L’Allemagne a la responsabilité particulière d’arrêter le mal de Poutine

0
55

Une guerre sans merci est menée au cœur de l’Europe — contre le Parti social-démocrate (SPD) au pouvoir en Allemagne. C’est du moins ce que pourrait conclure un observateur occasionnel de la politique allemande.

Rolf Mützenich, le chef de la faction parlementaire du SPD, a dénoncé les demandes de ses partenaires de la coalition verte et libre-démocrate pour des livraisons d’armes lourdes à l’Ukraine comme “irresponsables”. Son collègue Ralf Stegner oscille entre les tweets en colère et les chapes accusatrices de Facebook contre les critiques de la politique passée de son parti envers la Russie.

Sigmar Gabriel, ancien ministre des Affaires étrangères, s’est insurgé contre les “théories du complot dangereuses” sur les réseaux d’influence germano-russes. L’apitoiement larmoyant sur soi est peu édifiant. Sa stridence suggère que la critique frappe à la maison.

Le chancelier Olaf Scholz lui-même devient sensible. Il a licencié trois membres du Bundestag qui s’étaient rendus en Ukraine et appelé à davantage de soutien militaire, les qualifiant de “garçons et filles”. Dans une récente interview, il a suggéré que l’envoi d’armes lourdes ferait de l’Allemagne et de l’OTAN des “parties à la guerre”.

La froide vérité est qu’il y a beaucoup à critiquer. Il est grand temps pour le SPD d’expulser son principal lobbyiste gazier russe, l’ancien chancelier Gerhard Schröder. Il est également essentiel que les tribunaux allemands enquêtent sur les liens entre Manuela Schwesig, première ministre de l’État oriental de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, et l’opérateur de gazoduc Nord Stream 2, détenu à 100 % par Gazprom.

Mais la politique russe égoïste de l’Allemagne et sa dépendance énergétique auto-infligée – en partie volontairement naïve et en partie profondément corrompue – ont trouvé des partisans enthousiastes dans tous les partis politiques. Ils ont enhardi le Kremlin et ont permis la guerre de Vladimir Poutine.

C’est cependant passer à côté de l’essentiel que de demander que Frank-Walter Steinmeier, le président et un autre ancien ministre des Affaires étrangères, ou l’ancienne chancelière Angela Merkel soient traînés devant une commission d’enquête parlementaire. Lorsqu’ils étaient au pouvoir, eux et d’autres politiciens allemands ont astucieusement estimé qu’ils faisaient exactement ce que le secteur des affaires et le grand public voulaient.

Au moins Steinmeier a déclaré publiquement qu’il avait tort. Mais quant à la guerre d’anéantissement de la Russie et ses atrocités incessantes contre les Ukrainiens, elles sont sur nous tous.

Au crédit de Scholz, lui et son gouvernement ont pris le pouvoir avec un ambitieux programme de transformation intérieure. Quatre jours après l’invasion russe, la chancelière a reconnu la nécessité d’un tournant, ou tournant, dans la politique énergétique et de sécurité allemande également, et il a promis de soutenir l’Ukraine. Il est difficile d’imaginer Merkel, son prédécesseur chrétien-démocrate, faire l’un ou l’autre. Malheureusement, aucune des options à court terme de l’Allemagne pour aider Kiev et empêcher une victoire du Kremlin n’est bonne.

Parce que les importations d’hydrocarbures de l’Allemagne alimentent la machine de guerre russe, Berlin veut arrêter d’importer du charbon d’ici l’été et du pétrole d’ici la fin de l’année. Mais il craint que l’arrêt des importations de gaz maintenant – au lieu de 2024, comme initialement prévu – ne crée une récession massive et des troubles politiques. Sur ce point, Janet Yellen, la secrétaire au Trésor américain, semble d’accord.

L’Ukraine réclame des armes lourdes, alors que la Russie intensifie son offensive dans le Donbass. Mais sur cette question, Scholz a tergiversé, tergiversé et jeté de la fumée, à la colère croissante des alliés de l’Allemagne et de ses partenaires de la coalition. Le manque de matériel militaire allemand utilisable est réel, tout comme la pression de l’aile gauche intransigeante et pacifiste du SPD. Dans un compromis tardif, Berlin agit pour remplacer les armes fournies à Kiev par d’autres alliés de l’OTAN.

Scholz n’est pas aidé par un style de parole qui va du stoïque au gnomique. Certains de ses ministres sont plus faibles que d’autres. Mais son vrai problème est ailleurs. En tant que démocratie parlementaire, l’Allemagne a un exécutif fédéral qui est faible à dessein. Le personnel de la chancellerie est minuscule par rapport à celui des autres grandes démocraties. Les conseillers les plus expérimentés de Scholz s’éparpillent. Ça montre.

Pour que la coalition instable des « feux de circulation » de Scholz survive et exerce efficacement le pouvoir, elle doit changer sa façon de gouverner. Le ministère des Affaires étrangères travaille sur une stratégie de sécurité nationale, le premier document de ce type en Allemagne. En principe, cela aidera à articuler les objectifs stratégiques de manière plus cohérente.

Mais plus urgent encore, la chancellerie a besoin d’un personnel de sécurité nationale approprié qui puisse conseiller et aider le chef du gouvernement à traverser une époque de perturbations continuelles. C’est d’autant plus important que l’Allemagne a la responsabilité particulière de mettre un terme au mal déchaîné par Poutine.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire