L’Argentine demande justice au FMI

0
85

Des milliers de personnes participent à une manifestation contre l’accord du gouvernement argentin avec le Fonds monétaire international à Buenos Aires, en Argentine, le 8 février 2022.

Photo : Muhammed Emin Canik/Agence Anadolu via Getty Images

Dans le passé deux mois, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de mon pays, l’Argentine, pour exprimer leur indignation face à un prêt record du Fonds monétaire international qui menace de nous plonger dans une crise de la dette perpétuelle. Le FMI nous a accordé le prêt en 2018, et notre Congrès a repris jeudi les délibérations sur son remboursement. Mais le corps financier a infligé la misère à mon peuple pendant des décennies.

L’engagement du FMI avec l’Argentine suit un schéma désormais familier : les prêts du fonds s’accompagnent de demandes de réduction des services publics, des salaires et des droits et de la vente du domaine public. La richesse de quelques-uns doit être protégée, semblent dire les technocrates et les gestionnaires de prêts, des demandes du plus grand nombre. Les résultats sont désormais tragiquement familiers : les inégalités, la pauvreté et l’insécurité montent en flèche.

On pourrait penser que nous aurions appris notre leçon, mais en 2018, le FMI a accordé le plus gros prêt de son histoire à l’Argentine – 56,3 milliards de dollars – nous enfermant dans des années de politiques d’austérité et de privatisation tout en enchaînant notre pays à un calendrier de remboursement de la dette infaisable . C’est pourquoi, le mois prochain, Progressive International convoquera des économistes, des avocats et des témoins experts pour mener une enquête sur le FMI. L’enquête examinera les cas d’illégalité, d’impunité et de mépris des droits de l’homme du FMI qui s’étendent sur des décennies et des continents et exigera la conformité et la responsabilité du fonds.

Le calendrier de l’accord du FMI avec l’Argentine en 2018, conclu l’année précédant une élection présidentielle, n’était pas un hasard. Les détails ont été cachés au public et à ceux d’entre nous au Congrès chargés d’assurer la surveillance. Notre ministre des Finances, Martin Guzmán, a affirmé que le représentant américain au conseil d’administration du FMI de l’époque avait admis que l’intention était que le prêt influence les élections en faveur du président sortant de droite Mauricio Macri, un allié du président américain de l’époque, Donald Atout. Le pari du FMI sur la réélection de Macri lui a permis d’agir dans les deux sens. Le candidat préféré du fonds a probablement perdu, mais le gagnant, Alberto Fernández, était coincé avec le prêt du perdant – et un remboursement de 20 milliards de dollars prévu pour 2022. Son gouvernement a été alourdi par le fardeau de milliards de remboursements au milieu d’une pandémie alors que coincé dans des négociations avec le FMI pour s’entendre sur les modalités de remboursement.

Pendant ce temps, nous avons observé que le prêt permettait aux riches de sortir leur argent du pays. Sans se laisser décourager, le FMI a continué à débourser chaque tranche du prêt, finançant la fuite des capitaux et laissant la population de mon pays en subir les conséquences.

Beaucoup d’entre nous ont commencé à enquêter sur la légalité de ce prêt. Nous en avons maintenant la preuve : en décembre 2021, le FMI a publié une revue interne explosive de son accord de prêt de 2018 avec l’Argentine. Le rapport admettait des échecs systématiques dans la conception et l’octroi du prêt. Il a non seulement violé nos lois ici en Argentine, mais beaucoup prétendent qu’il a également violé les propres statuts du FMI. Malgré les avertissements répétés des services du FMI, le FMI n’a pas respecté son devoir de diligence raisonnable lors de l’octroi du prêt le plus important de son histoire.

Les preuves sont maintenant claires, mais il n’y a apparemment aucun mécanisme établi de responsabilité pour que justice soit rendue – un rappel douloureux du niveau d’impunité dans lequel le FMI opère. Pourtant, l’histoire de mon pays n’est pas unique. Notre voisin l’Équateur a négocié un prêt avec le fonds en 2020 qui a forcé le licenciement de milliers d’agents de santé publique et la privatisation de sa banque centrale, entraînant une grave récession et une augmentation de la pauvreté. Les peuples de Grèce, du Pakistan, du Kenya et de nombreux autres pays ont souffert de manière similaire.

Il est temps de changer l’histoire. Le FMI doit être tenu responsable et il doit y avoir des conséquences pour les dommages durables qu’il a causés aux populations de pays comme le mien. Mais qui rendra la justice que nous recherchons avec tant de désespoir et de détermination ?

Il y a une voie vers la justice disponible que nous devrions saisir : demander à la Cour internationale de justice d’enquêter sur le FMI pour prêt illégitime. L’enquête de Progressive International est une première étape vers la constitution de preuves pour une affaire contre le FMI et la fin de son impunité une fois pour toutes.

Il est évident que le FMI est chargé d’entériner le processus de fuite des capitaux qui a suivi l’octroi de son prêt à mon pays. Il a clairement opéré en violation de ses propres statuts et articles d’accord dans ce qui semble avoir été une tentative effrontée de poursuivre l’agenda de son plus grand contributeur, le gouvernement des États-Unis, aux dépens d’un pays en grande détresse financière. Le FMI a l’obligation de réparer les dommages causés à notre peuple lorsqu’il a accordé ce prêt. Nous devons demander justice pour cette tragédie que nos communautés ont été forcées d’endurer et demander des réparations.

En Argentine, nous avons vu l’histoire se répéter maintes et maintes fois, alors que le FMI continue d’opérer en toute impunité, instillant sa forme de colonialisme financier sans jamais être tenu responsable des dommages qu’il laisse dans son sillage. En portant cette affaire devant la Cour internationale de justice, l’Argentine peut revendiquer sa souveraineté et montrer que le FMI n’est pas hors de portée de la justice internationale – et ouvrir la voie à d’autres pays pour qu’ils emboîtent le pas.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire