L’architecture des villes : New York II

0
112

WTC2.

S’il y a de l’obscurité, alors il doit y avoir de la lumière

La lumière dans l’obscurité, l’obscurité dans la lumière est la nature de ma photographie.

L’objectif de la caméra, au premier coup d’œil, est ma fenêtre personnelle sur les couloirs des villes : le passé, le présent et le futur de l’architecture. C’est là que je vois la lumière se mêler aux ténèbres. C’est là que la révélation arrête le cœur. C’est ici que commence la photographie.

L’obscurité

En regardant vers l’ouest.

Mary Shelley a écrit l’histoire de Frankenstein dans l’obscurité des bougies. Les bombardements de Dresde pendant la Seconde Guerre mondiale dans l’obscurité ont empêché les pilotes de voir l’horreur. Les « Confessions d’un mangeur d’opium » de Thomas De Quincey révèlent une obscurité frénétique. « Le Silence des agneaux » était une obscurité sans âme découverte. Alice tombant dans le terrier du lapin dans l’obscurité était un monde révélé. Jack l’Éventreur a laissé l’obscurité suivre les cris des victimes. « La ville nue » est l’endroit où vivent les mystères des ténèbres.

J’ai découvert qu’en marchant seule dans l’obscurité de New York, mon imagination prévaut sur ma réalité : je marche parmi les bâtiments ombragés en clair-obscur et la vie urbaine. Mon esprit me suggère un récit. Chaque image devient une réalité. Un cadre est un récit fictif de non-fiction. Je vis dans un rêve cinématographique ; un cauchemar cinématographique. J’écoute le « snippety, snap-snap » de mon appareil photo. Une photographie qui compte est réalisée.

La lumière

550 Madison Avenue.

La lumière est simple : Danser nue au sommet de deux baleines bleues en traversant les sept mers : Saut en parachute de loin avec New York en vue : caresser du bout des doigts le cou d’un python réticulé de vingt-trois pieds : ces sensations fortes donnent du sens à mes électrolytes.

Je n’ai jamais couru pour être en position. J’ai vu une photo qu’il fallait voir et j’ai marché : c’est un rythme qui avait du sens pour arriver quelque part sans attirer l’attention. Pour le moment, je n’ai jamais voulu que quiconque voie ce que je vois. Ce que je voyais dans mon esprit devait toujours être revisité mille fois : imaginez le personnage d’Alec Guinness dans Le pont de la rivière Kwai : Alec a été récupéré de son isolement cellulaire cuit au soleil. Ses yeux levés vers le soleil : Il cligna des yeux mille fois en une nano seconde : Ses yeux commencèrent à voir clairement : Moi aussi, je cligne mille fois en une nano seconde : Mes yeux commencent à voir clairement : c’est la seule façon dont j’en suis sûr de ce que j’ai vu.

Mes quatre décennies de photographie à New York m’ont donné l’occasion d’être témoin de l’inconnu : c’est l’un des plus grands jeux auxquels je joue avec les yeux de mon appareil photo : marcher un kilomètre plus loin : voir un peu plus que ce que je suis censé voir.

Parfois, dans une pléthore de rêveries mémorables, j’entends le sanctuaire celtique du film Braveheart ; Les deux amants presque maudits ont commencé leur rendez-vous amoureux dans l’obscurité de la nuit et se poursuivent jusqu’à la lumière du jour. Mes photographies commencent dans l’obscurité de mon esprit et prennent vie à la lumière du jour.

Pour chaque photographie que je prends, il y a un mélange de rêves de quand je dors et quand je danse.

Les couloirs sont des passages et des fenêtres sur le monde que peu de gens reconnaissent : si vous permettez à la caméra de voir.

En regardant vers le nord.

Richard Schulman est photographe et écrivain. Ses livres incluent Portraits de la nouvelle architecture et Oxymoron & Pleonasmus. Il vit à New York.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/09/01/the-architecture-of-cities-new-york-ii/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire