Le Canada dit que le “convoi de la liberté” cherche un changement de régime — RT World News

0
113

Une action d’urgence est nécessaire pour empêcher les manifestants anti-vaccin de renverser le gouvernement à Ottawa, a déclaré le chef de la sécurité publique

Un haut responsable de la sécurité canadienne a déclaré que la manifestation anti-vaccin du « Freedom Convoy » était motivée par le désir de renverser le gouvernement, contestant les manifestants qui insistent sur le fait qu’ils en ont assez des restrictions pandémiques du pays.

S’adressant aux journalistes mardi, le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a remis en question les motivations des manifestants, suggérant que l’indignation suscitée par les mandats de vaccination en cours n’est qu’une couverture pour un programme plus sinistre.

“Il y a eu ceux qui ont essayé de caractériser ces blocages illégaux sur les vaccins et les mandats et la fatigue avec la pandémie”, il a dit. “Ce n’est pas ce qui motive ce mouvement en ce moment.”

Ce qui motive ce mouvement, c’est un très petit groupe organisé qui est animé par une idéologie visant à renverser le gouvernement.

Alors que des milliers de manifestants sont descendus dans la capitale Ottawa et ailleurs pour exiger pacifiquement la fin des mandats, Mendicino a cité un groupe de 11 manifestants à un poste frontalier à Coutts, en Alberta, qui transportaient des armes à feu et des munitions, appelant le incident un “récit édifiant.”

“La saisie d’un nombre important d’armes à feu illégales par un groupe très engagé dans la cause est quelque chose dont nous devons être très sobres”, a-t-il ajouté. a déclaré Mendicino, un ancien procureur fédéral.




Les 11 personnes auraient été placées en garde à vue et accusées d’infractions liées aux armes lundi.

L’avertissement du ministre contre les putschistes survient un jour après que le gouvernement fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence pour la première fois de son histoire pour sévir contre le “illégal” manifestation, que certains responsables ont qualifiée de “blocus.” La loi accorde aux autorités un certain nombre de pouvoirs temporaires, notamment pour obliger les entreprises de dépanneuses à retirer le grand nombre de semi-remorques actuellement garées dans la capitale canadienne. À ce jour, certaines entreprises ont refusé de transporter les véhicules.

Les pouvoirs d’urgence permettent également des sanctions plus sévères pour ceux qui violent la paix au cours des manifestations, y compris des amendes pouvant atteindre 5 000 $ CAN (3 930 $ US) et des peines de prison maximales pouvant aller jusqu’à cinq ans.

LIRE LA SUITE:
Qu’est-ce que la Loi sur les mesures d’urgence du Canada, invoquée contre ‘Freedom Convoy’?

Le « Freedom Convoy » est resté à Ottawa pendant environ trois semaines, tandis que de plus petits contingents de manifestants ont bloqué plusieurs passages frontaliers, notamment à Coutts et au pont Ambassador qui relie l’Ontario et le Michigan. Bien que la police ait déclaré à plusieurs reprises les rassemblements illégaux, les agents n’ont guère réussi à les disperser.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire