Le Capital de Marx | Drapeau rouge

0
129

Le capitalisme vient au monde « dégoulinant de la tête aux pieds, de tous les pores, de sang et de saleté ». Ainsi conclut Marx après un long récit de la transition du féodalisme au capitalisme vers la fin de CapitalTome I.

Marx expliqué dans la préface de la première édition ce son objet était « de révéler la loi économique du mouvement de la société moderne ». Plein de références littéraires, de mots d’esprit et d’une haine ardente du capitalisme, ce n’est pas le traité ennuyeux que la description pourrait impliquer. Son empathie pour les travailleurs exploités par la classe capitaliste saute des pages.

Les trois volumes sont une exposition de la méthode de Marx consistant à “passer de l’abstrait au concret”. Le volume I s’ouvre sur une analyse de la marchandise.

Ce n’est pas une abstraction arbitraire. Il saisit la caractéristique spécifique, déterminante et unique du capitalisme : la production de masse de marchandises à échanger sur le marché.

A partir de ce point de départ, Marx élabore la théorie de la valeur travail, qui résout une question au cœur du capitalisme. Quelle qualité ont en commun des marchandises aussi différentes que les vêtements, les machines, les tables et les livres qui permettent leur comparaison sur le marché ?

Cela ne peut pas être leur valeur d’usage car ils ont des usages radicalement différents. Le seul aspect commun à tout ce qui est produit par l’homme est le travail qui y est consacré.

Mais comment comparer les types très différents de travail concret employé pour produire des marchandises ?

Marx a soutenu que ce qui est comparé est abstrait travail, mesuré par le « temps de travail socialement nécessaire », ou le temps qu’il faut à un travailleur de compétence et de productivité moyennes pour produire une marchandise.

« Une valeur d’usage, ou article utile, a donc [exchange] valeur uniquement parce que travail humain abstrait est objectivée et matérialisée en elle.

Marx suppose à ce stade que les marchandises s’échangent contre leur valeur déterminée par ce travail abstrait.

Cependant, la concurrence sur le marché oblige les capitalistes à essayer continuellement de produire des marchandises moins chères que leurs concurrents en introduisant des machines toujours plus récentes. Ils « révolutionnent continuellement les moyens de production » comme le dit Marx. Le manifeste communiste.

Un capitaliste peut produire seulement trois voitures par jour contre six dans une usine employant de nouvelles machines ou méthodes de production, réduisant ainsi de moitié leur valeur et réduisant leur prix. Le premier capitaliste peut ne vendre ses voitures qu’au prix neuf, non rentable, ou pas du tout.

Le capitalisme est, de par sa nature même, non planifié, chaotique et gaspilleur. La question de savoir si les marchandises se vendront avec profit sur le marché, ou même seront vendues et utilisées, relève de la pure spéculation.

Exploitation et bénéfices

Pour approfondir sa compréhension de la dynamique du système, Marx tourne son attention vers la force de travail, ou la capacité des travailleurs à travailler.

Il décrit le «terrorisme imprudent» par lequel le capitalisme primitif a chassé les paysans de leurs terres, créant des masses de personnes sans autre choix que de se soumettre à «la contrainte ennuyeuse des relations économiques» et de travailler comme ouvriers salariés.

La force de travail était devenue une marchandise à grande échelle.

Un thème récurrent dans les trois volumes est que le marché, et le fait que la force de travail est une marchandise comme les autres, obscurcissent le fonctionnement du système. Nous ne savons pas qui produit les choses que nous achetons – et les travailleurs ne savent pas qui finira par utiliser les marchandises qu’ils créent, ni même s’ils seront vendus ou gaspillés.

Comme le dit Marx, tant que nous restons dans le “domaine de la circulation” (le marché), tout le monde semble être égal, agissant simplement pour réaliser son propre intérêt. La fiction de l’égalité de tous devant la loi est devenue un pilier de l’idéologie capitaliste – les travailleurs et les capitalistes apparaissent comme des vendeurs et des acheteurs de marchandises sur le marché.

Cela vaut également pour le marché de la force de travail lui-même. Les patrons offrent un salaire aux travailleurs qui est jugé comme un prix plus ou moins juste pour leur travail.

Mais les travailleurs ne sont payés que pour une partie de la valeur qu’ils produisent en une journée, les autres heures produisant une «plus-value» dont découlent les bénéfices. Comme le souligne Marx, sans cette fraude, il n’y aurait aucun profit. C’est l’exploitation, qui existe quel que soit le salaire payé.

Marx décompose les moyens de production (les intrants qui sont utilisés pour produire des marchandises) en deux catégories : le « capital constant », les outils, les bâtiments, les matières premières et la technologie, qui ne font que transmettre leur valeur existante à de nouveaux produits, et le « capital variable ». , ou force de travail, car c’est le seul moyen de créer Nouveau valeur – les travailleurs peuvent produire une valeur supérieure à ce dont ils ont besoin pour vivre et sont payés en salaires.

Cependant, les capitalistes calculent leur retour sur investissement en examinant leurs dépenses totales. Cela crée la fausse apparence que le capital constant et le capital variable contribuent à la plus-value d’où proviennent les profits.

Pour saisir la dynamique du rapport du capital aux travailleurs, Marx convoque une des grandes analogies de la littérature européenne : « Le capital est du travail mort qui, vampirique, ne vit qu’en aspirant du travail vivant, et vit d’autant plus, plus il y a de travail ». c’est chiant ».

Vous pouvez reconnaître cette image dans le premier Matrice film avec ses carcasses humaines alimentant la machine centrale.

Le taux de profit et les crises économiques

Pour Marx, les abstractions par lesquelles il commence sont un point de départ pour comprendre et expliquer le fonctionnement du capitalisme. Ils nous permettent d’isoler les caractéristiques de base, mais nous devons ensuite expliquer comment elles sont liées à ce qui peut être observé empiriquement.

Dans Tome III Marx explique comment le capital entre et sort de différents secteurs, à la recherche du taux de profit le plus élevé. Cette redistribution constante du capital d’industrie à industrie « crée un tel rapport entre l’offre et la demande que le profit moyen dans les sphères de production devient le même ». De cette manière, un taux de profit général est établi dans l’ensemble de l’économie.

Ce taux de profit général reflète la plus-value totale créée par rapport au capital total investi dans l’ensemble de l’économie. Ainsi, les capitalistes ne reçoivent pas leur part du pool total de surplus proportionnelle à leur composition organique du capital (rapport entre le capital constant et le capital variable, en termes de valeur), mais proportionnellement au capital total qu’ils dépensent.

Marx conclut que « la somme des prix… de toutes les marchandises produites dans la société… est égale à la somme de leurs valeurs ». Mais le prix des marchandises individuelles s’écarte de leur valeur, de sorte que la loi de la valeur doit être modifiée à mesure que nous nous élevons de l’abstrait au concret.

La concurrence crée une dynamique vers une composition organique toujours plus grande du capital dans l’ensemble de l’économie. Cela entraîne à son tour une tendance à la baisse du taux de profit (car davantage est investi dans du capital qui ne crée pas de nouvelle valeur), ce qui pousse les capitalistes à utiliser les bénéfices pour jouer sur le marché boursier, l’épargner ou acheter des produits de luxe plutôt que d’investir. en production.

Marx a reconnu que ce n’était pas une loi d’airain de l’inévitabilité. En effet, il a consacré une section entière aux facteurs qui contrecarrent cette tendance.

Une réponse courante consiste à augmenter l’intensité de l’exploitation en accélérant les machines, en prolongeant les heures de travail et/ou en réduisant les salaires. Mais il y a des limites à ceux-ci, sauf si vous êtes prêt à affaiblir, blesser ou tuer vos travailleurs, ou à accepter un travail de mauvaise qualité. Ils risquent aussi de provoquer des grèves et des protestations déstabilisatrices parce que les travailleurs ne sont pas des automates.

La façon la plus importante de régénérer le système et de sortir les profits du marasme, ce sont les crises elles-mêmes. Marx soutient que lorsque les choses vont bien, l’égalisation du taux de profit garantit que “chacun partage le butin commun en proportion de la taille de son investissement respectif”.

Mais dès qu’il s’agit de partager les pertes, « chacun essaie de réduire sa propre part au minimum et de la refiler à l’autre. La [capitalist] classe, en tant que telle, doit inévitablement perdre. Combien le capitaliste individuel doit supporter des pertes, c’est-à-dire dans quelle mesure il doit y participer, est décidé par la force et la ruse, et la concurrence devient alors un combat entre frères hostiles ».

Les entreprises font faillite, permettant à d’autres d’acheter leurs propriétés et leurs moyens de production à des prix moins élevés. Le chômage aide les capitalistes à réduire les salaires et les conditions. La crise pose les bases pour restaurer le taux de profit et relancer l’investissement. La destruction causée par la guerre peut avoir une conséquence similaire.

Depuis que Marx a décrit les hauts et les bas du marché, la manière exacte dont cela s’est déroulé a changé au fil du temps. Le processus par lequel les entreprises font faillite (pas seulement pendant les crises) et sont rachetées par des concurrents se traduit par des entreprises de plus en plus grandes. Marx appelait cela la concentration et la centralisation du capital. Ceci, ajouté à l’internationalisation du capital, a d’énormes conséquences sur la résolution des crises.

Laisser les multinationales faire faillite fait craindre qu’elles entraînent de nombreuses autres entreprises dans un gouffre aux proportions inimaginables. D’où les renflouements gouvernementaux des banques et autres que nous avons vus depuis la crise financière mondiale de 2008.

Actions et parts

Les médias rendent compte de la bourse comme si elle avait une vie propre. Et dans un sens, c’est le cas. Cela mystifie également la source des profits et le fonctionnement du système. Marx écrit à propos des actions et des actions :

Ils ne mettent pas le capital à sa disposition. Il n’est pas sujet à rétractation. Ils transmettent simplement des droits légaux à une partie de la plus-value qu’ils doivent produire.

Ils deviennent des « doubles papiers du capital réel », mais ils font aussi l’objet de spéculations, s’échangeant comme s’ils avaient une valeur propre. C’est comme s’ils acquéraient une valeur distincte du capital d’origine : « ils en viennent à représenter nominalement un capital inexistant ».

Parfois, leurs variations de valeur sont parallèles à celles des entreprises, mais pas nécessairement. La spéculation n’est que cela, afin qu’ils puissent faire monter leurs prix en bourse, rendant leur valeur illusoire. Marx pourrait écrire en ce siècle :

« Le gain et la perte résultant des fluctuations du prix de ces titres de propriété… deviennent, par leur nature même, de plus en plus une question de pari, qui semble prendre la place du travail comme méthode originale d’acquisition de la richesse en capital.

Et comme le dit Marx, tout ce processus crée de plus en plus d’opportunités pour les “escrocs”, créant un “monde de papier [in which] le vrai prix [of commodities] et sa véritable base n’apparaît nulle part. L’ensemble du processus devient incompréhensible ».

Conclusion

de Marx Capital met à nu la folie du capitalisme.

Cela explique un système qui a libéré une ingéniosité étonnante et créé une richesse incalculable tout en refusant systématiquement à des milliards de nourriture et d’abri, sans parler des soins de santé ou de l’éducation.

Poussées par la concurrence sur le marché et avec une production uniquement motivée par la recherche de profits, les crises sont inévitables.

En lisant Capital ne révélera pas les causes immédiates de l’un d’entre eux en particulier. Il peut s’agir d’une ou de plusieurs choses parmi tant d’autres : peut-être que les bénéfices sont trop faibles pour maintenir le flux d’investissement ; commerce perturbé par une pandémie ou une guerre ; inflation. Peut-être un krach boursier provoqué par des vautours qui jouent avec des richesses qui pourraient être utilisées pour les besoins humains.

Comme le dit Marx dans Tome II:

« Si nous devions considérer une société communiste à la place d’une société capitaliste, alors le capital-argent serait immédiatement supprimé, ainsi que les déguisements que les transactions acquièrent à travers lui. La question se réduirait simplement au fait que la société doit calculer à l’avance la quantité de travail, de moyens de production et de subsistance qu’elle peut consacrer, sans bouleversement, à des branches d’industrie qui, comme la construction de chemins de fer, par exemple, approvisionnent ni moyens de production ni moyens de subsistance…

« Dans la société capitaliste, au contraire, où toute forme de rationalité sociale ne s’affirme que post festum [after the feast]des perturbations majeures peuvent et doivent se produire.

L’œuvre monumentale de Marx montre que le capitalisme ne peut garantir une vie décente à la grande majorité, que chaque boom se termine par une crise et la destruction de vies. En effet, il dépend de cette misère pour que les capitalistes prospèrent.

Source: https://redflag.org.au/article/marxs-capital

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire