Les “mauvaises idées” n’empêchent pas les travailleurs de riposter

0
191

tu

Gramsci est largement considéré comme l’un des marxistes les plus brillants de son époque. Je suis d’accord avec ça. le Carnets de prison sont une source incroyable de perspicacité et de nouvelles idées sur le capitalisme de l’époque de Gramsci et de la nôtre.

Je pense aussi qu’il a été assez souvent mal compris. La compréhension la plus courante de Gramsci aujourd’hui est qu’il était un partisan préfiguratif du tournant culturel. le Carnets de prison tels que nous les connaissons, du moins en anglais, sont essentiellement concernés par l’idée de la manière dont les modes de production se stabilisent et où se trouve la source de stabilité dans un mode de production donné.

Soi-disant, la réponse de Gramsci est que la stabilité existe dans la superstructure, dans la société civile, etc. Cela semble anticiper les arguments que la nouvelle gauche a proposés dans l’après-guerre. Il n’est pas surprenant que Gramsci soit devenu le marxiste classique le plus vanté au sein de la nouvelle gauche, compte tenu de son attention supposée à la superstructure.

Le point de vue minoritaire, que je soutiens également, était disponible dans les années 80 et 90 mais n’a jamais gagné la traction que l’interprétation culturaliste de Gramsci avait. Ce point de vue est que Gramsci était en fait autant un matérialiste que Lénine, Marx ou Luxemburg. La nouvelle gauche avait donc raison de proposer que Gramsci avait une théorie sur la façon dont le capitalisme se stabilise – la théorie de l’hégémonie. Cette théorie est que les travailleurs sont absorbés dans le système par l’ingénierie du consentement au système.

Mais la nouvelle gauche a interprété Gramsci comme affirmant que le consentement passe par les intellectuels et les institutions culturelles. En fait, si vous lisez le Carnets de prisonil est assez clair que Gramsci n’a pas crois ça. Dans sa théorie, tout comme la théorie de tous les autres marxistes classiques de sa génération et avant, la source du consentement est basée sur la façon dont la classe dirigeante gère les intérêts matériels des classes subordonnées – et non par endoctrinement idéologique.

La façon dont la classe dirigeante gère ces intérêts économiques consiste à présider au développement des forces productives, ce qui se traduit par un niveau toujours croissant de bien-être économique pour les travailleurs. Les travailleurs consentent au système parce qu’ils s’en voient tirer profit.

Cela va à l’encontre de l’interprétation culturaliste de Gramsci, mais à mon avis, il est difficile de lire le Carnets de prison et ne pas repartir avec cette interprétation plus matérialiste. La question intéressante est de savoir comment l’interprétation culturaliste est devenue si répandue.

Mais si je défends la lecture matérialiste de Gramsci, je crois aussi que cette théorie, la théorie matérialiste, ne peut suffire à expliquer la pérennité du capitalisme. L’erreur de Gramsci, ou du moins l’erreur de la manière dont il aborde la question de l’hégémonie, est de réduire la question de la stabilité capitaliste à la question de l’hégémonie.

Il y a une hypothèse apparente dans le Carnets de prison qu’une fois que vous avez répondu d’où vient le consentement, vous avez aussi répondu à la question de la Nouvelle Gauche : pourquoi le capitalisme est-il stable ? Cela n’est possible que si vous pensez que la stabilité est apportée exclusivement par le consentement de la classe ouvrière. Après quarante ans de néolibéralisme, nous devons douter de cet argument.

La raison en est qu’il est difficile d’affirmer qu’à l’ère néolibérale, de Margaret Thatcher à Ronald Reagan, le modèle économique était populaire auprès de la population. Cela semblait être le cas au début des années 80 ; il semblait que Thatcher et Reagan étaient arrivés au pouvoir grâce à une puissante vague électorale. Mais dans les années 90, il devenait clair que le sentiment de cynisme, de mécontentement et d’aliénation de base ressenti par une grande partie de la population augmentait et ne diminuait pas.

Supposons que cela soit vrai. Si c’est vrai, cela signifie que même si le capitalisme était stable pendant près de cinq décennies, le consentement s’affaiblissait, et non se renforçait. Qu’est-ce qui expliquerait alors la stabilité du système, si le consentement est effectivement en baisse ? L’argument que j’ai proposé est que les travailleurs acceptent le système non pas parce qu’ils le trouvent légitime ou souhaitable, mais parce qu’ils ne voient pas d’autre choix. Autrement dit, ils s’y résignent.

Cela nous ramène à ce que Marx appelait « la contrainte sourde des relations économiques ». Il est vrai qu’à certaines périodes, l’incidence du consentement au sein de la classe ouvrière augmente. Cela se produit pendant les périodes de forte croissance, les périodes de bien-être croissant, en particulier lorsque vous avez une classe ouvrière organisée qui peut négocier elle-même avec ses employeurs.

A présent, nous savons deux choses. Dans l’histoire du capitalisme, c’est plus un épisode que la norme en Occident. Dans le capitalisme mondialisé, une grande partie de la classe ouvrière n’a jamais été organisée au point de pouvoir négocier pour elle-même un échange de ce type. Comment, alors, le capitalisme peut-il rester stable ? Il reste stable parce que la « sourde compulsion des relations économiques » ramène chaque jour des travailleurs à leur poste, qu’ils soient contents ou non, qu’ils soient satisfaits ou non.

La stabilité est donc aidée et facilitée par le consentement, mais ne repose pas sur lui. Elle s’appuie sur des faits matériels de la situation propre de la classe ouvrière, sur les difficultés à s’organiser et sur le fait qu’en fin de compte, ils ont besoin du travail – même s’ils détestent le travail. Le consentement devient un mécanisme secondaire à la démission lorsque vous répondez à la question posée par la nouvelle gauche.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire