Retour sur 2021 et regard vers 2022

0
233

Tout au long de 2021, des responsables du gouvernement américain et des universitaires ont exprimé des inquiétudes croissantes quant au fait que la Chine pourrait utiliser sa puissance militaire croissante pour forcer l’unification avec Taiwan. Dans ce contexte, les relations Japon-Taïwan et le rôle du Japon dans la paix et la stabilité à travers le détroit – en tant que proche voisin dont le territoire le plus à l’ouest est à moins de 70 miles de Taïwan, démocratie compatriote et allié du traité américain accueillant environ 50 000 militaires américains – ont attiré sans précédent l’attention des médias et des politiques.

Dans une conversation écrite avec le Brookings Senior Fellow et Koo Chair in Taiwan Studies Ryan Hass, Adam P. Liff, professeur agrégé de relations internationales de l’Asie de l’Est à la Hamilton Lugar School de l’Université de l’Indiana et chercheur principal non résident du programme de politique étrangère de Brookings, réfléchit sur le dernière année des relations Japon-Taïwan et se tourne vers le reste de 2022.

RYAN HASS :
Vous avez plusieurs projets de recherche majeurs sur les relations Japon-Taiwan en cours, et vous avez également publié plusieurs articles l’année dernière examinant les développements récents. Comment les Américains devraient-ils comprendre l’approche du Japon vis-à-vis de Taiwan ? L’approche de Tokyo a-t-elle considérablement changé depuis la déclaration du sommet américano-japonais d’avril 2021?[d] l’importance de la paix et de la stabilité à travers le détroit de Taiwan et encourager[d] la résolution pacifique des problèmes inter-détroit ? Quels sont quelques développements notables de l’année écoulée ?

ADAM P. LIFF :
2021 a été une année importante pour les relations Japon-Taiwan. Je ne me souviens pas que leur relation officiellement «non gouvernementale» ait reçu autant d’attention à l’étranger auparavant – en particulier à Washington. Dans le même temps, la position publique de Tokyo, vieille de plusieurs décennies, concernant la manière dont elle réagirait à un éventuel conflit inter-détroit reste beaucoup plus nuancée et intentionnellement ambigu, que beaucoup de gros titres excitants revendiqués l’année dernière.

Le premier développement que je soulignerais concerne la remarquable « intégration » au Japon des préoccupations concernant la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan, en particulier après le sommet d’avril entre le président Joe Biden et le Premier ministre de l’époque, Yoshihide Suga. Ce n’était pas que les préoccupations japonaises étaient fondamentalement nouvelles, en particulier parmi les experts japonais en sécurité et les politiciens éminents « favorables à Taiwan ». En fait, depuis 1972, la position officielle du Japon appelle à une « résolution pacifique » des problèmes inter-détroit par le dialogue. Et en 2005 – au cours d’une période antérieure de graves frictions à travers le détroit – les gouvernements américain et japonais ont conjointement qualifié la « résolution pacifique » d’« objectif stratégique commun ». Cela dit, l’aggravation des frictions à travers le détroit de Taiwan tout au long de 2021 a attiré l’attention des médias, des politiciens et des décideurs japonais sur les risques et l’impact potentiel sur le Japon d’un éventuel conflit – peut-être à un degré sans précédent.

Au-delà des questions de sécurité, 2021 a également vu le gouvernement japonais exprimer à nouveau son soutien à Taïwan démocratique en tant que « partenaire extrêmement crucial et ami important, avec qui [Japan] partage des valeurs fondamentales », et sa demande d’adhésion à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) et le statut d’observateur à l’Assemblée mondiale de la santé. Le gouvernement japonais a également poursuivi son adhésion officielle au Cadre mondial de coopération et de formation (GCTF) dirigé par les États-Unis et Taïwan. Aucun de ceux-ci ne représentait une nouvelle position ou politique japonaise en soi, mais surtout compte tenu des efforts actifs de Pékin pour affaiblir les relations internationales de Taiwan, ce soutien était toujours significatif.

Le dernier développement de 2021 que je soulignerais est l’approfondissement continu des initiatives centrées sur les politiciens. (Depuis la fin des relations diplomatiques entre le Japon et Taiwan en 1972, les échanges législatifs ont été le principal lieu d’échange et de coopération politiques.) Par exemple, en février dernier, le parti politique le plus puissant du Japon, le Parti libéral démocrate (PLD), a lancé son tout premier « Équipe de projet » axée sur Taïwan. Au cours de l’été, il a présenté des recommandations politiques au Premier ministre japonais et a contribué à faciliter les dialogues entre les législateurs, y compris une réunion virtuelle associant des politiciens du PLD à des homologues du Parti démocrate progressiste (DPP) au pouvoir à Taïwan pour discuter des questions de sécurité. La coordination discrète des politiciens japonais avec leurs homologues américains a également conduit les alliés à faire don de huit millions de vaccins COVID-19 combinés à Taïwan.

Ce fut donc une grande année. Mais le contexte est également essentiel : l’approfondissement progressif des relations entre le Japon et Taïwan est une tendance à plus long terme qui est nettement antérieure à 2021. Et il est essentiel de faire la différence entre cette tendance plus générale et la question spécifique de la manière dont le Japon pourrait réagir dans une éventuelle traversée du détroit. conflit.

RYAN HASS :
Je me souviens de nos conversations de l’année dernière que vous étiez un peu frustré par certains commentaires affirmant que la position du Japon à l’égard d’un éventuel conflit inter-détroit avait fondamentalement ou radicalement changé en 2021. Quelle est la source de vos inquiétudes et pourquoi est-ce un problème ?

ADAM P. LIFF :
Comme je l’ai écrit dans une analyse critique en août dernier, l’attention sélective et disproportionnée des médias internationaux et des commentateurs sur quelques déclarations choisies par des politiciens l’année dernière a semé des affirmations généralisées – principalement en dehors du Japon – selon lesquelles le gouvernement japonais avait en quelque sorte franchi une étape sans précédent (et inhabituelle) de s’engager publiquement à « défendre Taiwan » si la Chine attaque, ou de soutenir inconditionnellement l’armée américaine si Washington décidait d’intervenir dans un conflit à travers le détroit. Si vous me pardonnez ma franchise, ces affirmations ne sont tout simplement pas exactes.

L’exemple le plus médiatisé et le plus significatif a peut-être été la remarque mondiale du 5 juillet du vice-Premier ministre japonais de l’époque, Taro Aso. Je ne peux pas entrer dans un post-mortem complet, mais il suffit de dire que de nombreux reportages et commentaires ont laissé de côté le contexte critique et/ou ont déformé ce qu’Aso a réellement dit : pour commencer, la remarque d’Aso a été faite lors d’un LDP parti politique levée de fonds dans un hôtel de Tokyo, pas au parlement japonais, comme certains le prétendent. Cela suggère que le célèbre franc-parler Aso semblait parler en tant que politicien du PLD, et non en tant que représentant du gouvernement. Deuxièmement, ce qu’Aso a réellement dit semble avoir été largement mal compris ou exagéré, du moins parfois en raison de traductions médiocres ou incomplètes. Ce qu’il semblait présenter comme un possibilité conditionnelle (“pourrait”) – à savoir, si une attaque sur Taiwan a eu lieu et Les dirigeants politiques du Japon ont jugé qu’il constituait une «menace existentielle» pour le Japon – a été largement présenté à tort comme un engagement inconditionnel («ferait»). Malheureusement, ce commentaire a été largement cité comme preuve alléguée que le gouvernement japonais s’était en quelque sorte radicalement écarté de sa position vieille de plusieurs décennies et s’était publiquement engagé à défendre Taiwan aux côtés des États-Unis. Certes, le contenu et la rareté d’une telle remarque la rendaient certainement digne d’intérêt et remarquable. Mais ce fait aussi recommandait une prudence supplémentaire.

Autre problème : les preuves sans ambiguïté faisant autorité de la position officielle nuancée du gouvernement n’ont pas reçu autant d’attention que quelques remarques accrocheuses comme celle d’Aso. Pourtant, tout au long de 2021, de hauts responsables du Cabinet, dont le Premier ministre et le secrétaire en chef du Cabinet, ont réaffirmé à plusieurs reprises l’ambiguïté fondamentale au cœur de la position du Japon vieille de plusieurs décennies : le Japon souhaite voir une résolution pacifique par un dialogue direct entre Pékin et Taipei, et ne le fait pas. s’engager à l’avance dans un plan d’action particulier si la guerre éclate.

Pour résumer : en 2021, le gouvernement japonais s’est-il publiquement engagé à “défendre Taïwan” ou à soutenir les États-Unis si la Chine attaque Taïwan ? Non. Est-ce qu’il l’a dit habitude soutenir les États-Unis si la Chine attaque Taïwan et que les États-Unis décident d’intervenir ? Aussi non. Au contraire, le gouvernement japonais a signalé à plusieurs reprises que si et comment le Japon réagirait, et sous quelles autorités légales il pourrait envisager de déployer ses forces d’autodéfense, dépendra du jugement des dirigeants politiques sur les détails de l’éventualité.

La réticence du Japon à aller publiquement au-delà de cette posture ambiguë ne doit pas être interprétée comme de l’apathie ou de l’ambivalence. Cela ne devrait pas non plus être surprenant – après tout, même la position notoirement tournée vers l’avant des États-Unis est « stratégiquement ambiguë », et certainement pas inconditionnelle.

Mais il est important de bien comprendre les nuances de la position officielle du Japon. Ce n’est pas une distinction académique. À l’avenir, une évaluation précise de la position du gouvernement japonais sur ces questions est d’une importance cruciale pour que les décideurs politiques puissent prendre des décisions éclairées. Les enjeux sont extrêmement élevés. Une analyse minutieuse de ce qui a été réellement dit, qui l’a dit et à quel titre, est essentielle.

RYAN HASS :
Pouvez-vous partager avec nous quelques problèmes que vous suivrez dans les relations Japon-Taïwan en 2022 ?

ADAM P. LIFF :
Dans quelle mesure le Japon soutiendra-t-il activement la candidature de Taïwan de septembre 2021 pour rejoindre le CPTPP, et y aura-t-il des progrès concrets ? Bien que Tokyo ait été publiquement favorable, l’interdiction de longue date imposée par Taiwan sur les importations de nourriture en provenance de cinq préfectures japonaises proches du site de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011 reste une épine majeure dans des relations par ailleurs généralement positives. Si l’interdiction persiste, le chemin de Taïwan vers l’adhésion au CPTPP pourrait être encore plus difficile qu’il ne le serait autrement (en raison de l’opposition de Pékin).

Dans quelle mesure les États-Unis et le Japon approfondiront-ils leur coopération avec des tiers pour soutenir Taïwan ? Par exemple, un autre allié démocratique des États-Unis ou l’Inde pourraient-ils suivre le Japon (2019) et l’Australie (2021) et rejoindre officiellement le GCTF ou approfondir sa coopération pour soutenir l’engagement international de Taïwan ? Ou alors que les liens de sécurité entre l’Australie et le Japon s’approfondissent et que les dirigeants australiens expriment de plus en plus leurs inquiétudes au sujet de Taïwan, une coordination trilatérale plus approfondie est-elle envisagée ?

Le Japon acceptera-t-il des déclarations plus explicites de soutien à Taïwan dans une déclaration bilatérale entre les États-Unis et le Japon ? Bien que ces dernières années, le gouvernement japonais ait officiellement identifié Taïwan comme « un partenaire extrêmement crucial et un ami important », dans une déclaration conjointe de l’alliance américano-japonaise, il a résisté à une référence explicite à « Taïwan » (par opposition à des déclarations relativement anodines sur « la paix et stabilité dans le détroit de Taïwan”) ou critiquant la tentative d’intimidation de Pékin par Pékin. La réitération de la déclaration 2 + 2 de janvier 2022 sur le langage de l’année dernière suggère que cela pourrait ne pas changer de si tôt.

Quelles sont, le cas échéant, les preuves publiques de l’approfondissement de la coopération en matière de sécurité entre le Japon et Taiwan (-États-Unis) ou de la planification d’une alliance américano-japonaise pour une éventualité à Taiwan ? Tout au long de 2021, des experts japonais en sécurité et des politiciens « amis de Taïwan » ont exprimé leurs inquiétudes quant au manque de coopération en matière de sécurité entre le Japon et Taïwan et/ou de planification d’urgence américano-japonaise spécifiquement pour une éventualité à travers le détroit. Bien que quelques reportages dans les médias suggèrent une avancée sur ce dernier point, il est difficile de tirer des conclusions claires à partir du dossier public. Pendant ce temps, certaines voix des deux côtés continuent de déplorer les obstacles persistants à la coopération nippo-taïwanaise en matière de sécurité.

Enfin, les efforts de Tokyo et de Pékin pour commémorer le 50e anniversaire de leur normalisation diplomatique affecteront-ils négativement les perspectives de coopération Japon-Taiwan cette année ? Malgré des frictions importantes en mer de Chine orientale et ailleurs, la Chine reste un pays extrêmement important pour le Japon, et le Premier ministre Fumio Kishida a appelé à une « relation stable ». Comment Tokyo et Pékin marqueront-ils cet anniversaire ? Y aura-t-il des percées?

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire