Le calendrier de l’UE pour «l’élimination progressive» de l’énergie russe divulgué – News 24

0
45

Les dirigeants occidentaux sont conscients des dommages que les sanctions infligeront à leurs propres économies, admet l’Allemagne

L’année 2022 verra les pays occidentaux mettre en œuvre “une politique très ambitieuse» de réduire la dépendance énergétique de la Russie, le pétrole russe devant être éliminé d’ici la fin de l’année, a annoncé le chancelier allemand Olaf Scholz.

Dans une interview accordée à Indian Express avant sa rencontre avec le Premier ministre indien Narendra Modi à Berlin, Scholz a expliqué que «l’attaque contre l’Ukraine par la Russie est à l’ordre du jour de toute l’Europe et au-delà.” Il s’est également dit convaincu qu’il existe un “large accord” entre l’Allemagne et l’Inde sur le fait que les actions de la Russie violent le “principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies,” que “les massacres contre la population civile sont des crimes de guerre,” et cela “les responsables doivent être tenus responsables.

En réponse à ce qu’il a qualifié de «violation massive et inacceptable du droit international” Scholz a expliqué que de nombreux pays occidentaux ont imposé des sanctions à la Russie, “même si cela implique nécessairement des coûts économiques” pour eux-mêmes.

L’Inde fait partie d’un certain nombre de grandes économies qui ont continué à commercer avec Moscou depuis le lancement de son offensive militaire en Ukraine. Le mois dernier, New Delhi a accueilli la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui ont cherché à inciter les responsables à participer aux sanctions et à réduire les liens économiques et militaires avec Moscou. Cependant, l’Inde a jusqu’à présent refusé de condamner les actions de la Russie.

Nous mettons par ailleurs en place une politique très ambitieuse pour réduire notre dépendance vis-à-vis des importations d’énergies fossiles de Russie. Nous arrêterons l’importation de charbon russe cet été, nous éliminerons progressivement le pétrole russe [by] la fin de l’année, et réduira considérablement les importations de gaz en provenance de Russie“, a déclaré la chancelière.




Scholz est connu pour avoir adopté une approche prudente sur la question de l’énergie russe, car l’Allemagne en dépend plus que de nombreux autres pays de l’UE. La chancelière a déclaré qu’une interdiction du gaz russe n’arrêterait pas le conflit en Ukraine, mais provoquerait une crise économique en Allemagne et dans l’UE.

Cependant, alors que l’UE discute de son sixième paquet de sanctions contre la Russie, l’Allemagne a apparemment commencé à se pencher vers des mesures plus drastiques, peut-être parce qu’elle a réussi à réduire considérablement sa propre dépendance aux importations directes de pétrole russe. Le ministre de l’Énergie, Robert Habeck, a révélé la semaine dernière que Berlin s’approvisionnait auparavant pour un tiers de ses besoins en Russie, mais qu’il a maintenant réduit ce chiffre à seulement 12 %.

Le problème qui semblait très important pour l’Allemagne il y a seulement quelques semaines est devenu beaucoup plus petit. L’Allemagne est devenue très, très proche de l’indépendance vis-à-vis des importations de pétrole russe,», a déclaré Habeck.

La Russie a fourni environ 25 % des besoins annuels totaux en pétrole de l’UE en 2020, et le bloc représentait la moitié des exportations russes de carburant. Bruxelles aurait l’intention de combler la différence en augmentant les importations en provenance du Nigeria, des exportateurs du golfe Persique, ainsi que de l’Azerbaïdjan et du Kazakhstan voisins de la Russie.

Moscou est apparemment sceptique quant aux chances de survie de l’Europe sans son énergie. L’ancien président Dmitri Medvedev, qui est actuellement vice-président du Conseil de sécurité russe, a écrit le mois dernier : «Selon des données récentes du FMI, l’Europe ne pourra pas se passer de notre gaz pendant plus de 6 mois. Mais sérieusement, ils ne dureront même pas une semaine.


Forte augmentation des livraisons de gaz russe à la Chine – Gazprom

En mars, le vice-Premier ministre russe et ancien ministre de l’énergie, Alexander Novak, a déclaré que l’interdiction des importations de pétrole et de gaz russes pourrait entraîner un effondrement du marché européen de l’énergie.

Il est absolument évident que sans les hydrocarbures russes, si des sanctions sont imposées, les marchés du gaz et du pétrole s’effondreront. La hausse des prix des ressources énergétiques peut être imprévisible“, a déclaré Novak.

La Russie a envoyé ses troupes en Ukraine fin février, suite à l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et à la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk négocié par l’Allemagne et la France a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais l’OTAN. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Les pays occidentaux ont répondu à l’appel de la Russieagression» en imposant des sanctions sévères à divers secteurs de l’économie. La Russie considère ces actions illégales et injustifiées et a imposé ses propres contre-mesures.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire