Snowpiercer nous demande d’imaginer la fin du monde – et la fin du capitalisme

0
66

Perce-neige (Le Transperceneige) a fait ses débuts en France en 1982. D’humbles débuts en tant que feuilleton bande dessinée, il a ensuite engendré des suites, des préquelles, une adaptation cinématographique extrêmement réussie et maintenant une série télévisée. Loin d’être une simple expérience de pensée de science-fiction sombre, la franchise a soigneusement suivi les crises et les contradictions de ce demi-siècle désastreux.

Quel que soit le support, le principe de base de Perce-neige reste le même : une catastrophe environnementale a plongé le monde dans un hiver éternel. Menacés par une friche gelée qui tue en quelques secondes, quelques milliers d’âmes malchanceuses s’entassent dans une locomotive à grande vitesse. Mais ce reste d’humanité se retrouve strictement divisé en classes : l’élan doit être maintenu à tout prix, et l’ordre est maintenu d’une main de fer. Les passagers sans billet, injuriés et relégués à l’arrière du train, jouent le rôle de bouc émissaire et d’armée de réserve du travail. Mais ce lumpen-passengariat est glacial, affamé et prêt à riposter.

Alors, pourquoi exactement ce sombre voyage en train a-t-il excité les spectateurs pendant quarante ans, et comment le tumulte du capitalisme a-t-il attisé l’imagination de ses créateurs ?

Le concept original a été conçu à la fin des années 1970 par l’artiste de bande dessinée français Jacques Lob en réponse à un climat politique changeant en France. Lob s’était fait un nom dans le prestigieux magazine de bandes dessinées Pilote sous la direction de Astérix créateur René Goscinny. Pendant les soulèvements de mai 68, Lob et les autres jeunes artistes de Pilote célèbre révolté contre l’autoritarisme éditorial de Goscinny. Ils ont exigé – et obtenu – l’inclusion de contenu politique dans la publication. La révolte de mai 68 s’est calmée, mais la tension sur le lieu de travail à Pilote n’a pas. Les partisans de Goscinny ont accusé ses employés de l’avoir soumis à un «procès-spectacle stalinien», et Lob et ses camarades sont partis en 1974 pour lancer leurs propres publications.

À cette époque, la classe dirigeante française paniquait vraiment à propos de la production d’énergie. La découverte d’hydrocarbures dans le Sahara à la fin des années 1950 avait enflammé les rêves français d’une industrie pétrolière nationale et d’une influence géopolitique. La guerre d’indépendance algérienne avait écrasé le premier et écorné le second fantasme. La crise pétrolière de 1973 avait encore mis en évidence la dépendance embarrassante de la France vis-à-vis du pétrole étranger. Se précipitant pour sauver la France est venu le premier ministre gaulliste Pierre Messmer. Messmer avait fait ses armes en tant que gouverneur colonial sadique en Afrique écrasant les rébellions communistes. Mais sa véritable passion réside dans le domaine nucléaire. Il avait supervisé les premiers essais nucléaires français dangereux dans les colonies et était amoureux de la technologie. Il a proposé ce qui est devenu connu sous le nom de Plan Messmer – un programme visant à fournir tous les besoins en électricité de la France grâce à 170 centrales nucléaires.

Le plan Messmer embrase la société française. Craignant les conséquences sanitaires et furieux du manque de démocratie du plan Messmer, des centaines de milliers de personnes se sont engagées politiquement. Partout en France, des villageois, des syndicalistes et des écologistes ont mené des batailles locales rangées avec les gendarmes pour empêcher la construction des usines. Ces batailles soulevaient de véritables questions de pouvoir : Le Télégramme a estimé que la lutte en Bretagne, menée par la militante communiste Amélie Kerloc’h, “a prouvé que les institutions locales farouchement antinucléaires peuvent refuser la loi française et appliquer la leur”. L’une des plus grandes manifestations fut contre la centrale nucléaire de Superphénix en 1977. Plus de 60 000 personnes descendirent sur le site pour empêcher la construction et furent agressées par la police. Un jeune enseignant a été tué et de nombreux autres blessés et défigurés par des grenades de la police.

La violence de la police et l’échec ultime du mouvement ont fait une énorme impression sur le jeune dessinateur de bande dessinée Jean-Marc Rochette, qui a participé à la bataille. Lorsque Jacques Lob lui propose de travailler ensemble sur Le Transperceneigeles liens entre l’histoire et son expérience vécue de la lutte mondiale pour les ressources et l’énergie ont résonné, même si leurs politiques ont quelque peu divergé.

Quand il m’a proposé son histoire, j’ai tout de suite ressenti la puissance de cette fable pour adultes. Une histoire simple, comme personne ne l’avait jamais fait. Un train comme métaphore sociale. La « Holy Loco », le moteur perpétuel, comme une parabole du pouvoir. . . . La notion de lutte des classes était plus marquée chez Jacques que chez moi. J’étais plutôt anarchiste, je voulais échapper au système, ne pas travailler dans une usine, ne pas être fonctionnaire.

Une figure à la Pierre Messmer se manifeste dans Le Transperceneige sous la forme d’Alec Forrester, un «homme derrière le rideau» d’élite avec un fétichisme de la technologie et une attitude malthusienne envers les classes inférieures. L’expérience trop réelle des artistes sur les hommes mégalomanes, la cupidité, les luttes pour les ressources et la défaite politique a éclairé la perspective morne de leur histoire.

La production de la bande dessinée a également coïncidé avec la Conférence mondiale sur le climat de 1979 à Genève, qui a conclu qu ‘«il est désormais urgent que les nations du monde prévoient et préviennent les changements climatiques d’origine humaine qui pourraient être défavorables au bien-être. être de l’humanité. Comme le dit Rochette, Le Transperceneige “était une façon cynique de dire ‘nous allons tous mourir.'”

Le Transperceneige a traîné avec un culte pendant des décennies avant de devenir Perce-neige. Jacques Lob a rejeté plusieurs propositions d’adaptation en raison de visions contradictoires. La version désormais bien-aimée de Bong Joon-ho elle-même n’est née que d’un mélange de sérendipité, de sournoiserie et de confrontation avec les studios.

En 2005, Bong a trouvé une copie traduite de Le Transperceneige dans une librairie de bandes dessinées à Séoul. Il le lut sur-le-champ et se décida à l’adapter. Cet « acte d’amour », comme le dit Jean-Marc Rochette, a mis les choses en branle : « Contrairement à tous ces cinéastes ou producteurs qui achètent les droits d’une BD à succès en pensant que le storyboard est déjà fait, [director Bong] est allé chercher une vieille bande dessinée radicale, oubliée sous un tas poussiéreux.

Il n’est pas surprenant que quelque chose dans cette histoire sans soleil de hiérarchies claustrophobes ait touché un nerf avec Bong. En tant qu’étudiant à l’Université Yonsei à la fin des années 80, Bong a participé aux redoutables luttes pour la démocratie et la réunification contre le régime de l’homme fort militaire Chun Doo-hwan. Bong était dessinateur pour le journal étudiant et, comme le jeune Jean-Marc Rochette, a également participé avec ses camarades à la fabrication de cocktails Molotov pour combattre les attaques brutales de la police. Ces manifestations de masse ont finalement conduit à des élections démocratiques en Corée du Sud. C’était une période d’agitation extrême et d’espoir. Comme Bong le décrit :

Nous détestions aller en classe. . . . Chaque jour était le même : manifester le jour, boire le soir. À l’exception de quelques personnes, nous n’avions pas beaucoup confiance dans les professeurs à l’époque. Nous avons donc formé nos propres groupes d’étude couvrant la politique, l’esthétique, l’histoire. Nous buvions jusque tard dans la nuit, parlant et débattant. . . . Je ne suis pas le genre de personne qui aime être coincée dans un groupe, donc même pendant qu’on protestait, je partais et j’allais regarder un film. Les principaux organisateurs pensaient probablement que j’étais un mauvais militant.

Bong a travaillé en étroite collaboration avec Rochette pour adapter Le Transperceneige, en gardant et en mettant à jour le rythme fou et la sensation onirique de l’original. Les passagers de queue et les travailleurs sont restés les protagonistes, quelque chose de relativement non négociable pour Bong, qui a fièrement admis que “99 % de mes héros viennent des classes inférieures, et je pense que c’est une façon honnête de traiter l’homme dans la mesure où c’est universel”.

À la place d’un ingénieur-tyran d’élite, Bong a créé M. Wilford – un «visionnaire» capitaliste avec un sens de soi meurtrier. Tilda Swinton est connue pour être l’horrible sycophante de Wilford, le ministre Mason. L’actrice envisageait le personnage désormais légendaire de Margaret Thatcher avant les cours d’élocution, “mélangés à [with] tous les lâches mégalomanes de clowns fous que les chaînes d’information nous montrent tous les jours.

Jacques Lob voulait que les ouvriers prennent le contrôle du système ; Jean-Marc Rochette voulait qu’ils y échappent. Bong a expliqué que son adaptation se débat précisément avec ces questions : “Est-il plus révolutionnaire de vouloir prendre le contrôle de la société qui vous opprime, ou d’essayer d’échapper complètement à ce système ?” Le film favorise finalement ce dernier, bien que sa politique soit peinte à grands coups de pinceau. Que sa conclusion soit communiste ou nihiliste dépendra de l’interprétation du spectateur.

Harvey Weinstein – le producteur du film qui, comme M. Wilford, aimait apposer son nom sur les choses – le détestait. Il a insisté pour couper les éléments les plus extrêmes. Le public test a finalement préféré la vision expressionniste de Bong à celle littérale de Weinstein, et le producteur désormais en disgrâce a puni Bong avec une sortie en salles limitée. Lors d’une conférence de presse réjouissante, Weinstein a soutenu que la version de Bong le faisait passer pour un génie en comparaison. Lorsqu’on lui a demandé s’il prévoyait de prendre sa retraite, Weinstein a affiché des niveaux de menace et d’illusion dignes de Wilford en disant qu’il « aimerait diriger une petite nation des Caraïbes. Quelque chose avec un militaire.

Cela ne devait pas être Perce-neigeLe dernier affrontement avec les maniaques du contrôle. Un an plus tard, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye – dont le père, dictateur militaire, était le mentor de l’ancien ennemi juré de Bong, Chun Doo-hwan – a mis Bong sur liste noire aux côtés de dix mille autres artistes sud-coréens. Les censeurs paranoïaques de Park ont ​​affirmé – pas tout à fait à tort – que Perce-neige « nie la légitimité de l’économie de marché et provoque des résistances sociales. Bong décrit la liste noire des auteurs de gauche comme “quelques années cauchemardesques” qui “laissent de nombreux artistes sud-coréens profondément traumatisés”. Mais il est également devenu l’une des étincelles des manifestations de masse qui ont fait tomber le régime corrompu de Park en 2017.

Le roman graphique original a été produit au milieu de féroces batailles mondiales et locales sur la distribution de l’énergie et des ressources, de terribles avertissements d’une catastrophe écologique imminente et d’un nouveau groupe confiant de réalistes capitalistes déclarant qu ‘”il n’y a pas d’alternative”.

Quatre décennies plus tard, Perce-neige le lien entre luttes environnementales et luttes de classe semble plus courant. Sa représentation de l’élite dirigeante – des prisonniers écœurants ravis de l’élan de leur propre système – sonne plus vrai que jamais. La dernière itération de la franchise est la série TNT, qui en est maintenant à sa troisième saison. Le showrunner Graeme Manson soutient que Perce-neige “a une profonde histoire de division de classe en son cœur”:

C’est une question de déséquilibre, de privilège, d’incarcération et d’immigration. Ces choses sonnent vraiment juste en ce moment. Ils devraient sonner vrai à tout âge, mais ici maintenant, en cette période de COVID, nous pouvons voir les divisions aussi clairement que le jour. Ce sont les plus démunis qui paient le plus lourd tribut à ces catastrophes, et cela a toujours été le cas. Nous voyons les machinations du capitalisme catastrophe se déplacer en ce moment. Vous ne pensiez pas que nous pouvions être aussi insensibles ? Détrompez-vous.

Malgré sa production à une époque de cynisme et de désespoir généralisés, le nouveau Perce-neige est plus optimiste que ses prédécesseurs. Il s’amuse à « échapper » au système comme Rochette et Bong mais est aussi plus disposé à mettre en scène les expérimentations démocratiques d’un mouvement ouvrier qui s’est emparé du pouvoir. Sa représentation des hésitants de seconde classe – attirés à la fois par la domination de première classe et la «révolution de troisième classe» – est sans aucun doute la chose la plus marxiste sur Netflix.

Perce-neige demande ce qui se passe lorsque nous disons non à la domination des ressources et des personnes par l’élite, sachant très bien que les Messmers, Parks, Weinstein et Wilford du monde ne seront pas heureux. Si les sourcils froncés ne vous conviennent pas, adoptez simplement le genre : vivez-le comme un Grand vol de train pour la génération de la grève climatique ou une version action-aventure du problème du chariot. En 2022, il sera peut-être plus facile pour nous tous d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme ; ce clin d’oeil nouveau Perce-neige nous taquine d’essayer les deux.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire