Le conspirateur de Trump Ukraine pensait que le fait de devenir public pourrait l’aider au tribunal. Il s’est trompé. – Mère Jones

0
54

Lev Parnas et son avocat, Joseph Bondy, quittent le tribunal fédéral de New York après le verdict de culpabilité de Parnas.John Lamparski / Sipa États-Unis via AP

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Regarder en arrière, suivre le modèle de Michael Cohen n’aurait peut-être pas été une bonne approche pour Lev Parnas.

Parnas, l’ancien ami, client et assistant globe-trotter de Rudy Giuliani, a été condamné vendredi après-midi pour six chefs d’accusation liés à des stratagèmes de financement de campagne visant à acheter de l’influence auprès des législateurs républicains, dont l’ancien président Donald Trump. Ces accusations n’étaient pas directement liées aux actions pour lesquelles Parnas, un citoyen américain né en Ukraine, est le plus connu. Il est surtout connu, bien sûr, pour avoir aidé Giuliani, alors avocat de Trump, à solliciter des Ukrainiens des allégations qui pourraient être utilisées pour salir le candidat de l’époque Joe Biden et son fils Hunter lors de la course présidentielle de 2020. Les pressions exercées par Trump sur le président ukrainien pour qu’il annonce une enquête sur ces fausses allégations sont ce qui a conduit à sa première destitution. (Parnas, dont la date de condamnation n’est pas fixée, fait face à un autre procès pour fraude.)

Parnas et son ami Igor Fruman ont été arrêtés il y a deux ans à l’aéroport international Dulles de DC en possession de billets aller simple pour Vienne. Fruman a suivi un cours standard pour un accusé fédéral de haut niveau, restant silencieux puis, le mois dernier, plaidant coupable. Mais Parnas a opté pour la publicité, se tournant vers Trumpworld, coopérant avec l’enquête de destitution de la Chambre et apparaissant finalement sur le Rachel Maddow Show, où il a exposé diverses allégations sur Trump et ses conseillers.

Avec cette approche, Parnas a suivi les traces de Cohen, l’ancien avocat personnel de Trump, qui, après avoir été accusé d’impôts et de financement de campagne (également perçus par les procureurs du district sud de New York), s’est retourné contre Trump et l’a dénoncé. lors d’une audience du Congrès, alors même qu’il négociait avec les procureurs.

Le chevauchement tactique entre Parnas et Cohen n’était pas une coïncidence. Lanny Davis, l’avocat de Cohen, m’a dit l’année dernière que l’avocat de Parnas avait exprimé son admiration pour sa gestion de l’affaire Cohen, et a déclaré qu’il en avait « beaucoup appris ». Cet avocat, Joseph Bondy, a confirmé la conversation, mais a minimisé les similitudes entre les deux affaires. Une similitude clé est que les deux clients ont rendu public les détails de la criminalité présumée de Trump et de ses associés. avant conclure un accord de coopération avec les procureurs.

Les procureurs du district du Sud désapprouvent cela. Ils n’aiment pas travailler avec les chiens de la publicité. De plus, en rendant publiques des allégations concernant Giuliani, qui fait l’objet d’une enquête par le même bureau, Parnas a peut-être cédé une partie de son influence pour négocier un accord de plaidoyer. “Je n’essaierais même pas d’expliquer ce que fait M. Bondy”, a déclaré un avocat impliqué dans l’affaire. Davis, quant à lui, m’a dit que l’attention des médias pourrait aider à améliorer la «crédibilité de Parnas [and] sa réputation, mais cela ne l’aide pas à conclure un accord.

De par sa réputation et ses allégations, Parnas est en quelque sorte un homme de confiance. Il a amené des gens comme Giuliani à lui faire confiance et des gens riches à lui prêter de l’argent. En 2011, un couple de Floride a poursuivi Parnas pour les avoir raides sur un prêt de 350 000 $ qu’il prétendait être pour un contrat de film. Il a convaincu de riches hommes d’affaires du monde entier de financer ses activités de voyage et, prétendument, des contributions politiques qui ont donné à Parnas un accès direct aux hauts responsables républicains.

Avec sa folie publicitaire, Parnas semblait essayer de charmer la résistance anti-Trump dans l’espoir que son nouveau statut de lanceur d’alerte l’aiderait à compter. Son avocat avait élaboré une sorte de plan: Bondy a déclaré qu’il espérait que les démocrates de la Chambre accorderaient l’immunité à Parnas pour les déclarations qu’il aurait faites lors d’un éventuel témoignage au Congrès. Bondy a également déclaré qu’il espérait que son client gagnerait une peine réduite en aidant une enquête du Congrès.

Mais le Congrès ne lui a pas accordé l’immunité. Les démocrates ont même refusé d’accepter son offre de témoigner l’année dernière, craignant apparemment que Parnas manque de crédibilité. Il n’a jamais conclu aucun accord avec les procureurs fédéraux non plus.

Avec la condamnation d’aujourd’hui, son stratagème semble avoir échoué. On verra à quel point il sera condamné.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici