Le comité du 6 janvier menace Mark Meadows de mépris – Mother Jones

0
400

Alex Edelman/Zuma

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Le comité restreint enquêtant sur l’émeute du 6 janvier au Capitole des États-Unis prévoit d’aller de l’avant avec une procédure pour outrage à l’encontre de Mark Meadows, le quatrième et dernier chef de cabinet de Trump.

Au cours de la semaine dernière, Meadows a dansé autour de la possibilité de coopérer avec le comité, de lui fournir des documents et de signaler qu’il siégerait pour une déposition. À l’époque, la décision de Meadows de travailler avec le comité semblait contraster avec le comportement du conseiller de Trump, Steve Bannon, qui a refusé de remettre des documents ou de siéger pour une déposition et a finalement été inculpé de deux chefs d’outrage criminel.

Mais Meadows a continué à citer des allégations (juridiquement douteuses) de privilège exécutif comme raison de ne pas remettre des documents sélectionnés, et la fragile détente entre le comité et l’ancien chef de cabinet s’est effondrée.

Dans une lettre adressée au comité, l’avocat de Meadows, George Terwilliger II, a affirmé que Meadows avait décidé de cesser de coopérer avec le comité lorsqu’il a appris qu’il avait assigné un fournisseur de communications tiers pour des documents qui, selon Meadows, étaient protégés par le privilège exécutif. Terwilliger a noté que Meadows envisagerait de répondre aux questions écrites du comité, mais qu’il ne siégerait pas pour une déposition en personne.

Le comité a répondu par une lettre disant qu’il n’avait “d’autre choix que d’avancer les procédures pour outrage et de recommander que l’organe dans lequel M. Meadows a déjà servi le renvoie pour des poursuites pénales”. Dans la lettre, le président du comité Bennie Thompson (D-Miss.) a souligné que Meadows avait invoqué le privilège exécutif pour retenir plusieurs centaines de documents de son compte de messagerie personnel et plus de 1 000 SMS de son téléphone portable tout en parcourant simultanément un livre sur son époque. à la Maison Blanche de Trump. Thompson a également affirmé que Meadows n’avait pas précisé les domaines d’enquête qu’il considérait comme couverts par le privilège exécutif et que le comité n’avait cité à comparaître que les enregistrements de données d’appel concernant des numéros de téléphone portables particuliers.

La lettre de Thompson indiquait que Meadows avait cependant produit des textes et documents importants pour le comité, y compris un e-mail sur un plan proposé pour nommer des électeurs suppléants dans certains États pour permettre à Trump de rester au pouvoir, un e-mail du 5 janvier sur le fait d’avoir le National Garde en attente, et textos avec un organisateur du rassemblement du 6 janvier.

Meadows serait la troisième personne liée à l’enquête du 6 janvier à faire face à une procédure pour outrage, après Bannon, qui a été inculpé en novembre, et Jeffrey Clark, un ancien fonctionnaire du ministère de la Justice, qui n’a pas encore fait face à un vote d’outrage complet dans le Loger.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire