L’amour en vain – CounterPunch.org

0
173

Lorsque les vacances se déroulent comme elles le font, bien que je ne pense pas beaucoup aux calendriers ou que je ne place pas mes espoirs dans des impulsions émotionnelles basées sur l’ordination de vacances pré-planifiées et orchestrées, je me retrouve moi aussi, tant que je suis prêt à aller, être emporté par l’esprit de l’occasion. Cela évoque les idées de conscience collective et ce qui est devenu connu dans certains cercles sous le nom d’esprit de ruche.

En ce Memorial Day, 2022, je me suis retrouvé à penser, comme on nous le demande, à ces personnes qui ont perdu la vie à la guerre. Le Memorial Day est dédié spécifiquement aux militaires qui ont perdu la vie, mais mon esprit ne peut pas penser à eux sans penser à tous les autres qui sont morts à la guerre, les civils, les hommes, les femmes, les enfants et pas seulement ici Aux États-Unis alors que nous agitons les drapeaux suggéreraient que nous devrions mais, encore une fois, vu le lien global entre chacun d’entre nous, d’ici à là-bas, autour du globe et à travers le temps, je pense à eux.

J’ai pensé à mon père et à mon grand-père, à vos pères et grands-pères. J’ai pensé aux guerres menées aujourd’hui et à ces guerres que nous menons depuis toujours. J’ai pensé aux braves Lakota combattant les Cris, j’ai pensé au paysan chinois submergé par les hordes mongoles. J’ai étiré mon esprit pour considérer toutes les batailles jamais livrées et les morts.

J’ai pensé à l’esprit de ceux qui combattaient, à leurs espoirs et à la façon dont ils croyaient, soit dans la noblesse de leur cause, soit dans l’amour de leur peuple, soit simplement dans leur non moins noble volonté de survivre. J’ai pensé au sacrifice consenti volontairement ou non, qu’ils soient morts héroïquement ou lâchement, qu’ils aient été du “bon” ou du “mauvais” côté selon la façon dont nous pourrions maintenant juger cette position. Ils sont morts et ils sont morts soit en tant que serviteurs soit en tant qu’esclaves et en tant que serviteurs ils sont morts pour la cause de leurs chefs ou en tant qu’esclaves mourant pour la survie pure et simple, une vie aussi égoïstement préservée était une vie qui perpétuait l’espèce qui nous perpétue tous.

J’ai pensé à la passion, aux émotions élevées au plus haut niveau que seule la vérité de la vie ou de la mort peut inspirer, à l’amour qui se déverse pour ceux que vous ne reverrez peut-être jamais, pour ceux que vous avez déjà perdus. J’ai pensé à la façon dont la colère, la peur, le chagrin, l’extase du triomphe, le désespoir de l’échec, le souci de tout ce qu’un être humain peut aimer, se rassemblent, se mêlent et rugissent dans cet espace entre chacun des esprits de ces personnes. Enfin, nous arrivons à un endroit où les meilleurs et les seuls mots qui restent sont un cri déchirant et terrifiant ou le râle d’un gémissement si long et si bas qu’il entraîne la vie, l’attire, l’avale comme un trou noir.

Et j’ai pensé à nous ici aujourd’hui, en pensant à eux et à la question de savoir si nous rendons ou non un mémorial digne à ceux qui ont vécu et combattu avant nous et je sais que nous ne le pouvons pas. Nous ne pouvons pas ressentir leur douleur. Nous ne pouvons pas ressentir leur désespoir ou leur chagrin ou leur fatigue ou tout autre de leurs sentiments parce que tout ce que nous avons, ce sont ces sentiments que nous ressentons, seuls, que nous devons tous ressentir seuls. Nous ne pouvons que ressentir pour nous-mêmes, mais nous pouvons au moins comprendre et avoir confiance que ceux qui nous ont précédés et ceux qui viendront après nous ont des sentiments et que les sentiments des autres, même s’ils viennent peut-être à des niveaux différents fois, dans des endroits différents, qu’ils sont comme les nôtres.

Mais j’ai l’impression que nous les avons laissé tomber, que nous avons collectivement laissé tomber ceux dont nous nous souvenons, et que nous avons laissé tomber ceux qui sont morts pour nous, ou pour leur cause ou simplement pour la survie de la race humaine. Nous les laissons tomber En Ukraine, en Somalie, au Pakistan ou au Yémen. Nous les échouons au Texas; nous les échouons à New York, à Chicago, LA dans votre ville, dans ma ville. Nous les échouons sur les autoroutes et sur Internet, nous les échouons à tout moment et à chaque fois que nous tombons dans la violence, les préjugés ou la cupidité et pour chaque injustice que nous nous rendons les uns aux autres. Nous les échouons chaque fois que nous nous échouons et refusons d’avancer dans un monde plein de paix, de gratitude et d’amour commun les uns pour les autres, un amour commun pour notre maison ici sur Terre et pour un amour et un respect pour ce qui peut et doit venir après nous. Nous les échouons lorsque nous ne parvenons pas à améliorer notre monde.

Je pense à la passion, à la vie de ceux qui nous ont précédés et je pense à la façon dont leur survie, même jusqu’à leur mort, nous a assuré une place ici aujourd’hui. Je pense à mes enfants, mes petits-enfants, vos enfants et petits-enfants. Je pense aux amants qui ne se sont pas encore rencontrés, à ceux d’entre nous qui vieillissent, toujours les larmes aux yeux. Je pense à la nature, aux oiseaux, aux bêtes, à tout ce qui fleurit et grandit, au soleil, à la lune. Je pense à la vie en ce jour du souvenir. Je prie pour qu’ils ne l’aient pas fait et que nous ne vivions pas et n’aimions pas en vain.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/02/love-in-vain/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire