L’armée allemande a besoin d’une “image ennemie” selon le top MP — RT World News

0
45

L’action militaire de la Russie en Ukraine a permis à l’Allemagne de voir une fois de plus “à quoi pourrait ressembler un ennemi”, a déclaré un haut député allemand.

Une modernisation complexe des forces armées allemandes nécessiterait de réinventer “l’image d’un ennemi”, Marie-Agnes Strack-Zimmermann, présidente de la commission de la défense du Bundestag allemand, a déclaré. Aujourd’hui, alors que la Russie poursuit son opération militaire en Ukraine, la Bundeswehr voit à nouveau “à quoi pourrait ressembler un ennemi”, a déclaré mardi le député au groupe de presse RND.

Un énorme fonds de modernisation militaire de 100 milliards d’euros (107,35 milliards de dollars) annoncé par le gouvernement allemand mardi est un coup de pouce majeur pour les forces armées allemandes, ce qui marque “le premier pas” sur une longue route de l’armée allemande “conforme aux attentes” des partenaires de l’OTAN de Berlin, a déclaré Strack-Zimmermann. Mais ce n’est pas la seule chose nécessaire pour que la Bundeswehr se remette sur pied, estime le doyen des députés et membre du Parti libéral démocrate (FDP).




“Ce dont nous avons besoin – cela peut sembler belliqueux – ce dont la Bundeswehr a besoin de son point de vue pour agir, c’est une image d’un ennemi”, le député a déclaré au RND. Strack-Zimmermann a fait valoir qu’au fil des ans, la Bundeswehr a perdu cette image d’ennemi potentiel, d’autant plus que la Russie n’était plus perçue comme telle pendant les années de ce qu’elle appelait une “politique d’apaisement”.

« Maintenant, nous savons à quoi pourrait ressembler un ennemi ; à quoi il ressemble dans ce cas, » a déclaré le député, faisant référence à l’opération militaire russe en cours en Ukraine. Selon Strack-Zimmermann, les développements actuels signifient également que l’OTAN doit “adapter” aux menaces potentielles de la Chine et de l’Iran ainsi qu’à développer une stratégie de “comment nous continuons à traiter avec la Russie.”

Cela signifie que vous avez besoin de l’image d’un ennemi possible qui veut nous enlever notre liberté et notre démocratie. Et c’est ce que nous voyons en ce moment.

Le député a cependant admis que les forces armées allemandes ont encore “beaucoup de rattrapage à faire” dans de nombreux domaines, allant de l’équipement personnel des soldats à la numérisation de l’armée, en passant par la modernisation des services médicaux, la marine et la cyberdéfense.


L'Allemagne révèle sa stratégie militaire et économique

Selon le législateur, l’Allemagne est “la quatrième plus grande économie du monde, mais on ne peut pas en dire autant de notre armée.”

Strack-Zimmermann a également déclaré que les députés devaient définir le plan de modernisation de 100 milliards d’euros “en mouvement” le vendredi. Dimanche dernier, les législateurs ont convenu d’une exemption spéciale requise pour emprunter de l’argent et l’investir dans l’armée.

La coalition au pouvoir avait besoin du soutien des législateurs de l’opposition pour obtenir les deux tiers des voix afin d’adopter la décision, ce qui nécessiterait un amendement à la Loi fondamentale allemande.

L’Allemagne possède actuellement la quatrième plus grande force militaire parmi les membres de l’OTAN, mais les plus grandes armées du bloc sont déployées par des nations non européennes : les États-Unis et la Turquie. Actuellement, l’armée allemande est à la traîne par rapport à une autre puissance européenne – la France – en matière de force militaire.

La Russie a attaqué l’Ukraine fin février, après l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire