Le cessez-le-feu au Yémen est sans ambiguïté une bonne nouvelle

0
129

Plus de sept ans après le début d’un conflit qui a créé « la pire crise humanitaire au monde », selon les Nations Unies, il y a des signes que la guerre au Yémen pourrait enfin prendre un tournant. Un cessez-le-feu de deux mois entré en vigueur le 2 avril a largement tenu, et après une vague de négociations qui ont abouti, les parties belligérantes ont convenu jeudi dernier de prolonger la trêve de deux mois supplémentaires.

Alors que le cessez-le-feu initial offrait une ouverture diplomatique provisoire au gouvernement yéménite et à ses alliés dirigés par l’Arabie saoudite pour s’engager avec le mouvement rebelle houthi qui contrôle la majeure partie du nord du Yémen, la prolongation de jeudi doit aller plus loin si elle veut réussir. Les parties devront colmater les trous persistants de l’accord d’avril et prendre des mesures substantielles pour enfin mettre fin à cette guerre destructrice. Seule une cessation permanente des hostilités peut résoudre la crise humanitaire et apporter un soulagement désespérément nécessaire au peuple yéménite.

Le cessez-le-feu d’avril au Yémen, la première paix nationale depuis le début de la guerre, était le produit de pourparlers négociés par les Nations Unies entre les rebelles et la coalition pro-gouvernementale qui se concentraient initialement sur une trêve de sécurité pour le mois sacré islamique du Ramadan. Les pourparlers ont finalement abouti à un accord plus complet dont les principales dispositions comprenaient :

  • Une pause de deux mois d’hostilités, couvrant à la fois la guerre au Yémen et les attaques rebelles de missiles/drones contre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU).
  • Un assouplissement du blocus aérien saoudien sur le nord du Yémen contrôlé par les rebelles pour permettre un nombre limité de vols commerciaux à destination et en provenance de l’aéroport international de Sanaa.
  • Un assouplissement similaire du blocus maritime saoudien pour permettre certaines livraisons de carburant au principal port du Yémen à Al Hudaydah.
  • Une promesse de rouvrir les principales routes entre les territoires contrôlés par les rebelles et le gouvernement, en particulier autour de la ville de Taiz, longtemps assiégée, dans le sud-ouest du Yémen.

À l’exception de la disposition finale, toutes ces conditions étaient au moins partiellement remplies. Le cessez-le-feu a été respecté malgré des informations faisant état de violations isolées. Les Saoudiens ont autorisé au moins douze cargaisons de carburant à accoster à Al Hudaydah (moins que les dix-huit stipulées par l’accord, mais fournissant toujours une aide indispensable au nord du Yémen en manque de carburant). Après de longues négociations sur les documents de voyage, les vols commerciaux entre Sanaa et Amman ont repris le 16 mai et entre Sanaa et Le Caire le 1er juin. Ces vols ont donné aux Yéménites malades qui se sont vu refuser des soins médicaux appropriés en raison de la guerre la possibilité de se rendre à l’étranger pour se faire soigner. .

Le principal problème persistant est le statut de Taiz, qui est détenu par les forces pro-gouvernementales mais effectivement assiégé par les rebelles. Les conditions à l’intérieur de la ville seraient désastreuses, et les soulager doit être la première priorité des parties belligérantes dans le cadre de la nouvelle prolongation du cessez-le-feu. Il y a des nouvelles positives sur ce front : l’ONU a rapporté ce week-end que les deux parties avaient repris des pourparlers directs à Amman, avec la question de la réouverture des routes autour de Taiz et ailleurs à l’ordre du jour.

En supposant que le cessez-le-feu soit maintenu et que les parties parviennent à un accord sur Taiz, les deux prochains mois sont une énorme opportunité de mettre fin à la guerre. Mais plusieurs obstacles subsistent. Le gouvernement yéménite, déstabilisé par un soulèvement saoudien peu après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu d’avril, n’a pas encore démontré sa volonté politique de négocier un règlement de la guerre. L’invasion de l’Ukraine par la Russie, quant à elle, menace d’aggraver la crise humanitaire au Yémen tout en détournant l’attention internationale de la guerre et de la potentielle reconstruction d’après-guerre du Yémen.

Quelques jours seulement après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu d’avril, le président yéménite Abdrabbuh Mansur Hadi a cédé son autorité à un conseil présidentiel nouvellement formé présidé par l’ancien ministre de l’Intérieur Rashad al-Alimi. Toute question quant à savoir si cette transition a été orchestrée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis a reçu une réponse presque immédiatement, lorsque les deux États du Golfe ont promis une nouvelle aide collective de 3 milliards de dollars pour soutenir le travail du conseil.

Ce qui est moins clair, c’est pourquoi ils ont orchestré l’éviction de Hadi. Il ne fait aucun doute que cette décision reflétait une frustration collective envers Hadi, dont le manque d’autorité réelle au Yémen était évident. Le conseil semble également conçu pour unir ce qui est devenu une coalition anti-Houthi hétérogène, incorporant des islamistes et des chefs tribaux alliés à l’Arabie saoudite ainsi que des séparatistes du sud du Yémen et des partisans de l’ancien allié Houthi Tareq Saleh, qui sont soutenus par les Émirats arabes unis.

Jusqu’à présent, rien n’indique que le conseil présidentiel ait joué un rôle significatif dans le processus de paix. Le nouvel organe ne peut pas avoir une légitimité moins indépendante que Hadi, qui a servi entièrement à la demande des Saoudiens, mais le fait qu’il ait été créé par les Saoudiens et les Emiratis suggère fortement que le conseil n’a pas plus d’autonomie que Hadi. Le conseil présidentiel est-il destiné à unir les différentes factions anti-Houthi afin de mieux soutenir un accord de paix, ou afin de mieux coordonner l’effort de guerre ? Bien que le cessez-le-feu renouvelé indique un véritable intérêt saoudien et émirati à mettre fin à la guerre, cela reste une question ouverte.

La guerre en Ukraine a ajouté une urgence supplémentaire à la crise humanitaire au Yémen, même si elle détourne les regards internationaux de la guerre. La hausse des prix mondiaux du carburant et de la nourriture a laissé le gouvernement yéménite – qui dépendait des importations des deux avant même la guerre – et les organisations d’aide internationale du mal à faire face. Dans le même temps, la communauté internationale des donateurs – dont l’intérêt à soutenir les efforts de secours yéménites déclinait déjà – a déplacé son attention vers l’Ukraine au détriment de l’aide yéménite. Une conférence de l’ONU en mars n’a permis de lever que 1,3 milliard de dollars sur les 4,2 milliards de dollars que les agences avaient demandés pour financer des projets yéménites en 2022, un manque à gagner qui, selon le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, garantirait que “plus de vies seront perdues”. Si les parties parviennent à négocier un accord de paix, la période de reconstruction d’après-guerre promet d’être assez ténue telle quelle. Toute intensification de la crise humanitaire au Yémen provoquée par un soutien international insuffisant risque de replonger le pays dans le conflit.

Une chose, cependant, est certaine : les États-Unis, qui se considèrent comme un médiateur dans le conflit au Yémen, se sont, par leurs propres actions (et inactions), mis à l’écart du processus de paix. La décision de trois administrations successives de soutenir l’effort de guerre saoudien et émirati a dépouillé Washington de toute crédibilité face aux Houthis. Et le choix de l’administration Trump d’abandonner l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, exacerbé par la décision inexplicable de l’administration Biden de ne pas le relancer, signifie qu’il n’y a pas de voies diplomatiques par lesquelles les États-Unis pourraient faire appel aux soutiens iraniens des Houthis pour soutenir les négociations.

La capacité de l’administration Biden à influencer les Saoudiens et les Émiratis, quant à elle, a été gravement compromise par la guerre en Ukraine et des considérations politiques intérieures. La guerre a déclenché une flambée mondiale des prix du pétrole qui martèle les consommateurs américains. Désespéré de minimiser l’effet de cette hausse des prix sur les mi-parcours de novembre, Joe Biden est passé de l’engagement de faire de l’Arabie saoudite “le paria qu’ils sont” à se démener pour réparer ses relations effilochées avec les dirigeants saoudiens et émiratis dans l’espoir que les États du Golfe le feront. d’accord pour augmenter la production de pétrole. Dans les derniers jours, Axios a rapporté que la sensibilisation de Biden aux Émiratis pourrait prendre la forme d’un «accord de sécurité stratégique» qui pourrait obliger les États-Unis à intervenir militairement au nom des Émirats arabes unis.

Il y a de bonnes raisons de croire que les dirigeants saoudiens et émiratis ont signé le dernier cessez-le-feu – et ont entraîné avec eux leurs clients yéménites – parce qu’ils ne considèrent plus la guerre comme bénéfique pour leurs intérêts nationaux. Si les États-Unis interviennent et défendent avec force l’un ou les deux États, cela pourrait changer ce calcul et les encourager à reprendre le conflit – un résultat dévastateur pour le peuple yéménite.

À ce stade, la meilleure chose que les États-Unis puissent faire pour le Yémen est de laisser assez bien tranquille.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire