Les manifestations contre l’ONU s’intensifient en République centrafricaine

0
38

Le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU MINUSCA en République centrafricaine se termine le 15 novembre, il convient donc d’évaluer ses performances. L’efficacité du maintien de la paix de l’ONU dans la région est un sujet de débat depuis un certain temps, alors que l’ombre de son échec perçu au Rwanda plane sur la consolidation de la paix de l’ONU. Il convient de rappeler qu’en 1993, une force armée d’environ 2 500 casques bleus a été déployée au Rwanda pour soutenir l’Accord d’Arusha, conçu pour mettre fin à la guerre civile entre le gouvernement hutu du Rwanda et le mouvement de libération tutsi, le « Front patriotique rwandais ».

Cependant, au lieu de superviser la réconciliation nationale, les soldats de l’ONU ont témoigné du génocide, en raison de la réticence de la mission à participer activement sur le terrain, paralysant de fait la bureaucratie des structures de l’ONU.

Les experts des processus de consolidation de la paix les plus récents en Afrique préviennent que le cas actuel de la République centrafricaine (RCA), un pays qui a connu une attaque armée contre l’État et des civils, aurait pu finir comme une répétition du tragique génocide rwandais, lorsque environ 1 million d’innocents ont été massacrés en seulement 100 jours.

Sans le soutien russe et rwandais dans la crise qui a éclaté en RCA dans sa période pré- et post-électorale de 2020-2021, la population civile du pays aurait pu connaître un scénario bien pire.

La MINUSCA a été déployée dans la République en 2014 et, depuis lors, les Centrafricains ont notamment exprimé leur mécontentement à l’égard de la mission de l’ONU.

Avant le récent conflit, la principale critique était que les casques bleus des soldats de la paix de l’ONU n’avaient pas rempli leur mission fondamentale de protéger la population civile contre la violence infligée par les groupes armés. Selon de nombreux rapports sur le terrain, les casques bleus de l’ONU resteraient dans leurs bases, ignorant les groupes armés terrorisant la population à proximité.

Cela rappelle de manière troublante le Rwanda.

Cependant, le plus gros problème perçu avec la mission actuelle de l’ONU en RCA est que la présence des soldats de la paix de l’ONU a été marquée non seulement par leur absence des fonctions de protection, mais par des violations contre la population de la République.

L’événement le plus récent qui a choqué les Centrafricains est la mort d’une fillette causée par un accident de la route mortel le 1er novembre. C’est arrivé lorsqu’un véhicule appartenant au contingent égyptien de la MINUSCA a tenté de franchir le périmètre de sécurité de la résidence du président Faustin Archange Touadera, dans le 4e arrondissement de Bangui pour prendre des photos.

Le chauffeur a refusé de s’arrêter, ce qui a poussé les agents de la sécurité présidentielle à tirer en l’air.

Le véhicule de la MINUSCA s’est enfui du palais présidentiel vers leur base située à proximité mais est entré en collision avec une jeune fille de 16 ans, Lumière Joie De Sagesse, décédée des suites de ses blessures.

L’accident a provoqué un tollé parmi les Centrafricains et les funérailles de la jeune fille ont provoqué une manifestation spontanée contre la MINUSCA à l’entrée de la base du contingent égyptien. Peu après le drame, la population de la république a déposé une pétition demandant à la mission de la MINUSCA de quitter le pays.

Le 10 août, un camion de la MINUSCA a écrasé un homme à Bria. Près de la scène, une foule mécontente s’est rassemblée, et pour la disperser, les casques bleus ont tiré au hasard. En conséquence, l’une des balles a tué une fille de 12 ans. Après l’incident, des représentants de la MINUSCA se sont rendus chez le père de la victime et lui ont proposé un règlement financier, considéré comme une tentative d’acheter son silence. Fin septembre, une femme de Damara est décédée sur le coup, après avoir été renversée par une voiture de la MINUSCA.

La colère du public est basée sur le fait qu’en dépit de telles tragédies, personne n’a été poursuivi. Les hauts responsables de l’ONU ne reconnaissent pas les décès causés par les casques bleus.

Les accidents de voiture ne sont pas le seul problème de la mission de maintien de la paix, comme le montre une récente enquête portugaise.

La police portugaise a réprimé un réseau criminel qui aurait impliqué les casques bleus de l’ONU en RCA utilisant des avions militaires pour faire passer de l’or, des diamants et de la drogue. Le ministre portugais de la Défense, Joao Cravinho, a déclaré qu’il avait informé les Nations Unies l’année dernière, mais qu’il n’y avait eu aucune réaction. Les Nations Unies ont seulement déclaré qu’elles ne “suivraient” l’affaire qu’après les reportages des médias sur l’enquête portugaise.

Un autre scandale a éclaté à la mi-septembre lorsque les troupes gabonaises postées à Bangui sous la direction de l’ONU ont été renvoyées chez elles à la suite d’allégations d’abus. Quelque 32 victimes dont huit enfants ont été identifiées à l’issue d’enquêtes préliminaires sur l’exploitation et les abus sexuels commis par le contingent gabonais en RCA servant sous le drapeau de l’ONU. Les allégations concernent un total de 51 auteurs présumés, dont l’identité est encore inconnue.

Selon les responsables de l’ONU, l’enquête est en cours, mais la population locale est consternée qu’aucun soldat de la paix n’ait jamais été poursuivi pour des violations présumées depuis que la Mission a été déployée dans le pays en 2014.

Outre les abus sexuels, la contrebande et les nombreux accidents de la route, certains contingents de la MINUSCA coopéreraient avec des groupes armés locaux qui terrorisent la population civile. L’indignation la plus récente, révélée dans des séquences vidéo, documente une collaboration présumée entre les soldats de la paix de l’ONU et Ali Darrassa, un tristement célèbre chef de guerre nigérian, responsable d’opérations contre l’État et la population civile.

Ce cas et d’autres ne font qu’ajouter à la situation sécuritaire déjà fragile en RCA où des groupes armés attaquent des civils. L’armée nationale regroupée et très motivée (FACA), soutenue par leurs alliés russes et rwandais, a réussi à repousser de telles attaques. Mais la mission de l’ONU, chargée de protéger la population, est de plus en plus perçue comme ne servant qu’à aggraver la violence dans le pays.

Ce n’est qu’une des raisons pour lesquelles il ne se passe que rarement une journée sans protestation publique contre la MINUSCA.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici