L’aide polonaise à l’expansion de l’usine de batteries pour véhicules électriques de LG Chem obtient le feu vert de l’UE

0
199

La mesure polonaise de 95 millions d’euros en faveur de LG Chem Group est conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État, a déclaré le chef de la concurrence de la Commission européenne le 18 mars.

L’aide à l’investissement soutiendra l’expansion de l’installation de production de cellules de batterie pour véhicules électriques de LG Chem dans la région polonaise de Dolnoslaskie, a indiqué la Commission, ajoutant que l’aide contribuera également au développement de la région de Dolnośląskie, tout en préservant la concurrence.

“Notre enquête approfondie a confirmé que le soutien public de 95 millions d’euros accordé par la Pologne pour étendre la capacité de production d’une usine de batteries pour véhicules électriques de LG Chem est conforme à nos règles en matière d’aides d’État”, a déclaré le vice-président exécutif de la Commission européenne chargé de la politique de concurrence. Margrethe Vestager a déclaré, ajoutant que l’aide contribuera à la création d’emplois et au développement économique d’une région défavorisée, sans fausser indûment la concurrence.

LG Chem est une entreprise chimique sud-coréenne opérant en Pologne par l’intermédiaire de sa filiale LG Energy Solution Wrocław. En 2017, LG Chem a décidé d’investir 1 milliard d’euros pour étendre sa capacité de production de cellules lithium-ion, de modules de batterie et de packs de batteries pour véhicules électriques (VE) dans son usine existante dans la région polonaise de Dolnoslaskie, une zone éligible aux aides régionales de l’UE. , a déclaré la Commission, ajoutant que la nouvelle usine devrait fournir des batteries pour plus de 295 000 EV chaque année dans l’Espace économique européen (EEE).

En juillet 2019, la Pologne a notifié à la Commission son intention d’octroyer 95 millions d’euros pour soutenir l’extension de l’usine. En août 2020, la Commission a ouvert une enquête approfondie pour évaluer si la mesure était compatible avec les lignes directrices concernant les aides d’État à finalité régionale pour 2014-2020. En particulier, la Commission a cherché à clarifier si l’aide avait un «effet incitatif», c’est-à-dire si la décision de LG Chem d’étendre sa capacité de production de batteries en Pologne avait été directement déclenchée par l’aide publique polonaise ou si elle aurait été mise en œuvre en cette région même sans soutien public.

La Commission a également examiné si l’aide publique contribuerait au développement régional et si elle était appropriée et proportionnée, et le montant de l’aide dépassait l’intensité d’aide maximale autorisée pour le projet.

Au cours de son enquête approfondie, la Commission a reçu et analysé les commentaires soumis par la Pologne, par LG Chem et par plusieurs parties intéressées, y compris d’autres sociétés actives dans la chaîne de valeur, et le ministère du commerce, de l’industrie et de l’énergie de Corée du Sud.

La Commission a déclaré que son enquête avait confirmé qu’en 2017, au moment de décider où étendre sa capacité de production, LG Chem avait envisagé deux options : un pays tiers en dehors de l’EEE et son usine existante à Biskupice Podgorne dans la région de Dolnoslaskie. L’enquête de la Commission a montré que, compte tenu des subventions offertes par le pays tiers, l’investissement aurait été plus viable économiquement dans ce pays. Par conséquent, sans le soutien polonais de 95 millions d’euros, LG Chem aurait choisi d’investir en dehors de l’EEE.

La Commission a déclaré que son enquête avait également montré que l’aide était limitée au minimum nécessaire pour inciter LG Chem à réaliser l’investissement en Pologne, étant donné qu’elle ne dépassait pas le montant nécessaire pour accroître la rentabilité du projet en Pologne au même niveau que celui du pays tiers. En outre, la Commission a constaté que l’aide à l’investissement contribuera à la création d’emplois, ainsi qu’au développement économique et à la compétitivité de la région défavorisée de Dolnoslaskie.

Sur cette base, la Commission a déclaré que les effets positifs du projet sur le développement régional l’emportaient clairement sur toute éventuelle distorsion de concurrence provoquée par l’aide d’État. La Commission a donc autorisé la mesure en vertu des règles de l’UE en matière d’aides d’État.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire