L’ancien président tchèque refuse de rendre le prix russe — RT World News

0
51

Appelant la “russophobie bon marché”, Vaclav Klaus a déclaré qu’une telle décision serait “enfantine”

Vaclav Klaus, qui a été président de la République tchèque de 2003 à 2013, a refusé de rendre une décoration d’État russe au milieu de la campagne militaire de Moscou en Ukraine. En 2007, l’ambassadeur de Russie dans ce pays d’Europe centrale, Aleksey Fedotov, a décerné la médaille de Pouchkine à l’homme politique tchèque pour “rapprocher les nations et préserver leur patrimoine culturel.” Klaus a été le premier citoyen tchèque à recevoir ce prix.

Dans une interview avec le média tchèque Lidovky publiée vendredi, Klaus a déclaré qu’il considérait “c’est puéril de rendre cette médaille à quelqu’un de façon démonstrative,” ajoutant qu’un tel geste était quelque chose qu’il “ne baisserait pas [himself] pour.” Il a poursuivi en proclamant qu’il “devrait être emmené sur le site d’exécution pour faire quelque chose comme ça.

Selon Klaus, le prix en question n’était pas «la médaille de Poutine,” mais plutôt “La médaille de Pouchkine.Il a fait valoir que ce n’était même pas le président Vladimir Poutine qui avait lancé la médaille, mais le président de l’époque Boris Eltsine, telle qu’elle avait vu le jour en 1999.

Il a fait référence à ce qu’il a décrit comme “la russophobie bon marché qui existe encore aujourd’hui,» et a dénoncé le ramonage «annulation” de “culturelle russe.




Parlant des effets que la guerre en Ukraine avait sur la République tchèque, Klaus a estimé que l’afflux de réfugiés coûterait à la fois à l’État et aux contribuables beaucoup plus que la pandémie de Covid.

Depuis le 24 février, date à laquelle, agissant sur les ordres de Poutine, les troupes russes ont franchi la frontière ukrainienne, le ministère des Affaires étrangères du pays et plusieurs responsables ont signalé des cas de discrimination à l’encontre de citoyens russes en Europe, y compris en Tchéquie. Selon les médias russes, des ressortissants russes ont été la cible d’agressions verbales et même physiques dans le pays.

Dans un message publié jeudi sur sa page Facebook officielle, l’ambassade de Russie en République tchèque a averti que l’étendue de la russophobie était devenue dangereuse et a cité un nombre croissant de crimes visant les Russes. Les diplomates ont déclaré avoir contacté les autorités tchèques pour leur demander de prendre les mesures appropriées.

Samedi, Aleksey Paramonov, le chef du premier département européen du ministère russe des Affaires étrangères, a décrit le sentiment anti-russe actuel en Europe comme «à la limite du racisme.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire