Les survivants de l’ère Marcos appellent à la vérité alors que le nouveau Marcos se lève | Actualités sur les droits de l’homme

0
34

Manille, Philippines – Dans un petit groupe avec des victimes de la loi martiale et leurs familles survivantes dans le parc commémoratif Monument of Heroes de Manille, Joey Faustino se demande ce qui est arrivé aux Philippines.

« Dois-je me sentir trahi que les mensonges ont prévalu ? Ou oublié et négligé par nos compatriotes qui ont cru ces mensonges ? demande-t-il, une semaine après que les électeurs ont élu Ferdinand Marcos Jr, le fils et homonyme de l’ancien dictateur du pays, comme son prochain président.

Dans le parc, populairement connu sous le nom de Bantayog, se dresse le mur du souvenir en granit noir sur lequel sont inscrits les noms de 320 Philippins qui ont combattu la dictature de Marcos dans les années 1970. Ils ne sont qu’une fraction de ceux qui ont souffert sous son régime brutal – Amnesty International affirme que plus de 3 200 personnes ont été tuées, 35 000 torturées et 70 000 détenues au cours de cette période.

Gerardo T Faustino, le frère aîné de Joey, fait partie des noms sur le mur.

En juillet 1977, l’étudiant de 21 ans de l’Université des Philippines a été kidnappé avec neuf autres étudiants militants dans ce qui est considéré comme le plus grand cas d’enlèvement à l’époque de la loi martiale. Il a disparu depuis et, avec des milliers de desaparecidos (disparus), il est présumé mort.

Aujourd’hui, près de 50 ans plus tard, dans un développement autrefois impensable, un autre Marcos est président.

Un long Mur du Souvenir se dresse dans le Bantayog ng Mga Bayani (Monument des Héros), où sont gravés les noms de 320 Philippins qui se sont opposés à la dictature de Ferdinand Marcos. Quelques jours après que son fils a remporté la présidence, les gens ont commencé à laisser des fleurs et à allumer des bougies pour honorer les morts [Jhesset O Enano/Al Jazeera]

La victoire écrasante de Ferdinand Marcos Jr, mieux connu sous le nom de “Bongbong”, a stupéfié une nation profondément divisée entre deux forces opposées : l’une qui choisit de se souvenir et de demander justice pour les victimes de sa sombre histoire, l’autre qui préfère mettre le passé de côté. et passer à autre chose.

Entre les deux, nombreux sont ceux qui ont mis en doute les atrocités et le pillage bien documentés qui ont eu lieu sous l’ancien Marcos, aidés par la désinformation sur les réseaux sociaux qui a contribué à ramener la famille sur le chemin de la notoriété politique et au triomphe du fils dans les sondages.

Les groupes de défense des droits humains et les victimes de la loi martiale affirment qu’une présidence “Bongbong” Marcos signale non seulement davantage d’efforts pour réécrire l’histoire, mais également un nouveau recul de la situation des droits humains dans le pays. Sa vice-présidente, élue séparément du président, est Sara Duterte, actuellement maire de la ville méridionale de Davao et fille de Rodrigo Duterte, le controversé président sortant.

Tous deux ont promis de poursuivre l’œuvre de leurs pères.

Sans un effort concerté contre la désinformation et le révisionnisme historique, les experts préviennent que la situation va empirer.

“Cette victoire n’est pas une affirmation des droits de l’homme, compte tenu de leur histoire”, a déclaré Carlos Conde, chercheur principal à Human Rights Watch, à Al Jazeera. “[Marcos Jr’s] toute la campagne est enracinée dans la désinformation sur les violations des droits humains, pas seulement du régime de son père, mais de ce régime… Certains pourraient trouver risible l’idée qu’il améliorera, de tous les présidents, la situation des droits humains dans le pays.

Perspectives sombres

Le président Duterte, qui quittera ses fonctions le 30 juin, laisse un héritage sanglant de sa guerre contre la drogue qui visait principalement les pauvres et fait maintenant l’objet d’une enquête de la Cour pénale internationale (CPI), à sa répression des critiques et des militants.

De leur côté, malgré les poursuites judiciaires leur ordonnant de verser des indemnités aux victimes d’atteintes aux droits humains, les Marcos ont refusé de reconnaître les abus ou de s’excuser pour ce qui s’est passé.

En 1986, après que des milliers de Philippins se sont précipités dans les rues lors d’un soulèvement du «pouvoir populaire», les Marcos ont fui en exil à Hawaï, transportant des caisses d’argent d’une valeur de plus de 700 millions de dollars, en plus de lingots d’or et de bijoux. On pense que le dictateur déchu a pillé jusqu’à 10 milliards de dollars pendant son règne, tandis que sa femme Imelda est devenue synonyme de cupidité et d’excès.

« Pourquoi dois-je dire désolé ? » Marcos Jr a déclaré dans une interview en 2015, lorsqu’il a lancé ce qui a finalement été une candidature infructueuse à la vice-présidence contre Leni Robredo. Cette année, ce résultat a été inversé avec Robredo, un avocat des droits de l’homme, terminant loin deuxième dans la course présidentielle.

En tant que sénateur pendant six ans, Marcos Jr s’est montré peu enclin à défendre les droits de l’homme, a déclaré Conde.

“Sara Duterte, en revanche, a eu des exécutions extrajudiciaires [happening in Davao City] pendant son quart aussi, pas seulement celui de son père », a-t-il ajouté. Elle a succédé à la mairie de son père qui occupait le poste depuis plus de 20 ans.

“Si elle était jugée par cela, alors c’est aussi une sorte d’histoire assez accablante”, a-t-il déclaré.

Les experts avertissent également que les nouveaux dirigeants philippins résisteront probablement à l’enquête de la CPI sur les meurtres de Duterte dans le cadre de la guerre contre la drogue.

Joey Faustino debout devant le mur commémoratif aux victimes de la loi martiale
“Il n’y a plus de retraite pour nous”, a déclaré Joey Faustino à Al Jazeera, appelant les vétérans de l’ère de la loi martiale à mener une nouvelle bataille pour la vérité après l’élection de Ferdinand “Bongbong” Marcos Jr. Son frère aîné a été kidnappé par le régime en 1977 et jamais revu [Jhesset O Enano/AL Jazeera]
Professeur d'université Nestor Castro.
En 1983, Nestor Castro, alors âgé de 23 ans, a été détenu illégalement et torturé pour avoir critiqué la dispersion violente des étudiants autochtones dans la ville de Baguio. Aujourd’hui professeur à l’Université des Philippines, il a recommencé à parler de sa douloureuse expérience [Jhesset O Enano/Al Jazeera]

Les groupes de défense des droits de l’homme estiment qu’au moins 27 000 personnes ont été tuées dans des répressions antidrogue de type justicier depuis que Duterte a pris ses fonctions en 2016. Les chiffres du gouvernement sont plus conservateurs mais toujours horribles, ce qui porte le nombre de morts des opérations de police à environ 6 000.

Dans un rapport récemment publié, la Commission philippine des droits de l’homme a déclaré que le gouvernement Duterte bloquait systématiquement ses efforts pour enquêter de manière indépendante sur les meurtres.

“Cela a encouragé une culture d’impunité qui empêche les auteurs d’être tenus responsables”, a déclaré la commission.

Bataille entre la vérité et les mensonges

Les survivants de la torture et de l’emprisonnement injustifié pendant la dictature de Marcos ont longtemps sonné l’alarme sur la tentative des Marcos de réhabiliter leur nom de famille.

Pendant une grande partie de sa vie, Nestor Castro, anthropologue culturel et professeur, a choisi de ne pas parler de sa douloureuse expérience à l’époque de Marcos.

“Après avoir vécu cette expérience, pourquoi voudriez-vous la revivre ? Se souvenir de ce que vous avez vécu, c’est très blessant », a-t-il déclaré.

Mais en 2016, lorsque le président Duterte a autorisé l’enterrement de l’aîné Marcos au cimetière des héros, où sont enterrés des présidents philippins décédés et des héros nationaux, des scientifiques et des artistes, Castro savait qu’il devait parler de sa torture, en particulier à ses jeunes étudiants. .

En mars 1983, l’homme alors âgé de 23 ans a été arrêté sans mandat pour s’être opposé à une dispersion violente d’étudiants autochtones dans la ville de Baguio. En détention, des agents de l’État lui ont à plusieurs reprises cogné la tête contre les murs, lui ont brûlé la poitrine avec des cigarettes et l’ont jeté dans une cellule exiguë où il a mangé, dormi et fait ses besoins.

Il a décidé de raconter son histoire en vidéo et de la télécharger sur TikTok, une plate-forme de médias sociaux qui a été largement utilisée par les réseaux de désinformation pour diffuser de fausses informations et montrer l’ère Marcos comme un «âge d’or».

Les partisans de Trolls et Marcos ont immédiatement spammé et signalé en masse sa vidéo, et TikTok l’a retirée. Castro a fait appel au site de médias sociaux, mais en vain.

Sur Facebook, où la vidéo est toujours disponible, les commentaires sont émaillés de propos haineux.

“Vous étiez probablement désobéissant et c’est pourquoi vous avez été emprisonné”, a lu l’un d’eux.

« Vous faisiez probablement quelque chose de mal. Nous n’avons violé aucune loi, nous sommes donc vraiment d’accord avec la loi martiale », a déclaré un autre. « Vous ne pouvez pas nous faire changer d’avis ; nous sommes BBM (Bongbong Marcos) et Sara directement du cœur.”

Une jeune foule lors d'un rassemblement politique proteste contre les efforts de révision de l'histoire portant des pancartes disant
Ces dernières années, les jeunes Philippins ont repoussé les efforts concertés visant à réviser l’histoire, en particulier les abus commis à l’époque de la loi martiale. [Jhesset O Enano/Al Jazeera]

De retour à Bantayog, May Rodriguez rappelle comment les plaies des rescapés de la dictature se sont rouvertes à plusieurs reprises ces dernières années.

« Pour moi, ce n’est pas le souvenir physique du souvenir de la torture. C’est encore une fois entendre la chanson ‘Bagong Lipunan’ [New Society]. C’est le plus douloureux », a-t-elle déclaré, faisant référence à une chanson de propagande composée pour vanter la dictature. Marcos Jr a relancé l’hymne pendant sa campagne, le remixant pour l’adapter au 21e siècle.

“Cette chanson atteint mes entrailles quand je l’entends”, a ajouté Rodriguez, directeur exécutif du parc.

Alors que Marcos Jr se prépare à prêter serment dans quelques semaines, les survivants de la loi martiale craignent que des temps sombres ne s’annoncent.

Pour des vétérans comme Faustino, la bataille pour garder leurs histoires vivantes, aussi douloureuses soient-elles, est devenue de plus en plus importante.

“C’est une autre ère où nous devrons, plus que simplement survivre, mais dire et garder la vérité”, a-t-il déclaré. “Il n’y a pas d’autre recours.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/27/victims-of-marcos-era-push-back-against-rewriting-of-history

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire