au moins 35 millions de dollars.

Le coupable porte le surnom de “Fat Leonard”. Il fait pencher la balance à 350 livres, selon l’avis de recherche des US Marshals.

ABC Nouvelles rapporte que les commandants de la marine “lui ont transmis des informations classifiées et ont dirigé leurs navires, principalement de la 7e flotte de la marine vers les ports qu’il contrôlait” en échange de “bœuf de Kobe, de cigares coûteux, de billets de concert et de soirées sexuelles sauvages dans des hôtels de luxe”.

François est crédité avec le commandement d’une armée de mercenaires : « Il est devenu membre de la marine, utilisant même son propre navire de guerre, le Braveheart, pour rejoindre des missions classifiées contre Al-Qaïda. Il bénéficiait d’une couverture diplomatique.

Cakewalk à Caracas

Arrêté en 2013 pour corruption, Francis a plaidé coupable en 2015. Mais sa condamnation a été problématiquement retardée de sept ans.

Dix-huit jours avant sa condamnation prévue le 22 septembre, il a échappé à la sécurité supposée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 de son assignation à résidence, a coupé son bracelet de surveillance GPS à la cheville et a traversé la frontière mexicaine depuis San Diego. Un 40 000 $ récompense a été mise sur sa tête par les US Marshals.

Selon de nombreux rapports en contact avec les US Marshals, il a volé du Mexique à Cuba puis au Venezuela. Quelques heures seulement avant sa condamnation potentielle aux États-Unis, il a été arrêté par les autorités vénézuéliennes. Agissant sur une alerte rouge d’Interpol, il a été appréhendé à l’aéroport de Caracas soi-disant en route pour la Russie.

Francis demande maintenant l’asile au Venezuela. La nation sud-américaine, par la loi, doit considérer sa demande. Ni les sources officielles américaines ni vénézuéliennes n’ont commenté la demande d’asile.

Conçu pour la télévision

Alors qu’il était assigné à résidence, Francis s’est volontairement engagé dans des podcasts avec le journaliste vidéo Tom Wright. Francis s’est vanté devant la caméra d’avoir dirigé un réseau de prostitution au sein de la marine américaine, en chantant : « Tout le monde était dans ma poche. Je les avais dans ma paume. Peter Chiarelli, co-scénariste du film à succès fous riches asiatiquesa conclu un accord pour adapter les podcasts à la télévision.

Plus juteux que le dossier discrédité de Steele sur Donald Trump, Francis s’est vanté dans les podcasts : “Ce qui a vraiment inquiété le plus les États-Unis, c’est que ces officiers soient corrompus par moi, qu’ils soient corruptibles par les puissances étrangères.”

Parmi les personnes prises dans la corruption se trouvait le contre-amiral Robert Gilbeau, le premier amiral en service actif jamais reconnu coupable d’un crime. La juge de district américaine Janis Lynn Sammartino a condamné l’officier de haut rang à seulement 18 mois de prison. Gilbeau empochera toujours une pension de 10 000 $ par mois, gracieuseté des contribuables américains.

Nommé par Bush l’Ancien à la magistrature fédérale, le juge Sammartino a autorisé le transfert de Francis de la prison à une supposée «assignation à résidence stricte». Là, François a vécu une vie de luxe excessif, selon Étoiles et rayures, une publication officielle du département américain de la Défense.

La compassion du juge Sammartino pour les riches et les hauts gradés de l’armée ne s’est apparemment pas étendue aux marins de l’USS Reagan dans leur affaire d’exposition radioactive après l’effondrement de Fukushima. Le juge a rejeté leur appel.

Amis haut placés

“Fat Leonard” avait des amis haut placés. En 2017, 60 amiraux figuraient parmi les 440 personnes qui ont fait l’objet d’un contrôle judiciaire américain. Selon l’institut naval américain officiel Nouvelles de l’USNI, les co-conspirateurs initiaux se sont étiquetés avec dérision “les enfants cool” et “la meute de loups”.

Le commandant Mike Mickiewicz, un officier qui a ensuite été condamné, a déclaré Actualités de la DéfenseFrançois “était un escroc, mais c’était notre escroc”.

Des accusations criminelles fédérales ont été déposées contre 34 personnes dans le scandale de la corruption et toutes sauf une ont été condamnées. Vingt-deux ont plaidé coupables, dont Francis et ses quatre principaux collaborateurs.

D’autres comprenaient 17 responsables de la marine: au moins dix officiers commissionnés, deux sous-officiers, un ancien agent spécial du NCIS et deux agents contractuels civils de la marine. D’autres sont en attente de jugement. Par ailleurs, cinq officiers de la marine ont été inculpés de crimes en vertu du Code uniforme de justice militaire, sous réserve d’une procédure en cour martiale.

Un autre amiral, le chef du renseignement de la marine, n’a été privé que d’un accès aux informations classifiées. L’un des facteurs qui font de Francis un atout de si grande valeur était précisément son accès privilégié illicite au renseignement militaire.

Problématique de l’extradition

Le juge du tribunal de district américain Sammartino a fixé une audience de statut le 14 décembre pour Francis. Cependant, Washington doit d’abord ramener cet actif de grande valeur aux États-Unis.

Les États-Unis et le Venezuela ont un traité d’extradition, mais le diable est vraiment dans les détails de la façon dont ce transfert pourrait être accompli. D’une part, les accusations de corruption contre Francis ne sont peut-être pas techniquement couvertes par le traité d’extradition. Cependant, les questions politiques sont plus importantes.

Juan Guaidó, la marionnette que les États-Unis prétendent être le président du Venezuela, enverrait sûrement Francis faire ses valises en un clin d’œil si Washington lui ordonnait de le faire. Mais les faux présidents n’ont aucun pouvoir réel. Ainsi, les États-Unis devront traiter avec le gouvernement actuel du président démocratiquement élu du Venezuela, Nicolás Maduro.

Comme ABC Nouvelles commentaires: “Le gouvernement américain pourrait faire face à un défi difficile en renvoyant le fugitif [Francis] au sol américain. L’administration Biden ne reconnaît pas officiellement le gouvernement socialiste du président Nicolás Maduro, n’a pas d’ambassade au Venezuela et a imposé des sanctions écrasantes au pays qui ont encore aggravé les relations.

La Tribune de San Diego spécule: “” Fat Leonard “, autrefois un courtier en pouvoir, pourrait devenir un pion dans la diplomatie américano-vénézuélienne.”

David Smilde acquiesce : « Je ne doute pas que les Vénézuéliens feront du foin [Francis’ arrest], notamment parce qu’ils ont ressenti les effets du bras long du système judiciaire américain. Smilde, une pom-pom girl de longue date pour avoir paralysé les sanctions américaines contre le peuple vénézuélien, fait partie du groupe de réflexion à l’intérieur du périphérique Washington Office on Latin America.

Parmi les options du Venezuela, dit Brian Fonseca du Florida Worldwide College, serait de permettre à Francis de continuer en Russie pour “mettre un doigt dans l’œil de l’Amérique”. Peu probable, mais les spéculations vont bon train.

Échange de prisonniers

Par coïncidence, le procès du prisonnier politique vénézuélien Alex Saab s’ouvre devant le tribunal de district américain du juge Robert Scola à Miami, deux jours seulement avant l’audience du juge Sammartino pour « Fat Leonard » Francis devant un autre tribunal de district américain. L’ambassadeur Saab conteste son enlèvement illégal – les États-Unis le présentent comme une extradition – aux États-Unis pour faire face à une accusation de complot en vue de blanchir de l’argent. En tant que diplomate, il aurait dû bénéficier d’une immunité absolue de détention en vertu de la Convention de Vienne, à laquelle les États-Unis sont partie.

Les États-Unis et le Venezuela conviennent que l’envoyé spécial Alex Saab était un personnage clé engagé dans le commerce de carburant, de nourriture et de médicaments pour contourner les sanctions asphyxiantes imposées par les États-Unis au Venezuela. Ils diffèrent principalement sur la question de savoir si ces efforts humanitaires doivent être récompensés ou punis.

Alex Saab n’a pas vu sa femme et ses enfants depuis trois ans. Un échange Saab-Francis servirait les intérêts des deux nations et rendrait justice deux fois. Le gouvernement Maduro au Venezuela a lancé et la campagne FreeAlexSaab soutient la libération du diplomate.

Les négociations d’échange de prisonniers entre les États-Unis et le Venezuela se poursuivent dans les coulisses. Pas plus tard que le 1er septembre, neuf prisonniers ont été échangés par leurs pays respectifs dans un aéroport de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Deux d’entre eux étaient des Vénézuéliens, parents de l’épouse du président vénézuélien et condamnés par les États-Unis pour trafic de stupéfiants. Le Venezuela soutient qu’ils “ont été mis en place”.

Cinq autres participants à l’échange ont la double nationalité américano-vénézuélienne, à l’exception de Jose Pereira, qui est un résident permanent légal des États-Unis. Les cinq hommes ont été reconnus coupables de détournement de fonds alors qu’ils étaient cadres de la filiale vénézuélienne CITGO. Les États-Unis soutiennent qu’ils ont été “détenus à tort”. Les deux autres sont également citoyens américains. L’ex-Marine et ancien entrepreneur militaire américain Matthew Heath a été reconnu coupable de terrorisme au Venezuela. Osman Khan est entré illégalement au Venezuela depuis la zone de conflit à la frontière colombienne fermée.

Bien que largement silencieux sur la libération de leurs deux ressortissants emprisonnés pour trafic de drogue, Caracas a fait de la libération de l’ambassadeur Saab une priorité nationale et un point clé de ses négociations avec les États-Unis.

Image

La source: https://twitter.com/MichelCaballero/status/1573397045402107911

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/06/high-value-us-asset-fat-leonard-arrested-in-venezuela-possible-prisoner-swap/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire