L’administration Biden a raison d’inclure Taïwan au Sommet pour la démocratie

0
323

L’administration Biden a récemment annoncé des dispositions pour la participation de Taïwan au Sommet pour la démocratie, qui se tiendra pratiquement du 9 au 10 décembre. Ce n’était pas un appel facile. La question n’était pas de savoir si Taiwan a une véritable démocratie ; Cela fait. Les dirigeants de l’île et une grande partie de son public souhaitaient vivement participer et partager les expériences de Taiwan en tant que démocratie florissante. Le problème était le gouvernement de la République populaire de Chine (RPC), qui a longtemps cherché à exclure Taiwan du système international et des événements multilatéraux comme le sommet. L’administration Biden semble avoir bien enfilé l’aiguille, accordant à Taïwan la dignité qu’elle mérite dans le processus.

L’ÉVOLUTION DÉMOCRATIQUE DE TAIWAN

À la fin des années 40, le gouvernement de la République de Chine dirigé par Chiang Kai-shek et son Parti nationaliste (KMT) s’est installé à Taïwan après avoir été vaincu par les communistes de Mao Zedong lors d’une guerre civile. Pendant les quatre décennies suivantes, la population taïwanaise a vécu sous un système autoritaire dur qui suspendait les droits civils et politiques, autorisait les élections principalement au niveau local et maintenait le monopole du pouvoir. Bien que Taïwan soit devenu une réussite économique, son développement politique a été retardé.

Cela a changé à la fin des années 1980, pour diverses raisons. Le leader de l’époque, Chiang Ching-kuo (le fils de Chiang Kai-shek) a pris la ferme décision d’amener la démocratie à Taiwan. La RPC avait commencé son programme de réforme économique et Chiang voulait garder une longueur d’avance en procédant à des réformes politiques. Il s’est aussi probablement rendu compte que la démocratisation était son meilleur moyen de maintenir le soutien et la protection des Américains.

Mais il y avait d’autres raisons. Une opposition politique s’était formée qui, dans des circonstances difficiles, a exercé des pressions sur le gouvernement pour qu’il entreprenne des réformes. Une classe moyenne avait émergé qui recherchait plus de libertés politiques. Et il y avait une certaine pression du Congrès américain.

Chiang Ching-kuo a entamé la transition démocratique en 1986, deux ans avant sa mort. Son successeur, Lee Teng-hui, a achevé le processus. Les premières élections populaires pour l’ensemble de la législature ont eu lieu en 1992. La première élection populaire pour le président a eu lieu en 1996.

Comme l’un d’entre nous (Bush) l’a décrit dans son livre récent, « Difficul Choices,« Plusieurs facteurs ont rendu cette transition remarquable. Tout d’abord, c’était fondamentalement paisible. Deuxièmement, cela s’est produit progressivement. Troisièmement, sous la direction de Lee, une coalition centriste ad hoc de modérés du parti au pouvoir, le KMT, et du principal parti d’opposition, le Parti démocratique progressiste (DPP), a en fait négocié la portée et le rythme du changement. Taïwan est ainsi devenu l’affiche de la « troisième vague » de démocratisation, d’autant plus impressionnante qu’elle s’est produite en même temps que la tragédie de la place Tiananmen et ses séquelles répressives se déroulaient en RPC.

La Chine était pertinente pour la démocratisation de Taiwan de plusieurs manières différentes. D’une part, le gouvernement de la RPC affirme que Taïwan fait partie de la Chine et que les deux rives du détroit de Taïwan devraient s’unir. En 1981, il a proposé une formule pour y parvenir, connue sous le nom de « un pays, deux systèmes », la même approche qui a été appliquée à Hong Kong. L’offre de Pékin était peu attrayante, en partie parce que beaucoup à Taiwan étaient anti-communistes par idéologie. De plus, « un pays, deux systèmes » offrait au mieux une démocratie partielle, et Taïwan évoluait rapidement vers une démocratie totale. L’un des résultats de la transition démocratique de Taiwan était que le public de l’île aurait son mot à dire sur l’acceptation ou non d’un accord qui pourrait être négocié entre les dirigeants de Pékin et les dirigeants de Taipei.

La démocratisation a également affecté les relations de Taïwan avec la RPC, car elle a déclenché un flot d’idées sur l’avenir de Taïwan. Le plus troublant pour Pékin était le rêve de certains membres du DPP que Taiwan devrait être un pays indépendant sans aucun lien juridique ou politique avec la Chine. Le président Lee (1988-2000) et son successeur Chen Shui-bian (2000-2008), le premier président DPP de l’île, ont certainement utilisé le nationalisme taïwanais à des fins politiques, que les dirigeants de la RPC considéraient comme des mouvements secrets vers l’indépendance. La montée des tensions entre les deux rives du détroit qui en a résulté inquiétait les administrations Clinton et George W. Bush, qui s’efforçaient chacune de limiter les risques d’un conflit indésirable.

La politique taïwanaise s’est stabilisée en 2008 avec l’élection de Ma Ying-jeou du KMT, qui pensait qu’il valait mieux engager la Chine que la provoquer. Ma et son successeur, Tsai Ing-wen du DPP, qui a été élu pour la première fois en 2016, semblent avoir ajusté les positions de leurs partis politiques aux préférences du statu quo de la population taïwanaise. Ni l’indépendance ni l’unification n’attirent beaucoup les électeurs. La Chine a allégué que Tsai est un autre défenseur secret de l’indépendance, mais son bilan n’accorde pas de crédit sérieux à de telles affirmations. Elle a été facilement réélue en 2020.

MESURER LA PERFORMANCE DÉMOCRATIQUE DE TAIWAN AUJOURD’HUI

À certains égards, la démocratie de Taiwan mérite toute l’admiration qu’elle reçoit. Les droits politiques sont protégés et vigoureusement exercés. Les questions politiques sont intensément débattues. La société civile est vivante. La confiance dans l’intégrité des élections est élevée. Il y a eu trois rotations de pouvoir entre le KMT et le DPP.

D’un autre côté, il y a des problèmes : corruption politique, polarisation entre les deux camps politiques, émergence d’une culture contestataire parfois déstabilisante, et recours croissant aux référendums pour remettre en cause la politique gouvernementale. En bref, les forces politiques sont devenues très douées pour bloquer ce qu’elles n’aiment pas, mais elles ont du mal à forger des compromis pour mettre en œuvre ce dont la société a besoin.

Un autre défi auquel est confronté le système politique de Taïwan est la campagne à plusieurs volets de Pékin pour influencer les décisions de Taïwan en faveur de la préférence du continent pour une intégration pacifique. De tels efforts se situent souvent dans la zone grise entre les échanges pacifiques et les actions susceptibles de provoquer des conflits. Les efforts qui s’inscrivent dans ce domaine de contrainte sans violence comprennent les cybercampagnes, les efforts de désinformation et de désinformation, les flux de trésorerie illicites vers les acteurs politiques favorables aux objectifs de Pékin, l’intimidation militaire, les politiques préférentielles pour attirer les innovateurs et les entreprises de Taïwan à s’installer sur le continent et les tentatives d’isoler Taïwan diplomatiquement.

Considérés dans leur globalité, ces efforts visent à affaiblir la volonté du peuple taïwanais. Pékin préférerait que la société taiwanaise soit divisée. Il cherche à contraindre le peuple taïwanais à perdre confiance en sa capacité à assurer la paix et la prospérité aux générations futures. Ils souhaitent également se demander si les États-Unis restent déterminés à soutenir le développement démocratique de Taïwan, c’est-à-dire si Washington est prêt à payer des frais et à accepter des risques dans ses relations avec Pékin pour garder ouverte la voie d’une résolution pacifique des différends entre les deux rives du détroit d’une manière qui reflète la volonté du peuple taïwanais.

L’ÉQUIPE BIDEN FAIT LE BON APPEL

C’est dans ces circonstances que l’administration Biden a décidé d’inclure Taïwan au Sommet pour la démocratie. L’administration a eu le choix d’exclure Taïwan du sommet afin de tenter de stabiliser les relations avec Pékin, ou d’inviter la participation de Taipei, reconnaissant que Taïwan a des contributions significatives à offrir.

À un niveau plus fondamental, l’administration Biden a probablement également conclu que ses appels à une participation significative de Taïwan à la communauté internationale sonneraient creux si elle excluait Taïwan de son propre sommet. Sa décision d’inclure la ministre du Numérique Audrey Tang et le représentant de Taïwan à Washington Bi-Khim Hsiao s’appuie sur le précédent de l’implication de Taïwan dans les efforts de la coalition organisée par les États-Unis. Les responsables taïwanais ont auparavant joué un rôle actif dans des coalitions dirigées par les États-Unis pour protéger la liberté religieuse et contrer le groupe État islamique, pour ne citer que deux exemples.

La combinaison de Tang et Hsiao pour représenter Taiwan est un choix intelligent. Tang est une célébrité en la matière dans le monde démocratique, compte tenu de son expérience novatrice à la tête des efforts de Taiwan pour contrer la désinformation et la désinformation. Elle et son équipe ont mis en place un système de réponse rapide pour contrer les tentatives de Pékin de manipuler le discours public à Taïwan, utilisant souvent l’humour pour exposer les sources d’informations malveillantes. Hsiao est un conseiller de confiance de longue date du président Tsai qui a noué des relations solides à travers l’éventail politique aux États-Unis. Ensemble, ils pourront parler avec autorité au nom de Taïwan et offrir des contributions significatives aux objectifs du sommet de défense contre l’autoritarisme, de lutte contre la corruption et de promotion du respect des droits de l’homme.

Même si on peut compter sur Pékin pour s’opposer à la participation de Taïwan au sommet et crier au scandale contre l’enhardissement américain des « forces de l’indépendance de Taïwan », les responsables chinois définiront probablement leur opposition au sommet en termes plus larges que la simple participation de Taïwan. Par exemple, dans un éditorial conjoint, les ambassadeurs chinois et russe aux États-Unis ont présenté le sommet comme une tentative de Washington de diviser le monde en blocs. Ils ont fait valoir que les États-Unis n’avaient pas le pouvoir de juger les systèmes de gouvernance d’autres pays et ont affirmé qu’une gouvernance efficace devrait être mesurée par le fait qu’elle « entraîne le développement économique, la stabilité et le progrès sociaux, et une vie meilleure pour les gens ».

Il y a un débat équitable à avoir sur la question de savoir si l’accueil du sommet par les États-Unis et ses choix sur les personnes à inviter et à exclure contribueront davantage ou saperont ses objectifs mondiaux plus larges. Laissant de côté des questions plus larges, l’administration Biden a pris la bonne décision d’inclure Taïwan et d’inviter le ministre Tang et le représentant Hsiao à parler des expériences de Taïwan.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire