L’Australie fait pression pour une nouvelle guerre froide entre la Chine et l’Amérique

0
47

Les décennies depuis 2001 ont été définies par la « guerre contre le terrorisme » ; une nouvelle guerre froide entre la Chine et les États-Unis pourrait venir façonner celles qui suivront. Contrairement aux tensions entre l’URSS et l’Amérique au XXe siècle, les relations entre les pays occidentaux et la Chine sont aujourd’hui compliquées par leurs liens économiques étroits et la peur des États-Unis d’un déplacement économique.

Toujours fidèle subalterne à l’hégémonie mondiale, l’Australie n’a pas tardé à s’engager dans cette nouvelle guerre froide. L’alliance AUKUS récemment annoncée entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis signale une augmentation significative des dépenses militaires de la nation des antipodes. La pièce maîtresse de cet accord est l’achat par l’Australie de sous-marins nucléaires aux États-Unis.

La menace étrangère contre laquelle l’Australie prétend se défendre est évidente. En tout cas, cela n’échappe pas à de nombreux politiciens et commentateurs publics qui alimentent les craintes à propos de la Chine, de Pauline Hanson à droite à Clive Hamilton à gauche libérale.

Le livre de David Brophy China Panic : l’alternative australienne à la paranoïa et au proxénétisme est une intervention opportune dans ce moment. Il se distingue des autres écrits sur la géopolitique australienne en ce qu’il n’est pas écrit du point de vue de l’establishment de la politique étrangère du pays. Le livre de Brophy ne suggère pas d’apaiser la Chine ou de renforcer l’hégémonie régionale des États-Unis. À la fois universitaire spécialisé dans l’étude du nationalisme ouïghour et commentateur progressiste, Brophy écrit plutôt d’un point de vue favorable aux intérêts des peuples d’Asie, d’Australie et d’ailleurs. De ce point de vue, la menace la plus grave pour la démocratie ne vient pas de la République populaire de Chine (RPC), mais de la militarisation, des rivalités intérimaires accrues et, potentiellement, des conflits régionaux.

Le trope clé de la nouvelle guerre froide est l’opposition entre autoritarisme et démocratie. Dès le départ, les décideurs américains ont défini les relations économiques entre la Chine et les États-Unis comme conditionnelle au respect des droits de l’homme par la Chine, à la limitation du renforcement militaire et au respect de la souveraineté nationale de ses voisins, en particulier de Taïwan. Bien entendu, les États-Unis n’ont pas porté un regard aussi critique sur leur propre politique intérieure et étrangère.

Aucun pays ne sort de la base grâce au commerce et à l’investissement, et la Chine l’a reconnu. Si vous contestez l’hégémonie économique des États-Unis, alors vous feriez mieux d’avoir une dissuasion militaire en place.

Bien que Brophy ne salue pas la nouvelle impériosité de la Chine, il apporte un certain réalisme nécessaire à la discussion. Le vrai problème, soutient-il, n’est pas l’autoritarisme de la Chine, mais la menace que la RPC fait peser sur la domination économique américaine. La Chine agit comme on peut s’y attendre de toute puissance émergente, compte tenu du système mondial existant.

La rhétorique des États-Unis sur la démocratie est un mince vernis pour ses propres intérêts impériaux. Par exemple, lorsque les États-Unis ont imposé des mesures pour contenir la croissance économique de la Chine, y compris des restrictions à l’entreprise de télécommunications chinoise Huawei, ils ont invoqué des problèmes de sécurité comme justification. Au même moment, les révélations d’Edward Snowden ont exposé des agences de sécurité américaines collaborant avec de grandes entreprises technologiques américaines pour accéder aux câbles, routeurs et commutateurs internationaux à fibre optique. Ils ont pu accéder aux serveurs de Huawei pour espionner à la fois sa technologie et son personnel clé.

Plus largement, les États-Unis ont répondu à la montée en puissance de la Chine par un pivot militaire vers l’Asie. Il n’est cependant pas clair que cela puisse contenir les ambitions de la Chine. Cela soulève la perspective d’un conflit régional entre les deux nations.

Pour formuler une position progressiste concernant l’Australie dans cette guerre froide émergente, Brophy concentre son attention sur le rôle de l’Australie dans la structuration de ses relations avec la Chine et les États-Unis. Contre ceux qui, comme l’historien Henry Reynolds, déplorent le manque d’indépendance de l’Australie, Brophy souligne comment le pays a délibérément et consciemment poursuivi ses intérêts au sein de l’alliance américaine.

Auparavant, cela a vu l’Australie tenter d’équilibrer ses relations économiques avec la Chine par rapport à ses relations politiques avec les États-Unis. Le premier est cependant maintenant en panne. Par conséquent, loin de suivre l’exemple américain, le gouvernement australien a commencé à attiser activement les tensions avec la Chine. C’était l’intention derrière les récentes spéculations de Peter Dutton sur la perspective d’une guerre avec la Chine. Comme le soutient Brophy, cela a été conçu pour que les États-Unis restent concentrés sur la région.

Parfois, l’Australie a agi comme le lobbyiste le plus enthousiaste de la nouvelle guerre froide contre la Chine. Cela s’explique en partie par la difficulté rencontrée par l’Australie à maintenir l’attention des États-Unis sur la région et ses intérêts. Le besoin de l’Australie de cultiver des liens étroits avec de puissants pays occidentaux est un vestige de sa fondation en tant qu’avant-poste colonial en Asie. Ce statut marginal a poussé la classe dirigeante australienne à rechercher un patron puissant pour garantir sa position et son influence dans la région. Parfois, ces efforts portent leurs fruits. Par exemple, plus tôt cette année, le gouvernement américain a crédité l’Australie d’avoir contribué à façonner une nouvelle position anti-Chine plus dure.

Une partie du débat sur la politique étrangère en Australie tourne autour de la question de savoir si la Chine ou les États-Unis présentent une menace plus grande pour la souveraineté du pays. Comme l’observe Brophy, l’Australie a déjà cédé beaucoup plus de pouvoir au gouvernement américain qu’à la Chine. Par exemple, si les installations secrètes de Pine Gap, en Australie, sont impliquées dans des opérations contre la RPC, les politiciens américains en seront informés. Les politiciens australiens, cependant, ne le feront pas, malgré la possibilité que ces installations entraînent le pays dans un conflit avec la Chine.

Pendant ce temps, l’Australie a adopté une définition large de la sécurité nationale pour justifier les revendications de propriété sur le Pacifique, en tant que sphère d’investissement et d’influence. Ceci est lié au rôle sous-impérial parrainé par les États-Unis que l’Australie joue dans la région. Hypocritement, les dirigeants australiens tirent la sonnette d’alarme sur l’influence malveillante de la Chine dans la région. Ceci malgré, par exemple, les efforts sordides de l’Australie pour espionner et détourner le Timor-Leste de ses ressources dans la mer de Timor.

Peut-être le plus important, Brophy soutient que la guerre froide naissante avec la Chine dégrade la démocratie. Un moment clé de ce processus a été lorsque le gouvernement libéral de Malcolm Turnbull a introduit des lois sur la sécurité pour lutter contre « l’ingérence étrangère ». Ces lois de grande envergure menaçaient la liberté académique, la liberté journalistique et les droits civils.

Les affaires très médiatisées poursuivies en vertu de ces lois impliquaient inévitablement des acteurs chinois. Dans un cas, le gouvernement australien a même révoqué les visas de spécialistes chinois de la littérature australienne. Brophy ne perd pas de vue que l’Australie adopte de plus en plus le type de mesures autoritaires habituellement associées à la Chine.

Brophy souligne également comment la croissance des agences de sécurité australiennes a jeté la suspicion sur les Australiens chinois, en particulier ceux impliqués dans des organisations considérées comme ayant des sympathies pro-Pékin. L’Australian Secret Intelligence Organisation (ASIO) a informé le Week-end Australien qu’il était préoccupé par pas moins de dix Australiens chinois candidats aux élections et leurs liens avec la RPC. Brophy note à quel point les médias sont enclins à amplifier cette paranoïa croissante autour de la possibilité d’une ingérence de l’État chinois dans la politique australienne. Les Sydney Morning Herald‘s Peter Hartcher s’est particulièrement prononcé dans son opposition à l’immigration en provenance de la RPC, surtout dans son Essai trimestriel pièce « Drapeau rouge ».

Parce que Brophy est un critique indéfectible et indépendant du gouvernement chinois, sa critique de la politique australienne est d’autant plus convaincante. Spécialiste du peuple musulman ouïghour de Chine, Brophy a déjà attiré l’attention sur les paniques sécuritaires périodiques, les détentions massives et les travaux forcés auxquels la RPC a soumis les Ouïghours. Dans le cadre de ces mesures de répression, il observe également de manière importante que la Chine a adopté le langage du contre-terrorisme occidental et a coopéré avec des agences telles que la police fédérale australienne.

La leçon ici est que la guerre froide émergente – qui conduira à une militarisation accrue et à la croissance d’États sécuritaires des deux côtés – exacerbera en fait les violations des droits humains contre les Ouïghours. En effet, la Chine se rend compte que les pays occidentaux sont moins susceptibles d’insister sur les problèmes de droits de l’homme lorsque leurs intérêts économiques sont en jeu.

Brophy examine également la lutte de 2019 pour les droits démocratiques à Hong Kong, notant l’hypocrisie de nombreux critiques occidentaux traditionnels de la RPC. Bien que désireux de soutenir les manifestants de Hong Kong, des politiciens pro-occidentaux tels que le sénateur Tom Cotton ont été les premiers à dénoncer les manifestations de Black Lives Matter.

De même, en réponse à la répression soutenue par la Chine contre le mouvement pour la démocratie, l’Australie a suspendu son traité d’extradition vers Hong Kong. En même temps, comme l’observe Brophy, le « triste fait est que les lois australiennes sur la sécurité servent désormais plus de modèle que de contre-exemple pour les gouvernements répressifs en Asie ». Des contradictions comme celle-ci soulignent à la fois l’hypocrisie de la critique australienne de la RPC et les véritables motivations qui les sous-tendent.

La menace d’une nouvelle guerre froide s’est propagée et a exercé une influence considérable sur la littérature contemporaine. Le roman d’invasion de Heather Rose en 2009 Bruny et Clive Hamilton 2018 Invasion silencieuse sont tous deux profondément troublés par la menace que la Chine fait peser sur la souveraineté australienne. Cela commence souvent par la crainte que l’Australie soit trop dépendante de la Chine avant de sombrer dans la suspicion et la paranoïa à l’égard des organisations sino-australiennes. À son tour, cela conduit beaucoup, y compris certains de la gauche culturelle et libérale, à se tourner vers les agences de sécurité australiennes pour se protéger contre la menace perçue.

Brophy repousse à juste titre les affirmations exagérées du camp anti-chinois pour se demander si les nations coloniales de peuplement sont particulièrement sujettes à la panique au sujet de leur souveraineté. Le fait que les peuples des Premières Nations n’ont jamais cédé la souveraineté et la contestent encore peut expliquer l’inquiétude de l’Australie quant à sa pérennité.

Ne se limitant pas à une analyse du racisme colonial des colons australiens, Brophy dénonce également le racisme anti-chinois du pays. Le racisme n’est pas, insiste-t-il, pas seulement une question de préjugés individuels. Il est au contraire de plus en plus promu par les autorités et les commentateurs politiques.

Les politiciens et les dirigeants anti-chinois défient désormais régulièrement les Australiens chinois de dire où se situent leurs allégeances, tout comme les conservateurs l’ont exigé des musulmans depuis au moins la guerre contre le terrorisme. Bien sûr, ceux qui plaident inévitablement pour le racisme en faveur de l’interdiction de l’immigration en provenance de la RPC cachent inévitablement leurs préjugés en invoquant des « valeurs » prétendument différentes plutôt que des différences raciales. Tout comme le récit du choc des civilisations auquel la guerre contre le terrorisme a donné lieu, le sentiment anti-chinois a produit une nouvelle guerre des civilisations. Les combattants de ce nouveau conflit sont un Occident libéral et un Est autoritaire.

L’élément le plus rafraîchissant du livre de Brophy est peut-être la façon dont il s’adresse à la sphère publique plus large, qu’il considère comme un contrepoids à la rivalité naissante des grandes puissances entre la Chine et l’Amérique. Précisément parce que cette rivalité contribue à l’érosion de la démocratie et augmente la probabilité d’une guerre, Brophy soutient que l’opinion progressiste devrait refuser de critiquer la Chine. En effet, c’est le travail de la gauche de s’opposer à être pris dans les objectifs de politique étrangère des dirigeants australiens et d’appliquer à la place sa critique systématiquement aux causes intérieures et étrangères de la nouvelle guerre froide.

Il ne s’agit pas de valeurs démocratiques, sujettes à contestation dans tous les pays, y compris l’Australie. Au contraire, comme le reconnaît Brophy, c’est une question de rivalité économique entre les nations capitalistes. C’est un type de réalisme très différent de la realpolitik de la classe dirigeante qui nous enferme dans la militarisation et le soutien aux interventions étrangères. L’Australie n’est pas victime de l’impérialisme chinois – tant qu’elle conservera le pouvoir, la classe dirigeante australienne veillera à ce que le pays reste un adjudant sous-impérial pour les États-Unis tant qu’il est viable.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici