Le chien de garde nucléaire fera vérifier l’eau de Fukushima – News 24

0
87

Des scientifiques autrichiens et monégasques doivent vérifier si les échantillons de l’installation nucléaire japonaise sont sûrs

Quelque 50 litres d’eau traitée utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires fondus de Fukushima seront envoyés pour analyse à “indépendant” laboratoires en Autriche et à Monaco, a indiqué vendredi l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans un communiqué. L’annonce fait suite à une inspection de cinq jours de l’AIEA sur le site.

L’organisme international de surveillance de l’énergie nucléaire a lancé un examen des plans du Japon visant à rejeter plus de 1,25 million de mètres cubes d’eau traitée dans l’océan, qui devraient se concrétiser vers avril 2023.

Une équipe de 15 experts, dont ceux de Chine, de Corée du Sud, de Russie, des États-Unis et du Royaume-Uni, s’est rendue au Japon pour prélever des échantillons d’eau et procéder à un examen des “données techniques détaillées” fourni par le Japon entre le 14 février et le 18 février.

“Tant à Tokyo qu’à Fukushima, le groupe de travail a observé un engagement envers la sécurité dans les préparatifs du Japon pour libérer l’eau qui a été stockée sur le site”, dit le communiqué de vendredi. “La mission a permis au groupe de travail d’acquérir une bien meilleure compréhension des plans et des activités du Japon liés à la décharge d’eau”, La directrice générale adjointe Lydie Evrard, chef du Département de la sûreté et de la sécurité nucléaires de l’AIEA, a déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle après le voyage.




L’AIEA prévoit de publier un rapport sur la mission de cette semaine – la première d’une série d’inspections de vérification – dans environ deux mois. L’agence enverra ensuite des missions de suivi supplémentaires en 2022 et 2023, indique le communiqué, ajoutant que le rapport final serait “publié avant le début de la libération de l’eau.”

L’eau, utilisée pour refroidir trois des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011 à la suite du tremblement de terre et du tsunami catastrophiques, est actuellement stockée dans quelque 1 000 réservoirs d’eau sur le site. Tokyo a déjà fait valoir à plusieurs reprises qu’il était sur le point de manquer de capacité de stockage et a qualifié la libération d’impératif.

Des laboratoires en Autriche et à Monaco corroboreraient davantage les mesures de radioactivité du Japon lors de la libération, qui devrait prendre des décennies, a déclaré l’AIEA. La seule matière radioactive encore contenue dans l’eau libérée est le tritium, car il ne peut pas être éliminé par le traitement de l’eau utilisé par le Japon, a déclaré l’AIEA, ajoutant que son niveau de radioactivité serait toujours “Bien en dessous des limites réglementaires nationales et des normes de l’Organisation mondiale de la santé pour l’eau potable.”

Tokyo espère que la mission de l’AIEA l’aidera à renforcer la confiance autour de ses plans de libération, qui se sont heurtés à l’opposition de la Chine et de la Corée du Sud ainsi qu’à l’industrie de la pêche japonaise, qui craint que les clients ne soient réticents à acheter leurs fruits de mer.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire