L’austérité prolonge la pandémie

0
115

Au cours des dernières semaines, les Australiens ont vécu un échec gouvernemental sans précédent de mémoire d’homme. Pour des centaines de milliers de personnes, tenter de se faire tester pour le COVID ou accéder au système de santé a révélé un degré remarquable de dysfonctionnement. Pour la plupart, c’est extrêmement stressant. Pour certains, c’est la vie en danger.

Alors que le nombre croissant de cas submerge le système de santé publique, il y aura des décès évitables et des douleurs inutiles. En effet, le fait de voir les gouvernements des États et le gouvernement fédéral passer d’une annonce ad hoc à une annonce ad hoc a suscité de l’anxiété et anéanti la confiance restante dans le gouvernement. Pour les agents de santé, le moment n’est rien de moins que traumatisant.

Comment en est-on arrivé là ? Les gouvernements australiens avaient deux ans pour planifier ce moment. Pendant la majeure partie de 2020, les gouvernements des États et fédéral nous ont dit qu’une fois que les taux de vaccination auraient atteint un niveau suffisamment élevé, nous devions nous ouvrir et «vivre avec le virus». Vous seriez pardonné de penser qu’il y avait un plan en place pour faire face à cette nouvelle étape de la pandémie. En réalité, cependant, les gouvernements fédéral et étatiques étaient terriblement sous-préparés. Comprendre pourquoi tel était le cas met à nu les limites des cadres politico-économiques qui ont dominé l’Australie depuis les années 1980.

Nous avons eu deux ans pour apprendre comment gérer la réouverture à partir de données et d’expériences à l’étranger. L’Australie aurait pu coordonner cela tellement mieux, avec beaucoup moins de dommages pour la population.

De toute évidence, l’État aurait facilement pu augmenter considérablement la capacité de santé. Au début de la pandémie, le gouvernement aurait pu immédiatement commencer à recruter des milliers d’infirmières et d’agents de santé supplémentaires. Ils auraient pu accélérer ce processus en accélérant la formation et en offrant des incitations pour encourager l’adoption. Offrir une augmentation substantielle et/ou une prime pandémique aurait pu contribuer à la rétention, en compensant le coût de la crise, tout en attirant sur le terrain des professionnels formés qui ont pris leur retraite ou changé de carrière.

Au début de la pandémie, le gouvernement a signé des contrats avec des hôpitaux privés, pour les rémunérer pour l’utilisation de leurs lits dans les moments critiques. Au lieu de cela, les hôpitaux privés auraient pu être nationalisés et intégrés à un régime public global. Cela aurait permis d’économiser de l’argent et de continuer les chirurgies électives. Au-delà de cela, en deux ans, nous aurions pu établir des centaines de médecins généralistes publics et de cliniques de pathologie pour coordonner une expansion massive des tests PCR et renforcer les soins à domicile. À tout le moins, ils auraient pu mettre en place une ligne d’assistance téléphonique bien équipée pour donner des conseils aux gens et faciliter l’accès aux ressources dont ils ont besoin.

Au lieu de cela, certains gouvernements ont fait le contraire. Par exemple, le gouvernement travailliste du Queensland d’Annastacia Palaszczuk a gelé les salaires des infirmières en 2020 et réduit d’un milliard de dollars le financement des hôpitaux sous le couvert de « dividendes d’efficacité ». Dans tout le pays, notre offre de lits de soins intensifs a en fait diminué de deux cents depuis le début de la pandémie.

Nous avons également eu deux ans pour stimuler la fabrication locale. Le gouvernement aurait pu étendre et prendre le contrôle de la fabrication des tests PCR, des tests antigéniques rapides (RAT), des masques N95 et des oxymètres pour la surveillance à domicile. Cela aurait rendu beaucoup plus facile la distribution gratuite de ces fournitures indispensables et la réponse à la demande pendant les périodes de pointe.

Au lieu de cela, les gouvernements fédéral et des États n’ont pratiquement rien fait pour améliorer notre capacité de fabrication de fournitures médicales. En 2020, le gouvernement du Queensland a accordé à un fabricant local une subvention d’une valeur non divulguée pour augmenter la production de RAT. Ellume produit maintenant cent mille RAT par jour – mais ils sont expédiés sous contrat aux États-Unis.

Le gouvernement aurait également pu renationaliser les Commonwealth Serum Laboratories (CSL) ou créer une nouvelle société pharmaceutique publique pour développer et fabriquer des vaccins et des antiviraux. En fait, les Verts du Queensland l’ont demandé au début de la pandémie. En plus de surmonter les retards nationaux dans le déploiement du vaccin, cela aurait permis à l’Australie de soutenir la vaccination du monde en développement. Au lieu de cela, le gouvernement fédéral n’a que récemment signé un accord « de principe » avec Moderna pour commencer à fabriquer ses vaccins en Australie d’ici 2024. Et même alors, cela ne mettra pas fin à ce que l’Australie déverse des millions aux multinationales pharmaceutiques.

Enfin, en deux ans, nous aurions pu concevoir un système d’accompagnement social complet. Nous aurions pu mettre en place des congés pandémiques payés et des congés d’aidant facilement accessibles. Nous aurions pu augmenter durablement la protection sociale et l’aide à la santé. Cela permettrait aux gens de s’isoler beaucoup plus facilement lorsqu’ils sont malades ou exposés. Au lieu de cela, être testé positif ou être exposé a signifié une perte de revenus pour beaucoup.

Alors que les gouvernements travaillistes des États visaient à éliminer le COVID-19 pendant la majeure partie de 2020 et 2021, les libéraux ont toujours préféré une approche « laisser tomber ». Malgré ces différences, tous les gouvernements ont échoué ces dernières semaines. Et cela révèle une unité plus profonde entre les deux grands partis. Les deux sont fondamentalement désintéressés à poursuivre des plans qui incluent l’expansion de la capacité de santé et de protection sociale. Pour faire mieux, nous devons comprendre pourquoi c’est le cas.

Une partie de la réponse est le coût à court terme. S’appuyer sur les fermetures, les fermetures de frontières et la police était moins cher que l’augmentation massive des dépenses sociales qui serait nécessaire pour permettre à l’Australie de faire face au COVID. Après une première vague de dépenses de crise en 2020, le gouvernement fédéral a accumulé une dette importante et cherche maintenant des moyens de faire des coupes à long terme (c’est-à-dire en reportant le fardeau sur les gens ordinaires).

Continuer à dépenser sans nouvelles sources de revenus risquerait de pénaliser la cote de crédit de l’Australie par le capital financier international. De toute évidence, les dépenses déficitaires auraient pu être évitées ou remboursées en imposant des impôts ou en instituant un prélèvement pandémique sur les milliardaires, les grandes sociétés minières et les sociétés bancaires. Mais cela aurait provoqué une réaction de la part de certaines des forces les plus puissantes de la société.

Le coût, cependant, ne l’explique pas entièrement. Le gouvernement fédéral est heureux de dépenser des sommes exorbitantes pour l’armée – par exemple, les contrats récemment signés pour les sous-marins et les chars nucléaires coûteront au moins 135 milliards de dollars.

L’autre partie de la réponse est institutionnelle. À partir des années 1980, les deux partis, ainsi que l’establishment politique – les groupes de réflexion, les cabinets de conseil, les médias, la haute fonction publique – se sont engagés dans le néolibéralisme. Cette doctrine considère le marché privé comme le véhicule privilégié pour la prestation de services. Selon ce modèle, les gouvernements ont privatisé les services publics, puis ont payé ces entreprises privées pour fournir ces mêmes services.

Cette doctrine économique a gravement échoué. D’une part, les prestataires privés se sont révélés incompétents et inefficaces. Par exemple, la privatisation de l’énergie a fait grimper les prix tout en rendant plus difficile la planification de la transition vers l’énergie verte. D’autre part, des réformes comme la politique nationale de la concurrence de Keating en 1995, qui imposaient des logiques de marché aux services publics, les ont dépouillés de leurs capacités en les forçant à rationaliser leurs opérations. Dans les hôpitaux publics, par exemple, l’efficacité signifiait couper tout le mou dans le système et faire fonctionner les hôpitaux constamment à pleine capacité. Cela signifiait que lorsque la pandémie a commencé, nos hôpitaux faisaient déjà des heures supplémentaires.

Aucune des justifications idéologiques du néolibéralisme n’a plus d’importance. Il est depuis longtemps évident que le but ultime était d’augmenter les bénéfices des entreprises. Sous le néolibéralisme, les gouvernements ont prouvé qu’ils pouvaient dépenser beaucoup – par exemple pour l’armée – à condition de ne pas remettre en cause les bénéfices des entreprises, par exemple en élargissant les services publics.

Cette vision politique – et les structures de pouvoir correspondantes – sont si profondément ancrées dans les partis au pouvoir et les institutions de l’État qu’il est peu probable que quiconque proche du pouvoir ait même envisagé l’alternative, qui se concentre sur la propriété ou la planification publiques.

Cependant, il y a peut-être une explication plus importante et plus inquiétante derrière l’échec de l’Australie face à la pandémie. Il n’y a pas de groupe important dans la société qui plaide pour une alternative au capitalisme néolibéral. Des politiques à contre-courant, aussi rationnelles et réalisables soient-elles, ne seront pas adoptées sans une forte pression sociale. Au lieu de débattre d’une réponse publique planifiée à la pandémie, l’atmosphère d’urgence au début signifiait que la plupart des débats tournaient autour des confinements et des fermetures de frontières. Il ne fait aucun doute que les faibles attentes du public – elles-mêmes le résultat de décennies de privatisation – y ont également contribué.

Après deux ans, nous devons changer de tactique. Espérons que les nouveaux cas culmineront puis diminueront dans les mois à venir, et avec eux, les hospitalisations. Cependant, le virus ne va pas complètement disparaître et de nouvelles variantes sont susceptibles d’émerger. L’ère des confinements et des fermetures de frontières étant révolue, il est temps de plaider en faveur d’investissements massifs dans nos services sociaux et de santé publique. C’est le seul moyen de mettre fin aux sacrifices et aux privations de la pandémie et de reconstruire sur une base plus juste et plus saine.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire