L’Allemagne suspend la certification Nord Stream 2 retardant la mise en service jusqu’en 2022

0
54

L’Agence fédérale allemande des réseaux (BnetzA) a suspendu sa certification du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne le 16 novembre, ce qui retardera la date de démarrage au premier trimestre ou peut-être au deuxième trimestre 2022.

Un porte-parole de Nord Stream 2 AG a déclaré à New Europe le 16 novembre que le régulateur allemand BNetzA avait publiquement fait part d’une suspension temporaire de la procédure de certification en raison de la création d’une filiale Nord Stream 2. « Notre entreprise entreprend cette étape pour assurer le respect des règles et réglementations applicables. Nous ne sommes pas en mesure de commenter les détails de la procédure, sa durée possible et ses impacts sur le moment du début des opérations du pipeline », a déclaré le porte-parole de Nord Stream 2.

Chris Weaver, co-fondateur de Macro-Advisory à Moscou, a déclaré le 17 novembre à New Europe que la vitesse à laquelle ils poursuivraient l’examen pourrait dépendre soit de la position prise par le nouveau gouvernement allemand – pour ou contre le projet – et de la météo. « Les services publics disent qu’ils ont suffisamment de gaz pour fonctionner pendant un hiver « normal », mais pas s’il fait très froid et que la demande augmente. Dans ce dernier cas, la pression augmentera pour approuver Nord Stream 2 plus tôt », a déclaré Weafer.

“Le leader des Verts est opposé au projet, mais le parti politique dominant y est favorable, comme l’est la plupart de l’industrie allemande”, a-t-il déclaré, arguant que “le fait que les travaux soient désormais totalement achevés et qu’ils soient moins dommageables pour l’environnement que le GNL transporté par navire (gaz naturel liquéfié) devrait également apaiser les objections de la direction du Parti vert ».

Katja Yafimava, chercheur principal à l’Oxford Institute for Energy Studies, a déclaré à New Europe le 17 novembre que BNetzA finirait par certifier l’opérateur Nord Stream 2, mais la décision de suspendre la certification jusqu’à ce qu’une filiale enregistrée en Allemagne soit établie suggère qu’il y aura un retard. Elle a expliqué que la BNetzA devrait relancer le processus de certification une fois la filiale établie et émettre un projet de décision de certification dans le délai de 4 mois restant à sa disposition par la loi (cette période est comptée du 8 septembre au date de suspension du 16 novembre, puis à partir de n’importe quelle date à laquelle le processus de certification est relancé), de sorte que la date limite initiale du 8 janvier peut glisser, potentiellement jusqu’à quelques mois qui seraient nécessaires pour établir la filiale allemande. “Il est important de noter que le ministère allemand de l’économie et de l’énergie a déjà conclu que la certification Nord Stream 2 ne posera pas de danger pour la sécurité des approvisionnements, et aucune nouvelle évaluation de la part du ministère n’est requise”, a déclaré Yafimava.

Elle a ajouté que la Commission européenne disposera encore de 2 mois prorogeables de 2 mois supplémentaires pour émettre un avis, et que la BNetzA disposerait encore de 2 mois supplémentaires pour émettre une décision de certification finale. “Cela suggère que le processus de certification ne sera entièrement achevé que d’ici/en été”, a-t-elle déclaré.

Expliquant les raisons de la suspension, Yafimava a déclaré qu’il n’est pas tout à fait clair pourquoi BNetzA a accepté une demande de certification Nord Stream 2 AG enregistrée en Suisse, si elle est d’avis que seule une entreprise enregistrée en Allemagne peut être certifiée comme un opérateur. Mais la BNetzA l’a accepté et a également confirmé que tous les documents nécessaires avaient été reçus le 8 septembre.

« Mon explication à ce sujet est la suivante. Son communiqué de presse semble suggérer que BNetzA aurait pu s’attendre à ce que Nord Stream 2 AG change de forme juridique et se réenregistre en tant que société allemande pour exploiter l’intégralité du gazoduc Nord Stream 2. Mais comme ni l’UE ni la loi allemande ne s’étendent au-delà du territoire allemand, Nord Stream 2 AG semble avoir rejeté cette variante et décidé de créer une nouvelle filiale enregistrée en Allemagne pour détenir et exploiter la section allemande de Nord Stream 2 uniquement. Cela serait strictement conforme à la directive gaz modifiée, dont les exigences en matière de dégroupage, de TPA, de tarifs, ne s’étendent pas au-delà de la section allemande », a expliqué Yafimava.

La décision de BnetzA de suspendre la certification de Nord Stream 2 intervient sur fond de tensions entre la Russie et l’Europe sur la Biélorussie et l’Ukraine.

Le 15 novembre, la BNetzA a formellement accepté la demande de la société par actions nationale ukrainienne Naftogaz d’être incluse dans le processus de certification de Nord Stream 2 AG.

Weafer a déclaré que le moment était sans aucun doute politique. “Approuver le projet, puis l’envoyer à l’UE pour approbation, dans un contexte politique aussi chargé, risquerait de provoquer une réaction dangereuse”, a-t-il déclaré. « Il est beaucoup plus sensé d’attendre que les controverses actuelles en Biélorussie, à la frontière ukrainienne et dans l’espace soient apaisées ou, espérons-le, résolues, puis d’approuver le projet. Si, entre-temps, il y a un hiver très froid et que les prix augmentent à nouveau, ce qui rappellerait à l’industrie et aux consommateurs pourquoi ils ont besoin d’un pipeline supplémentaire, alors tant mieux du point de vue de Nord Stream », a déclaré Weafer.

Pour sa part, Yafimava a déclaré que la décision de la BNetzA de suspendre la certification n’avait rien à voir avec la situation en Biélorussie. « Au contraire, l’incertitude quant à la fiabilité du transit via la Biélorussie et une perte potentielle de la capacité de transit de Yamal auraient dû inquiéter l’Allemagne de retarder davantage le début des approvisionnements via Nord Stream 2. Je ne pense pas non plus que la décision de la BNetzA ait quoi que ce soit à voir avec son acceptation de Naftogaz et GTSOU (Transmission System Operator of Ukraine) dans le processus de certification. La BNetzA les a acceptés, tout comme elle a accepté (compagnie pétrolière et gazière polonaise) PGNiG plus tôt, de sorte qu’en cas d’action en justice future, ils ne pourraient pas prétendre que leurs points de vue n’ont pas été pris en compte – et ils ne de toute façon, je n’ai pas de droit de veto », a-t-elle déclaré.

Yafimava a souligné qu’en acceptant la demande de Nord Stream 2 AG enregistrée en Suisse, BNetzA s’est effectivement créé la possibilité de pouvoir suspendre le processus de certification à tout moment à sa convenance pour des raisons essentiellement procédurales. Elle a fait valoir qu’il ne pouvait être totalement exclu que le moment de la décision de suspension de la BNetzA puisse être politique, à la fois au niveau national en raison de la formation du nouveau gouvernement allemand et au niveau international en raison des tensions entre l’UE et la Russie et d’une menace de sanctions américaines.

À moins que la BNetzA n’autorise Nord Stream 2 à acheminer du gaz pendant que la certification est en cours, il n’y aura pas de gaz russe supplémentaire envoyé en Europe au-delà de ce que le monopole gazier russe Gazprom peut envoyer en utilisant sa capacité ferme réservée ou disponible pour la réservation sur les corridors d’exportation existants, y compris Nord Stream 2, Yamal, Ukraine, Turkish Stream, suggérant ainsi tout l’hiver des prix élevés du gaz, a déclaré Yafimava, ajoutant : Nord Stream 2 en attendant la certification ».

suivre sur twitter @energyinsider



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici