Le Canada accepte des «réparations historiques» pour 200 000 enfants autochtones — RT World News

0
144

Des milliards de dollars seront versés en compensation aux victimes du système de protection de l’enfance « discriminatoire » des Premières Nations

Le gouvernement canadien a conclu un règlement « étape » de 31 milliards de dollars pour indemniser les enfants et les familles autochtones victimes du « sous-financement discriminatoire » du système de protection de l’enfance dans les réserves des Premières Nations.

Deux accords de principe – relatifs à l’indemnisation de plus de 200 000 enfants touchés datant de 1991 et à la future réforme du système – représentent le « la plus grande colonie de l’histoire du Canada », Le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a déclaré mardi.

En notant que « les injustices historiques nécessitent des réparations historiques », Miller a dit que « aucune somme d’argent ne peut réparer les torts subis » et a décrit les accords comme une reconnaissance du fait que les gouvernements successifs avaient laissé tomber les enfants autochtones.

Une fois finalisé, le règlement mettra fin à une longue bataille juridique, qui a commencé en 2007 avec une plainte déposée par la First Nations Child and Family Caring Society auprès du Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP). En 2016, le tribunal a statué qu’Ottawa avait sous-financé les services pour les enfants des Premières Nations par rapport à ceux pour les enfants non autochtones.




Le gouvernement canadien a fait appel du verdict du CHRT, qui l’a condamné à verser une indemnité d’une valeur de 40 000 $ CAN (31 455 $ US) à chaque enfant autochtone qui avait été retiré de sa famille par le système ou forcé de quitter son foyer.

Après avoir perdu cet appel l’année dernière, le gouvernement a entamé des négociations formelles avec des groupes autochtones au lieu de porter l’affaire devant la Cour suprême. Les discussions se sont terminées le jour de la Saint-Sylvestre. Le ministre de la Justice, David Lametti, a déclaré que le gouvernement retirerait ses appels une fois les accords finalisés.

Décrivant l’accord comme « mots sur papier », Cindy Blackstock, directrice exécutive de la First Nations Child and Family Caring Society, a déclaré à Reuters que les 20 milliards de dollars canadiens affectés à la réforme du système pourraient ne pas s’attaquer à des problèmes profondément enracinés.

« Je juge la victoire lorsque je peux entrer dans une communauté et qu’un enfant est capable de me dire : ‘Ma vie est meilleure qu’elle ne l’était hier.’ Rien dans ces mots ne change réellement la vie des enfants jusqu’à ce qu’il soit mis en œuvre », dit Blackstock.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire