L’alliance de l’empire romain profiterait à l’Europe – Premier ministre britannique – RT World News

0
56

Boris Johnson veut une communauté politique englobant non seulement l’UE mais aussi l’ancien territoire de l’Empire romain

Le Premier ministre britannique Boris Johnson aurait été tellement épris de l’idée du président français Emmanuel Macron d’un “Communauté politique européenne” Englobant non seulement l’UE mais l’Europe de l’Est – en particulier l’Ukraine – et le Royaume-Uni, il l’a revendiquée comme sa propre idée et l’a présentée comme une vision moderne de l’Empire romain, a rapporté mercredi le Financial Times.

L’Imperium moderne de Johnson s’étendrait du Royaume-Uni à la région du Maghreb en Afrique du Nord et vers l’est jusqu’à la Turquie et l’Ukraine, a-t-il déclaré, déclarant qu’il avait proposé l’idée de Macron “à l’époque où je suis devenu ministre des Affaires étrangères” et révélant qu’il croyait “nous devrions essentiellement recréer la Mare Nostrum de l’Empire romain» lors d’une audience avec des journalistes en route pour Madrid pour un sommet de l’OTAN mardi. Mare Nostrum était le nom romain de la mer Méditerranée, adopté à une époque où l’empire contrôlait une grande partie de l’Europe, la côte de l’Afrique du Nord et la Turquie moderne, s’étendant dans la région du Caucase.




Cependant, Macron a même devancé la chronologie révisionniste de Johnson lorsqu’il a proposé l’idée au Parlement européen, affirmant que son prédécesseur François Mitterrand avait appelé à un “large club européen” tout le chemin du retour en 1989 alors que l’URSS faisait face à des crises.

Johnson a tempéré son enthousiasme, décrivant l’idée de Macron comme «vaut la peine d’être regardé” à condition qu’il cadre avec les objectifs stratégiques du Royaume-Uni tout en reconnaissant “inventer de nouvelles structures» pourrait ne pas être la meilleure utilisation des ressources qui pourraient être consacrées à l’amélioration des partenariats entre les pays.

Alors que les relations entre les dirigeants français et britanniques ont été glaciales dans le passé, les deux hommes ont convenu de recommencer dimanche tout en parlant en tête-à-tête lors du sommet du G7, un responsable britannique décrivant leur nouveau partenariat comme «le bromance.” Cependant, un responsable français s’est montré moins enthousiaste, qualifiant la rencontre de « passée »bien. C’est ça.

Bien que les deux aient pris un nouveau départ, il y a encore beaucoup de questions sur lesquelles ils ne sont pas d’accord, Paris étant apparemment bouleversé par le recul de Johnson sur le Brexit ainsi que par ses briefings publics laissant entendre que Macron n’est pas suffisamment agressif dans ses relations avec le président russe Vladimir Poutine. .

Johnson devait aborder le sujet une fois de plus lors de son discours au sommet de l’OTAN, disant aux membres de “Creuser en profondeur” poney jusqu’à leur plein 2% du PIB, et renforcer le ” de l’allianceflanc est.”

Ces propos correspondent au thème de la réunion de mercredi de l’alliance, au cours de laquelle elle a approuvé son nouveau concept stratégique encore plus ouvertement anti-russe, déclarant que Moscou avait «brisé la paix et gravement altéré notre environnement sécuritaire» en attaquant l’Ukraine. Les membres du bloc se sont rassurés que leur alliance était «unique, essentiel et indispensable” et juré de travailler ensemble pour contrecarrer le “acteurs autoritaires“menaçant son”ordre international fondé sur des règles.”

LIRE LA SUITE:
L’OTAN adopte un nouveau concept stratégique dirigé contre la Russie

Johnson devait également rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan ainsi que les dirigeants suédois et finlandais, que l’OTAN a accueillis à bras ouverts lors de son approbation la plus rapide à ce jour d’un nouveau membre. On ne sait pas s’il envisage d’aborder le sujet de son nouvel Empire romain amélioré avec le trio.

L’une des dernières tentatives des grands États européens de reconstruire ou de revendiquer l’héritage de l’Empire romain a été menée par les dirigeants fascistes allemands nazis et italiens Adolf Hitler et Benito Mussolini. Elle se termina par une cuisante défaite en 1945.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire