Le capitalisme nous rend tous malheureux, même les super riches

0
54

Plus tôt cette semaine, Le gardien a publié une chronique intitulée « Je suis un thérapeute pour les super-riches : ils sont aussi misérables que Succession le prétend. » À première vue, l’article est un pur appât à clics : un exemple classique du genre de titre qui a tendance à générer du trafic dans une économie des médias sociaux qui prospère sur la provocation. Et bien sûr, il a été accueilli par un tout trop prévisible inonder de commentaires exprimant un mélange de schadenfreude et le manque de sympathie pour les riches exorbitants. Que mille tweets de citations fleurissent.

Mais l’éditorial écrit par Clay Cockrell – un psychothérapeute qui par hasard est devenu un spécialiste du traitement des personnes ultra-riches et qui trouve maintenant HBO Succession plus proche du documentaire que du drame – vaut la peine d’être lu pour le scintillement qu’il offre sur la vie intérieure des superriches.

Comme le titre le suggère, de nombreux clients de Cockrell trouvent le bonheur insaisissable malgré la liberté personnelle insondable et le confort matériel qui découlent de la richesse. Après avoir fait plaisir à leurs enfants, certains ont du mal à être des parents efficaces. Beaucoup auraient du mal à nouer des relations non instrumentales ou non transactionnelles, auraient du mal à faire confiance à leur entourage et se sentiraient dépourvus de sens ou de but dans la vie. La question de l’argent elle-même, quant à elle, est à la fois épineuse et inconfortable, et il ressort clairement des recherches existantes que de nombreuses personnes riches éprouvent une sorte d’anxiété de statut perpétuelle plutôt que le sentiment de sécurité auquel on pourrait s’attendre. Comme Cockrell l’écrit :

L’argent est difficile à parler. L’argent est enveloppé de culpabilité, de honte et de peur. On a l’impression que l’argent peut vous immuniser contre les problèmes de santé mentale alors qu’en réalité, je pense que la richesse peut vous rendre, ainsi que les personnes les plus proches de vous, beaucoup plus sensibles à ces problèmes.

Ce qui est remarquable ici est entièrement différent de ce que la plupart d’entre nous ressentons à juste titre à propos de l’extrême richesse, sans parler d’un besoin ardent d’accroître notre compassion envers les riches exorbitants. Il va sans dire que les personnes ayant de vrais problèmes mériteront toujours plus de sympathie que celles qui volent dans des jets privés, résident dans des hôtels particuliers voyants ou siègent au sommet des hiérarchies de direction dorées des grandes entreprises. Être sous-payé et exploité est une expérience beaucoup plus courante que d’être riche, et le bilan psychologique que cela entraîne représente indiscutablement une plus grande injustice que les pathologies qu’une poignée de propriétaires de yachts sont actuellement en litige avec l’aide de thérapeutes bien payés.

Ni, je pense, que le vrai plat à emporter n’est une simple répétition du vieux cliché selon lequel le bonheur ne s’achète pas. Ce qui est finalement frappant dans la pièce de Cockrell a plus à voir avec ce qu’elle suggère sur la quasi-impossibilité de concilier la possession d’une richesse extrême avec des impulsions morales ou éthiques de base ou d’autres traits humains. Certaines personnes ultra-riches, bien sûr, sont tout simplement incapables d’empathie ou de compassion pour commencer et, en tant que telles, n’éprouvent aucun remords à l’idée d’exploiter et de manipuler le monde qui les entoure. Selon une estimation du journaliste Jon Ronson, les cas de psychopathie sont quatre fois plus élevés chez les PDG que dans la population générale, ce qui nous donne de nombreuses raisons de croire que le monde cloîtré de l’élite compte un nombre disproportionné de Patrick Bateman.

Néanmoins, même sur la base de cette estimation quelque peu ahurissante, nous parlons toujours d’un taux de psychopathie inférieur à 5%. La grande majorité des personnes ultrariches ne sont donc pas littéralement des psychopathes – même si beaucoup font régulièrement des choses qui causent d’immenses dommages, stress et souffrance aux autres. Être extrêmement riche est donc, au moins pour certains, un bras de fer psychologique constant. Ce n’est pas que les riches soient opprimés par le capitalisme, mais plutôt qu’ils y sont captifs comme tout le monde – et, en tant que plus grands bénéficiaires de notre système économique hiérarchique, ils ont souvent une vue d’ensemble de ses déprédations.

Comme jacobinMeagan Day l’a dit en 2017, le capitalisme “force tout le monde, y compris la classe dirigeante, dans une position de dépendance et de discipline de marché”. Le résultat, comme le soutient Vivek Chibber, est une subordination morale et éthique aux dictats creux de la valeur d’échange et de la concurrence rapace :

Le simple fait de survivre à la bataille concurrentielle oblige ainsi le capitaliste à privilégier les qualités associées à « l’esprit d’entreprise ». . . . Quelle qu’ait été sa socialisation antérieure, il apprend rapidement qu’il devra se conformer aux règles attachées à son emplacement ou son établissement sera mis à mal. C’est une propriété remarquable de la structure de classe moderne que tout écart significatif d’un capitaliste par rapport à la logique de la compétitivité du marché se révèle en quelque sorte comme un coût – un refus de jeter des boues toxiques se manifeste par une perte de part de marché pour ceux qui le feront ; un engagement à utiliser des intrants plus sûrs mais plus chers se traduit par une augmentation des coûts unitaires, et ainsi de suite. Les capitalistes ressentent ainsi une énorme pression pour ajuster leur orientation normative — leurs valeurs, leurs objectifs, leur éthique, etc. — à la structure sociale dans laquelle ils sont ancrés, et non l’inverse. . . . Les codes moraux qui sont encouragés sont ceux qui contribuent à la rentabilité.

À moins que vous ne soyez un psychopathe, être extrêmement riche implique souvent nécessairement des contorsions douloureuses de l’âme. Dans la mesure où il est possible de généraliser à propos d’un concept vague et contesté comme la « nature humaine », il y a quelque chose de profondément unnaturel d’exploiter et de dominer les autres, tout comme il est profondément inhumain et antisocial d’avoir la majorité de vos relations définies par la proximité avec l’argent.

Avec l’introduction de quelque chose comme un impôt mondial sur la fortune, les milliards non gagnés des super-riches pourraient être redistribués pour alléger les fardeaux réels auxquels est confrontée la grande majorité actuellement exploitée sous le capitalisme. À tout le moins, ceux de la première catégorie pourraient par conséquent devoir passer un peu moins de temps assis sur le canapé d’un thérapeute.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici