Laissez-les brûler du pétrole – Sunak et factures d’énergie

0
84

Le dernier demi-tour de Rishi Sunak en réponse à la crise du coût de la vie montre que les conservateurs se bousculent pour une réponse. Gus Woody analyse la politique fossile derrière la stratégie des conservateurs.

“Nous devrions être pragmatiques.” C’est ce qu’a affirmé Rishi Sunak, alors qu’il supervisait le plus grand impact sur le niveau de vie de l’histoire britannique moderne. Le pragmatisme, bien sûr, est un terme courant dans le nouveau langage des conservateurs. Cela signifie un demi-tour hurlant, acceptant généralement quelque chose auquel les députés ont été fouettés pour s’opposer seulement des semaines, des jours et parfois des heures auparavant.

En réponse à la hausse rapide des prix du carburant, l’OFGEM a relevé le plafond des prix sur les factures d’énergie en avril de 693 £, avec une nouvelle augmentation de 800 £ attendue en octobre. Cela laisse le plafond du prix de l’énergie à 2 800 £. Avec la hausse des coûts de la plupart des produits de base et les propriétaires augmentant les loyers de plus en plus, des millions de personnes en Grande-Bretagne seront obligées de choisir entre le loyer, le chauffage et la nourriture. Le capitalisme, toujours en proie à la crise, broie une fois de plus les travailleurs jusqu’aux os tandis que les patrons, les propriétaires et les financiers en profitent.

Alors que les gens se bousculent pour comprendre comment ils vont se permettre l’année prochaine, les sociétés pétrolières et gazières ont annoncé des bénéfices époustouflants. Au cours des trois premiers mois de 2022, BP et Shell ont réalisé un bénéfice combiné de 12,2 milliards de livres sterling, soit près du triple de leur bénéfice au cours de la même période de 2021. De tels bénéfices ont conduit de nombreuses personnes à réclamer une taxe exceptionnelle, à utiliser cet argent pour faire face à la crise du coût de la vie.

Sunakenomics

Pendant la majeure partie du mois de mai, la banquette avant conservatrice et Sunak ont ​​résisté de manière agressive aux appels à une telle taxe. Les députés, qu’ils soient de la boîte d’envoi ou dans les médias, ont été sommés de sortir et de dénoncer toute sanction financière de leurs amis les méga-pollueurs. Pourtant, le vent a commencé à tourner la semaine dernière.

Au départ, le gouvernement prévoyait d’accorder une réduction de 200 £ sur les factures des ménages, qui devraient ensuite être remboursées sur cinq ans – un prêt. Face à l’augmentation des factures, la solution conservatrice était un endettement supplémentaire pour la classe ouvrière – des prêts minuscules face à une hausse des prix de près de 1 500 £.

Après le contrecoup contre cela, Sunak s’est tenu à la boîte d’expédition le 26 mai pour annoncer un nouveau changement. Il y aurait une taxe exceptionnelle, de 25% des bénéfices fossiles, pour financer une subvention générale de 400 £ accordée à tous les ménages, avec des allocations supplémentaires accordées aux retraités, aux personnes handicapées et à huit millions de ménages les plus pauvres.

Qu’il y ait de l’huile

Une telle proposition de politique est fondamentalement mielleuse face à la crise en cours à travers la Grande-Bretagne. Les entreprises de combustibles fossiles sont autorisées à conserver 75% de leurs bénéfices, construits sur le dos de la guerre, de la spéculation et de l’exploitation. Dans le même temps, les hausses de prix de l’OFGEM sont toujours supérieures de plusieurs centaines de livres aux subventions que la plupart des ménages recevront.

Il y a un stimulant climatique à cette réponse pathétique. Tout comme les politiques désastreuses de Sunak « Eat Out to Help Out » ont prolongé et intensifié la pandémie de covid, cette taxe sur les carburants prolongera et intensifiera la dégradation du climat. En même temps qu’il annonçait la taxe, Sunak a annoncé un quasi-doublement de « l’allègement des investissements » pour les sociétés pétrolières et gazières.

Ainsi, pour chaque livre sterling qu’un pollueur investit dans la production pétrolière et gazière britannique, il recevra bientôt environ 90 pence en « allègement fiscal ». C’est un signal majeur pour les pollueurs que la Grande-Bretagne s’ouvre – au pétrole de la mer du Nord, à de nouveaux projets miniers et même au gaz de fracturation.

Les gouvernements travaillistes et conservateurs du XXIe siècle auraient pu éviter cette crise énergétique, non pas en investissant dans la production nationale de combustibles fossiles, mais en amorçant la transition vers les énergies renouvelables. Malgré la nécessité évidente d’empêcher toute nouvelle extraction de pétrole et de gaz pour limiter le réchauffement climatique, les politiques de Sunak enferment la Grande-Bretagne et le monde dans une bulle de carbone. En somme, le coût de ces subventions n’a pas été mis sur les entreprises de combustibles fossiles, il a été mis sur la classe ouvrière mondiale d’aujourd’hui et de demain, alors qu’elle fait face à une dégradation climatique croissante.

Pétro-populisme conservateur

Les fuites régulières des conservateurs, en particulier autour des partis que le Premier ministre et les députés ont organisés alors que des milliers de personnes en Grande-Bretagne sont mortes seules et isolées, montrent un parti en guerre contre lui-même. Pourtant, l’annonce et le demi-tour de Sunak montrent en miniature un consensus conservateur émergent. Essayant d’équilibrer un interventionniste plus économique avec une aile fiscalement conservatrice du parti, la réponse de Sunak met en évidence des aspects du centre stratégique de la politique de son parti.

Premièrement, comme nous l’avons vu avec les dépenses pendant la pandémie, le parti conservateur moderne s’est montré capable d’abandonner rapidement les lignes rouges précédentes de « responsabilité budgétaire ». Face à un parti travailliste couché, bafoué dans son désespoir de paraître raisonnable aux classes moyennes, les conservateurs peuvent alors utiliser ces volte-face économiques pour régulièrement déborder leur opposition.

En annonçant une proposition un peu plus ambitieuse avec la taxe sur les bénéfices exceptionnels que ce que les travaillistes demandaient initialement, Sunak a laissé l’opposition à la dérive. Rachel Reeves, la principale non-entité du cabinet fantôme, a été forcée de critiquer Sunak pour des raisons de procédure, et non sur le fond de la proposition. Reeves a été retrouvé en train de bêler aux Communes au sujet des propositions arrivant trop tard et du fait que le gouvernement avait été «entrainé à coups de pied et à crier» dans ce demi-tour.

Par conséquent, l’opposition se retrouve dans l’incapacité de s’attaquer à l’une des fonctions premières de cette politique, qui est d’individualiser la réponse au coût de la vie. Sunak et les conservateurs peuvent apparaître comme des héros, de nombreux foyers les associant directement à la réduction de leur facture énergétique et à la subvention. Dans le même temps, les réponses fondées sur les subventions permettent à l’argent d’affluer vers l’économie des produits de base, plutôt que de fournir des services ou de répondre directement aux besoins, permettant simplement aux gens de continuer à agir en tant que consommateurs. Là où le financement par subventions ne suffit pas, les conservateurs peuvent revenir à leurs vieux trucs, comme ils l’ont fait à plusieurs reprises autour des prix alimentaires, et blâmer la classe ouvrière de ne pas être avisée financièrement. Là où la souffrance est constatée, les travailleurs peuvent être diabolisés pour avoir soi-disant dépensé l’argent de leur subvention de manière incorrecte, plutôt que les conservateurs pour avoir proposé une solution misérable.

La politique de Sunak constitue une certaine forme de « pétro-populisme ». Petro, dans le sens où Sunak espère s’en servir pour redévelopper le capital fossile britannique. Le populisme, dans le sens de tenter de lier l’atténuation directe des problèmes quotidiens du « peuple » au parti conservateur. Dans le même temps, les conservateurs renforcent leur propre compréhension du “peuple” – ceux qui sont riches ont gagné leur richesse, tandis que ceux qui sont confrontés à la ligne du pain sont là en raison de leurs propres échecs individuels.

Du bon sens pour des moments inhabituels

Les propositions écosocialistes audacieuses face à la crise actuelle prendraient la forme d’une expropriation non seulement des profits des pollueurs, mais d’une nationalisation des infrastructures énergétiques pour effectuer une transition rapide loin des combustibles fossiles et un plafonnement des factures. La création d’emplois par la modernisation, les systèmes alimentaires nationaux, etc., pourrait commencer à résoudre ces problèmes non seulement aujourd’hui, mais à long terme.

La taxe exceptionnelle de 25 % n’a pas été la seule mauvaise nouvelle des méga-pollueurs cette semaine. Mardi, Shell a tenté de tenir sa première assemblée générale en personne en Grande-Bretagne. XR Money Rebellion et d’autres militants ont réussi à transformer cela en une farce, avec des manifestations limitant l’accès au bâtiment et 70 militants perturbant l’intérieur même de l’AGA. Le lendemain, Total Energies a vu son assemblée générale bloquée par plus de 100 militants à Paris.

Dans le même temps, les travailleurs de la mer du Nord ont entamé une grève sauvage en pleine expansion en réponse à la détérioration des conditions de travail et à l’insuffisance des salaires. Malgré cela, Unite a refusé de soutenir ces travailleurs, les encourageant à retourner au travail afin que des pourparlers puissent avoir lieu. Le militantisme croissant des travailleurs dans le secteur fossile, combiné à des écologistes de plus en plus conflictuels, pourrait fournir un espace pour un nouveau bloc contre le pétro-populisme de Sunak.

C’est là un dernier élément de la stratégie conservatrice d’aujourd’hui. Comme Stuart Hall l’a noté de manière très convaincante, chaque conception du « peuple » dans le populisme nécessite un ennemi auquel le « peuple » peut être identifié. Aujourd’hui, cela prend de plus en plus la forme d’écologistes au sein de la Grande-Bretagne.

Les organisateurs de Just Stop Oil, Insulate Britain et XR sont présentés par les conservateurs comme en partie responsables de la hausse des prix de l’énergie. Comme le dit l’argument conservateur, à moins que nous ne développions l’extraction nationale de combustibles fossiles, « le peuple » est faible, bloqué par les importations étrangères de combustibles fossiles. Quiconque s’oppose aux combustibles fossiles est un ennemi du peuple et doit faire face à de nouveaux pouvoirs de police répressifs.

Les travaillistes, reprenant leur longue tradition de soutien à la violence d’État, sont plus qu’heureux de soutenir cela. Yvette Cooper, lors d’un récent débat parlementaire, a critiqué le projet de loi sur l’ordre public des conservateurs pour ne pas inclure de mesures spéciales pour empêcher la «perturbation» de groupes comme Just Stop Oil. De tels affichages éhontés montrent un consensus parmi les députés pour écraser le mouvement écologiste à un moment où sa nécessité ne fait que croître.

Plutôt que de tomber dans ce piège, il faut construire un nouveau bloc pour cette crise historique, pour résister au pétro-populisme conservateur et à ses pouvoirs de police. En liant les luttes ouvrières et environnementales, ainsi qu’un programme écosocialiste pour lutter contre la crise du coût de la vie, une résistance peut être construite. Si les subventions énergétiques de Sunak montrent une stratégie conservatrice émergente, la gauche doit également construire la sienne pour résister au capitalisme fossile.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire